Star Wars : la boss de Lucasfilm explique pourquoi tant de réalisateurs se sont fait virer comme des malpropres

La Rédaction | 21 novembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 21 novembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Boss de Lucasfilm, Kathleen Kennedy est une des productrices les plus scrutées de l’industrie. Il faut dire que bosser sur Star Wars engendre de sacrés défis.

Il faut, par exemple, survivre à des hordes de fans convaincus de tout savoir mieux que tout le monde et surtout mieux que ceux qui s’occupent de la franchise, veiller sur un univers étendu déjà follement riche, communiquer prudemment et surtout, produire les films de la saga la plus connue du monde et probablement de l’histoire du cinéma.

Il y aurait de quoi se masser la tête à coup de tessons de bouteille, mais Kathleen Kennedy étant la productrice historique de Steven Spielberg et d’Amblin, disons qu’elle en a vu d’autres, et de velues. Pour autant, avec l’arrivée de L'Ascension de Skywalker, qui devra relever la difficile (impossible ?) mission de réconcilier les fans outragés par Les Derniers Jedi, communiquer est devenu un enjeu, mais un enjeu qui revient à courir dans un champ de mines les yeux bandés, sous un orage de grêle, les parties enduites de chaux vives.

 

Jurassic WorldColin Trevorrow sur Jurassic World

 

Ainsi, la productrice a accordé une longue interview à Rolling Stone, dans laquelle elle revient sur un point particulièrement épineux : la tendance de Lucasfilm à virer ses réalisateurs. Une mésaventure qu’ont dû subir Colin Trevorrow, initialement envisagée pour diriger L'Ascension de Skywalker, mais aussi Phil Lord et Chris Miller qui tournèrent quasi intégralement Solo avant que Ron Howard ne les remplace et commette le film que nous connaissons aujourd’hui.

À en croire Kathleen Kennedy, plutôt que de spéculer sur un contrôle despotique organisé par Disney, il suffit d’appréhender la question avec un peu de bon sens.

« Chacun de ces films est un coffre-fort particulièrement difficile à ouvrir. Il n’y a pas de matériau original. Nous n’avons pas de comics. Nous n’avons pas de roman de 800 pages. Nous n’avons rien d’autre que des conteurs passionnés qui se retrouvent pour discuter de ce que pourrait être la prochaine itération du mythe.

 

Photo"Le tournage est commencé, il ne peut plus rien nous arriver maintenant !"

 

Nous passons par un processus de développement tout à fait classique que tout le monde pratique à Hollywood. On commence par parler avec des cinéastes dont nous pensons qu’ils font preuve de la sensibilité que nous cherchons. Et je dois faire remarquer qu’ils ne sont pas nombreux, ces gens qui ont un véritable appétit pour ce genre de films, l’expérience nécessaire pour gérer un travail aussi titanesque.

Par conséquent, nous essayons de faire vraiment les choix les plus réfléchis possible. J’aimerais ajouter que parfois, les gens s’investissent dans le développement avant de réaliser "oh mon dieu, c’est tellement plus que ce que je pensais". Et il est donc assez commun, quand on travaille sur des films, que l’on opère des choix et des décisions qui n’aboutissent pas toujours à ce qui était l’intention de départ. »

 

Ascension de SkywalkerLe service des ressources humaines de Disney est sur les dents

 

La productrice n’a pas tort quand elle évoque une situation plus répandue qu’on ne le pense parfois, et une échelle si énorme qu’elle entraîne forcément des problèmes inédits. Mais disons qu’on va scruter avec curiosité dans quelle mesure le studio conservera la confiance donnée à Rian Johnson, réalisateur des Derniers Jedi, qui s’est vu commander une nouvelle trilogie.

Désavoué par une partie des fans, il n’en demeure pas moins un des artistes les plus doués à avoir travaillé sur la saga, et un des seuls à avoir réussi à y faire de vraies propositions de cinéma.

 

Ascension de SkywalkerTout le monde est super détente, jusqu'au 18 décembre

Tout savoir sur Star Wars : L'Ascension de Skywalker

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
csdqvsd
22/11/2019 à 19:17

On est chez Disney de toute maniere, on fait des produit pas de l'art
et on veu des yesman interchangeable plutot que de vrai realisateur

Sébastien
22/11/2019 à 17:35

@ Simon Riaux

Commenter non, mais si vous avez justement des sources plus solides, on saurait peut-être de quoi parle le film.

Simon Riaux - Rédaction
22/11/2019 à 13:56

@Sébastien

Alors pour le coup, commenter des rumeurs sur des rumeurs... on n'en est pas là !

Sébastien
22/11/2019 à 13:53

Hum.... Vous êtes au courant des dernières rumeurs?
Il y aurait eu des fuites... Certains éléments du scénario que je vous avais proposé sont corroborés par ces spoilers.
Apparement, beaucoup de personnages vont mourir dans le film....
L'histoire s'appuierait sur "Le Retour du jedi" en reniant complètement la conclusion. Les "fans" sont sur les dents!

Le Diable
22/11/2019 à 09:36

@kaneda
Tu es exactement le genre de petit moralisateur démagogue à 2 balles qui polluent justement pas leurs préjugés simplistes et imbéciles les débats sur le cinoche.
Les gens aux petites vies dont tu parles te pètent au nez.

Elvis
22/11/2019 à 07:45

Pour venger star wars ,il faut boycotter le prochain star wats.

Skill33
21/11/2019 à 22:52

@Kaneda
Des barres ????
Et du coup, on a aussi ouvert internet pour que de pseudo éclairé
Nous ponde ton argumentaire en carton, que peut te renvoyer dans les valseuses.


Sinon, oui, L'empire Contre Attaque reste le meilleur SW et promis, si tu pose pas la question à ton poisson rouge, t'aura moins l'air con

Arbyter
21/11/2019 à 21:37

Pas de base, pas de romans, pas de comics ? Elle se fout de qui ?! Il y en avait.. Ils ont balayé tout ça d'un revers de la main en faisant un gros fuck à cet univers.. (et au fans au passage de mon avis en tout cas) alors venir sortir ca ?! Je dis pas qu'il aurait du simplement adapter en reprenant scène pour scène ce qu'il se passait dedans mais le réadapter ne serait-ce qu'un tout petit peu aurait été 1000x mieux que cette postlogie !

tenia54
21/11/2019 à 16:32

@Zetagundam : le retour sur investissement généré par Rogue One, les épisodes 7 et 8 (et sans aucun doute le 9) et même en partie Solo tend à répondre que oui.
Tant que les films feront du pognon à ces niveaux là, Kennedy a très peu de chances d'être inquiétée.
Cela étant, il est évident qu'en 45 (et même en 20) ans, les systèmes de production hollywoodiens des tentpoles a évolué vers une verticalité de plus en plus forte. Les reshoots massifs des blockbusters semblent proportionnels prévisibles à hauteur de leurs budgets. Je ne sais pas si c'est un signe de problèmes de compétence, mais c'est par contre, je crois, un signe d'une paralysie complète autour de la moindre prise de risques.
Lucasfilms et les Star Wars, compte tenu de son potentiel financier et de la position actuelle de Disney, sont probablement dans une situation encore plus particulière car pouvant faire perdre un demi milliard de recettes très facilement. Ce n'est évidemment pas rien.

Sébastien
21/11/2019 à 14:11

@ zetagundam

Très bien expliqué, et l'article résume bien le problème: Disney (ou n'importe quel studio) fait des films comme on fabrique des voitures. Il n'y a pas d'auteur attitré, pas d'histoire. Le cahier des charges se résume à un planning de sorties et "faut faire des film Star Wars pour gagner un max". Comment voulez-vous que ça se passe bien?
Un film réussi part toujours de la vision d'un réalisateur, d'un producteur (parfois éclairé, parfois con comme ses pieds), d'un studio qui comprend le projet ET qui aime le cinéma, comme l'étaient les producteurs d'antan.
Il suffit de comparer la saga Star Wars à celle de James Bond. Il y a une continuité dans les films de Bond, et au départ il y a un producteur et une série de romans. Le cahier des charges a toujours été respecté et suivi, d'où le succès (presque) sans faille et un nombre de films conséquents. Ce qui est plus simple pour James Bond, c'est que les films fonctionnent comme un feuilleton.
Pour Star Wars, l'histoire est assez figée, et doit se développer en plusieurs films. Plus l'univers s'étend, plus il se solidifie par couches successives, plus la marge de manoeuvre est réduite car ce qui a déjà été raconté ne peut plus être réutilisé. Ou il faut prendre le risque de partir dans des directions de plus en plus éloignées de ce que le public connait, avec les risques que ça comporte, et qu'au final, le lien avec le "vrai" Star Wars devienne très fin.
Bref, Kathleen Kennedy n'est pas Lucas, JJ Abrams un simple "fan-boy" -revendiqué comme tel-Disney n'a aucune vision.
Leur seul moyen de s'en sortir est de lâcher complètement la saga originelle, à condition de trouver un remplaçant à Lucas qui soit à la hauteur. Hors, on ne remplace pas des réalisateurs-auteurs.
On a jamais remplacé Hitchcock pour faire du Hitchcock sans Hitchcock, On a jamais fait des reboot des films de Spielberg sans Spielberg, du John Ford sans John Ford, du Woody Allen sans Woody Hallen. L'idée en elle-même est totalement stupide.
Vous imaginez les suites d'Avatar sans Cameron? Tenez, prenons Kubrick, je l'avais oublié lui. Ils ont essayé de faire une suite à 2001: 2010. Ça n'a pas pissé bien loin, et pourtant, l'histoire existait déjà.
Autre exemple: Terminator. Vous voyez le problème des suites? incapable d'évoluer par rapport au matériau originel. Vous imaginez un remake de T1 et T2 sans Schwarzenegger? Des Rambo sans Stallone?
Hollywood cherche la Pierre Philosophale qu'elle ne trouvera ni n'inventera jamais.

Plus
votre commentaire