Charlie's Angels : après avoir accusé le public de sexisme, Elizabeth Banks reconnait finalement que son film est un bide

Christophe Foltzer | 20 novembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 20 novembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

C'était prévisible, Charlie's Angels version 2019 n'arrive pas à trouver son public. Ce qu'on n'avait pas prévu, par contre, c'est la défense de la réalisatrice qui n'a pas hésité à aller sur le terrain très glissant du sexisme...

Alors non, qu'on ne mélange pas tout, Elizabeth Banks n'a pas directement accusé le public de sexisme éhonté, ce qui serait une énorme erreur de communication. Elle a juste dit que, ne pas aller voir son film, c'était renforcer l'image d'un public sexiste. Bon, après, dans les faits, on peut dire que c'est un peu la même chose, mais c'est juste la manière de présenter les arguments qui fait la différence.

 

photo, Naomi Scott, Ella Balinska, Kristen StewartOh putain, elle a foutu un bordel l'autre, là....

 

Le problème, c'est que, justement, le public ne se déplace pas en masse pour aller voir Charlie's Angels puisqu'il a connu un démarrage plus que timide (et encore on reste polis), avec "seulement" 8,6 millions de dollars de recettes sur le sol américain et une réputation pas folichonne. Il faut dire aussi que la promotion n'était pas vraiment au top et que la manière dont on nous a vendu le bousin suggérait quelques frissons de la honte.

Après son attaque détournée qui lui a valu de vives remarques de la part du public (ah bah voilà, c'est malin), Elizabeth Banks semble mettre un peu d'eau dans son vin puisque, alors qu'elle n'assumait pas du tout l'échec ce son film et refusait la moindre remise en question pour comprendre les vraies raisons de son flop, elle a posté il y a quelques heures un message sur son compte Twitter en mode rédemption. Oui, enfin elle reconnait que c'est un four même si elle reste fière du film :

 

photo, Elizabeth Banks, Kristen Stewart- Et tu vois, en fait, si c'est de ma faute, ben ça ne l'est pas vraiment non plus quoi... - Ouais....

 

"Et bien, quitte à avoir un flop, assurons-nous de voir notre nom y apparaitre au moins 4 fois. Je reste fière de Charlie's Angels et je suis heureuse qu'il sorte dans le monde."

Une réaction plus mesurée et qui devrait enfin calmer un peu le jeu. Après tout, ce n'est pas si grave cette histoire. Que le film soit mauvais ou raté ou un échec n'est pas grave, ce n'est pas un gros budget (50 millions de dollars) et il parviendra sûrement au moins à se rembourser (d'ailleurs il sort chez nous le 25 décembre). Tout comme ce film n'est pas le porte-étendard de quoi que ce soit et son flop ne remet absolument pas en cause le combat pour l'égalité des chances et la parité au cinéma.

Ouais, si ça se trouve, c'est juste un film tout pourri qu'on aura oublié avant même de l'avoir vu. Et c'est très bien comme ça.

 

photo, Ella Balinska, Naomi Scott, Kristen StewartAllez, nous on y va hein. Nos carrières nous attendent...

 

Tout savoir sur Charlie's Angels

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Caendco
20/08/2020 à 22:59

Ce n’est peut-être pas un grand film mais se laisse regarder.les anges sont des jeunes femmes de notre génération qui n’ont plus rien à voir avec les anges de la série des années 70 et ça ne me déplaît pas bien au contraire

Monsieur Madame
28/11/2019 à 18:04

C'est nous les sexistes, mais c'est elle qui fout des bouteilles de vernis à ongles et des mannequins (mains et têtes) de présentoirs à bijoux dans la salle d'équipements des héroïnes...

Sale bobine.
27/11/2019 à 02:29

Le coup du sexisme (ça devient franchement fatigant) pour sa défense est affligeant. C'est juste une ridicule adaptation à la mode féministe (qui est d'ailleurs une contre pub aux femmes). La série des 70's présentait des femmes pétillantes, éduquées et élégantes. Ici on a l'impression d'avoir des lycéennes rebelles attardées.. Les femmes méritent mieux que cette grotesque farce. Complètement à côté de la plaque la pauvre Banks.

LC
25/11/2019 à 09:42

Il est vrai que le film ne donne pas envie ayant visione la bande annonce, mais franchement quand je vois des commentaires tel que pour qu'une femme soit reconnus, il faut qu elle se batte comme un homme. Non mais oh, vous sortew d'ou, vous connaissez pas Charlie's angel? c'est connu, il y a eu la serie dans les annees 90 mais aussi des films sympa. Donc, je veux bien que vous critiquiez, mais serieux, avant de sortir des anneries comme ca, renseignez vous au prealable.

Pierre
22/11/2019 à 16:17

Bien, cette article aura réussie a faire chier les facho de la bien-pensance =D
Les larmes de SJW y a que sa de vrais !

Couille velue
22/11/2019 à 02:45

@Domy t'as raison la psychorigide.

Domy
21/11/2019 à 23:09

À ma lecture des commentaires, je comprends que écran large est pour des hommes blancs machos, racistes qui ont un problème avec des femmes qui pourraient leur tenir tete.

Simon Riaux - Rédaction
21/11/2019 à 11:05

@Fraise

Bonjour,

On compose avec une équipe modeste, et le peu de temps que cela engendre, et comme l'indiquent les commentaires outrés de certains, on dégage ce qu'on peut, et ce qui nous paraît ouvertement dégueulasse.
Avec toujours en tête qu'on ne se prend pas non plus pour les dératiseurs du web. On n'a pas vocation à dire le bien, à faire la morale ou à éduquer ceux de nos lecteurs qui en sont encore à jouer avec leurs déjections.
On essaie de faire au mieux, avec nos moyens et oui, ce n'est pas (toujours) suffisant.

Fraise
21/11/2019 à 10:41

@Ringo "Là... y'a deux ados métissées que je ne connais absolument pas, bien trop jeunes pour être convaincantes... Pouah ! Charlize Theron, Gal Gadot et Margot Robbie, je signe tout de suite !"
Ah.
Je ne savais pas que la pureté raciale était un gage de qualité.
Merci Ecran Large de ne surtout pas recadrer vos fanboi neonazis.

KARA
21/11/2019 à 10:32

Déjà rien que la bande-annonce ne vendait absolument pas du rêve. Aucune scène d'action marquante, aucune envergure cinématographique, des images à peine digne d'un téléfilm PM Entertainment des années 90, on sentait déjà que ça avait pas coûter cher...
Si en plus de ça on rajoute cette polémique, clairement pas envie de voir ce film même en DVD promo à 5 € chez mon soldeur habituel.....

Plus
votre commentaire