EuropaCorp : la société de Luc Besson a trouvé son sauveur chez les Américains

Marion Barlet | 2 mars 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Marion Barlet | 2 mars 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

L'un des plus célèbres studios français, EuropaCorp, au bord du gouffre depuis plus d'un an, va finalement être repris par un groupe états-unien.

Depuis les échecs financiers de Valerian et la Cité des mille planètes et Anna, EuropaCorp vivait une situation plus que bancale et s'interrogeait sur son avenir. La société était dans le rouge depuis plusieurs années et le coup de grâce a été porté par des investissements non rentables au box-office. Le détail de l'affaire Valerian est disponible ici, où vous pourrez trouver le détail de l'ambition du film, du budget et des recettes américaines et françaises.

 

Photo Sasha LussLe projet de saga Valerian est mort dans l'œuf 

 

Fondé en 1992 par Luc Besson et Pierre-Ange Le Pogam, EuropaCorp (Leeloo Productions jusqu'en 2001) a enregistré de beaux succès tels que TaxiYamakasiArthur et les minimoys et d'autres encore. Cependant, suite à des flops financiers, le studio de production a annoncé une mission de sauvetage en mai 2019 afin d'éviter la banqueroute. La débandade de la société s'est opérée en plusieurs phases, de l'abandon des secteurs d'activité à la cessation d'une partie de son catalogue à Gaumont.

Après la rumeur d'une collaboration avec Netflix, s'était ouverte une discussion avec Pathé, déjà racheteur de multiplexes d'EuropaCorp. Mais c'est finalement Vine Alternative Investments Group qui a pris quelles rênes du rachat et dont la proposition a été validée. La société de Luc Besson s'est accordée à l'unanimité pour que le plan de sauvetage soit sous l'égide de Vine.

 

photoDikkenek cette histoire

 

Le géant de l'industrie du divertissement deviendra actionnaire majoritaire, et a déclaré vouloir investir 100 millions d'euros dans l'entreprise. Les parts seront ainsi découpées : Vine possédera 60,1% du capital, 33,6% reviendront aux actionnaires actuels (dont Luc Besson) et 6,3% à Falcon. Le co-fondateur et réalisateur reste toutefois le directeur artistique du groupe.

Vine Entertainment, en plus de combler les dettes de la société, pourrait injecter des fonds à hauteur de 25 millions afin de financer de nouveaux projets cinématographiques. Le calendrier pour 2022/2023 donnerait la part belle aux films en anglais, avec un quota de deux pour un français, et des séries 100% anglophones. En revanche, EuropaCorp abandonne son activité sur le territoire américain et tablera sur des partenariats avec des tiers pour certaines occasions.

 

Photo Luc BessonLuc Besson (à gauche)

 

Dans un communiqué, la société a déclaré :

« Le plan de sauvegarde devrait être arrêté par le tribunal de commerce de Bobigny au début du mois de mai 2020 (sous réserve de la réalisation des différentes conditions suspensives du plan de sauvegarde) et les augmentations de capital réservées devraient être réalisées dans les semaines qui suivent.»

Les Américains sont donc bien partis pour être les racheteurs officiels du studio français. On attend mai pour en savoir plus. 

 

Affiche

Tout savoir sur Luc Besson

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Miami81
04/03/2020 à 10:00

@ Dirty Harry : Je suis aussi d'accord.

Dirty Harry
03/03/2020 à 16:38

@ Miami : le problème c'est quand tout le studio repose sur son réalisateur/producteur : s'il faisait partie d'une "écurie" comme ont tous les studios (projets de série A, franchises, séries B, distributions d'indépendants...) notamment celui créé par Spielberg (Dreamworks) qui pourrait servir de modèle (Spielberg réalisateur ne fait plus ou peu de blockbusters tandis que son studio en produit).
Le truc c'est que Besson a tout fait tout seul avec une armée de valets plus ou moins talentueux (Chris Nahon, Leterrier...) alors qu'il aurait dû faire partie d'un pool (avec Kounen, Jeunet ou Kassovitz c'est la même génération) et laisser à un Pierre Ange le Pogam la gestion de franchises, suites ou films style Lock Out, Banlieue 13. Plus une branche "prestige" avec des films fait pour les festivals.

MadMcLane
03/03/2020 à 16:21

Bon exemple de la grenouille qui voulait être aussi grosse que le boeuf... Besson s'est planté en voulant rivaliser avec les USA, car pas les reins assez solides pour encaisser un flop comme peuvent le faire les gros studios. En plus Valérian n'est franchement pas terrible (quelle direction artistique kitschos...). C'est bien d'avoir de l'ambition, mais ça ne rend pas un film meilleur pour autant...

Miami81
03/03/2020 à 12:14

C'est très bien qu'Europacorp survive même si c'est sous respirateur américain. Ca permettra, j'espère de se rapprocher un peu plus du goût du public américain dont les films internationaux restent encore destinés..
C'est vrai que si Besson avait su être relativement avangardiste niveau action movie avec Taken et Lucy, Reste qu'il n'a pas su se renouveler ces dernières années.
Malg=heureusement, avec la mode des supers héros, je pense qu'il est difficile d'arriver aujourd'hui à se faire une place sur le marché américain avec des œuvres originales.

RiffRaff
03/03/2020 à 09:56

@Nks: C'est l'inverse justement. Besson s'était cru arrivé au pinacle du cinéma mondial et à surinvestis dans des projets pharaoniques dont il ne pouvait assumer l'éventuel échec(Valérian en l’occurrence). En plus d'une qualité moyenne le film a souffert de choix stratégiques douteux(se placer entre Dunkirk de Nolan et la planète des singes aux US n'était pas une bonne idée).

Nks
03/03/2020 à 07:05

Et voila ! Encore une fois ont perd quelque chose que les amerloques rachètent. Tout ça parce que dans ce putin de pays qui est la France rien ne marche. Pas d'argent pour notre industrie cinématographique qui ne sait faire que des films pourris à cause de budgets merdiques. Chez nous le cinéma n'est pas une industrie et cela reflète bien le manque d'inspiration de nos dirigeants et des investisseurs. Personne n'a envie de payer 15 balles une place de ciné pour voir un énième mélodrame français avec des acteurs qui récitent et un scénario sans intérêt qui te donne envie de dormir tellement que tu t'emmerde.

Marvelleux
02/03/2020 à 23:10

Savez-vous pourquoi l'on chute? Pour mieux se relever. Tant Mieux pour Besson.

BB Allo
02/03/2020 à 22:48

Ca sert à rien si ils gardent Luc Besson à la tête d'Europacorp, les mêmes problèmes subsisteront et ce sera à nouveau la banqueroute dans quelques années..

Andrew Van
02/03/2020 à 20:04

Bon c'est déjà bien de garder une industrie de cinéma française.

Je pense que le film Valerian aura une nouvelle, dans quelques années...

galetas
02/03/2020 à 20:04

Pour un studio de cinéma (même de la taille d'EUROPACORP) , les sommes avancées par ce nouvel investisseur et propriétaire sont minimes .
Les gros budgets à la VALERIAN et même moyen sont terminés pour l'ami Luc.

Plus
votre commentaire