Doctor Sleep : pour Stephen King, le film de Mike Flanagan rachète totalement Shining

Christophe Foltzer | 6 novembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 6 novembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Mine de rien, Doctor Sleep était l'un des films les plus attendus de cette fin d'année pour une raison simple : Mike Flanagan. Après nous avoir émerveillé avec The Haunting of Hill House, on attendait de pied ferme à revivre les mêmes frissons avec Doctor Sleep.

Et c'est peut-être bien le problème, en fait, parce que du coup il était impossible d'aborder cette adaptation du roman de Stephen King avec un regard neutre. Tout comme il était difficle pour Mike Flanagan de nous livrer un Doctor Sleep qui ne marche pas sur les traces de sa précédente oeuvre. Résultat des courses, nous sommes un peu déçus (comme l'explique notre critique) et Mike Flanagan semble tourner en rond. C'est malin.

 

photo, Kyliegh CurranUn vieux compte à régler

 

Pourtant, il y en a un qui est vraiment content du film et c'est Stephen King. Il est de notoriété publique que le Shining de Stanley Kubrick a toujours été pour lui l'équivalent d'une remorque d'épines dans le pied, lui qui n'avait pas accepté le changement de point de vue adopté par le Maître et la modification de la fin (entre autres). A tel point d'ailleurs que King s'était chargé de réparer cette "erreur" avec la mini-série Shining, les couloirs de la peur en 1997 pour un résultat qui n'est pas resté dans les mémoires.

 

photoTout à refaire ?

 

Aucun risque que cela se produise cependant avec Doctor Sleep, puisque l'écrivain semble comblé par l'adaptation, comme il l'a déclaré au micro d'Entertainment Weekly :

"J'ai lu le scénario avec énormément d'attention et je me suis dit que tout ce que je n'aimais pas dans la version de Kubrick était racheté ici. Flanagan a réussi à prendre mon roman et, d'une certaine manière, à le souder parfaitement au Shining de Kubrick. J'ai beaucoup aimé."

Et ça tombe plutôt bien puisqu'il semble évident que c'était le but du réalisateur de mélanger les deux univers et d'enterrer la hache de guerre. Si on a beaucoup de choses à critiquer sur ce film, au moins peut-on lui reconnaitre d'avoir su mettre un fin à un conflit de presque 40 ans. Et ça, c'est balèze.

 

photo Doctor Sleep, Ewan McGregorEnfin un docteur qui sert à quelque chose

Tout savoir sur Doctor Sleep

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Leipreachan
07/11/2019 à 09:20

Mon opinion est que sans Stanley Kubrick et accessoirement Jack Nicholson, le livre de S. King serait resté dans les oeuvres 'moyennes' du maître américain.

Mon but n'est pas de minimiser "The Shining", mais honnêtement, pour avoir lu quasiment l'ensemble des romans et des nouvelles de King, la lecture de ce livre n'est pas plus prenante que la moyenne des titres...

Comme il s'agit de ressenti personnel, j'ai été beaucoup plus fasciné par 'Bazaar', 'le Fléau' ou même 'Différentes Saisons', particulièrement le périple des jeunes garçons dans 'Le Corps', que l'on a essayé de mettre à l'écran; comment filmer cette nouvelle toute en ressenti ? Même Kubrick n'aurait pu...

MystereK
06/11/2019 à 20:28

DANNYTO Carrie de De Palma s'adressait au public des films de genre alors que le film de Kubrick attire tous les genres de public grâce à la réputation du cinéaste, C'était par exemple la première fois que j'allais voir un film d'horreur au cinéma avec des amis cinéphiles qui ne sont jamais allé voir ce type de films avant. Il y a clairement un avant et un après Shining (le film) dans le cinéma, moins important que l'avant et après 2001, mais il existe.

C'est aussi la première fois dans la carrière du King que le réalisateur devient plus important que l'écrivain et il n'en avait pas l'habitude, alors que Carrie poussait le public à lire le livre, le film Shining va peu à peu dépasser la réputation du livre. et surtout, qui raconte autre chose et d'une autre manière.

DannyTo
06/11/2019 à 16:58

Toutes mes excuses !

Simon Riaux - Rédaction
06/11/2019 à 16:57

@DannyTo

Grands dieux non.

DannyTo
06/11/2019 à 16:53

J'ai eu cette mauvaise impression que vous étiez des anti king. Désolé de cette incompréhension de ma part.

Simon Riaux - Rédaction
06/11/2019 à 16:15

@DannyTo

Pourquoi anti-King ?

On est des passionnés de King, pour ma part j'ai eu la chance de participer au bel hors-série de Lire sur le maître. Je vois pas bien le rapport ?

Birdy
06/11/2019 à 16:12

Ce débat est sans fin : quand on adapte, parfois, on s'éloigne énormément de l'oeuvre de départ, et tant mieux. Parfois, s'éloigner s'est se perdre en chemin.
Il n'y a qu'un moyen de rendre justice à l'oeuvre d'origine : faire un bon/grand film.
Kubrick a fait le job. Et c'est assez génial de voir un chef d'oeuvre enfanter un autre chef d'oeuvre pourtant assez différent.

Shining, pour le King, c'est évidemment une brouille d'égo face à un autre génie qui lui fait de l'ombre.

DannyTo
06/11/2019 à 16:11

Ecran large, anti-king pro-Kubrick ?

Simon Riaux - Rédaction
06/11/2019 à 16:04

@DannyTo

Heu... Oui enfin il y en a eu un paquet de jalons hein.
Et Shining, c'est le livre qui, sur le territoire américain, le consacre comme un vendeur de best-sellers que rien ne paraît pouvoir arrêter.
On pourrait ensuite arguer que Ca sera le suivant, lorsqu'il montre qu'il est capable de devenir le plus gros auteur américain, malgré une critique hostile.

DannyTo
06/11/2019 à 15:57

L'énorme jalon dans sa carrière, c'est Carrie de DePalma ! Et si Shawshank Redemption et Stand by me faisait partie des moins lus à cette époque, c'est parce que tout le monde voyait Stephen King comme un écrivain d'horreur alors qu'il était bien plus que ça !

Plus
votre commentaire