Après le polémique Star Wars : Les Derniers Jedi, Rian Johnson enflamme la critique avec son thriller A couteaux tirés

Déborah Lechner | 9 septembre 2019
Déborah Lechner | 9 septembre 2019

Plus d'un mois après la diffusion d'un premier trailer alléchant, les premiers avis sur À couteaux tirés de Rian Johnson sont arrivés et tous saluent le film.

Après avoir chamboulé les fans de Star Wars avec Les Derniers Jedi, le réalisateur Rian Johnson reviendra prochainement avec À couteaux tirés pour effacer son ardoise. Le scénario à la Détective Conan / Agatha Christie / Cluedo qui s'est dévoilé dans un premier trailer donne déjà très envie, sans compter le casting d'exception composé d'Ana de Armas, Daniel Craig, Katherine LangfordChris EvansJaeden Martell, Jamie Lee Curtis, Michael Shannon et Frank Oz.

Avant sa sortie dans les salles françaises en novembre prochain, la presse américaine a pu voir le film lors du Festival de Toronto. Les critiques, toutes unanimes et dithyrambiques, sont assez peu nuancées et parlent d'un très bon film où la résolution du meurtre du célèbre auteur de polars, Harlan Thrombey (Christopher Plummer) serait très excitante. Revue de presse.

 

photo, Chris Evans, Rian Johnson, Ana de ArmasChris Evans, Ana de Armas et Rian Johnson

 

"Le maestro du genre a son public entre de bonnes mains, c'est-à-dire que le film est à la fois maîtrisé, habile, décent et conforme à l'éthique. Il a assemblé une machine éblouissante qui est bien tournée, se révèle être une pépite de sagesse cristallisée dans la scène cathartique finale qui voudrait que nous ne possédions réellement que ce que nous gagnions." The Playlist

"Un whodunnit [ndlr : intrigue à énigmes] old-school, crépitant, sournois et très satisfaisant avec une touche de modernité... Même si vous parvenez d'une façon ou d'une autre à reconstituer le puzzle avant la fin, il n'y a aucun moyen de prédire la joie de voir tout cela se dérouler." IndieWire

"Un délicieux retour en arrière vers le célèbre whodunnit, ce truculent thriller comique est un plaisir du début à la fin." The Hollywood Reporter

 

 

"Un polar contemporain qui respecte et révise le sous-genre... C'est un plaisir si rare de voir un réalisateur amoureux d'un genre et qui ne tombe pas dans la complaisance des fans de Tarantino et qui se souvient que son public est plus grand que lui, mais aussi que son film exige à la fois une tête et un coeur."  The Guardian

"À couteaux tirés rappelle une époque où le public pouvait encore être surpris par de tels mystères, avant que le genre ne devienne une caricature de lui-même. Rian Johnson nous laisse deviner, ce qui est une bonne chose, mais ce qui en fait une meilleure souricière que la plupart des films du genre n'est pas la complexité, mais bien le fait qu'il a réussi à attirer la souris sans le fromage habituel." Variety

"Ce thriller est parfois trop mécanique quand il n'est pas satisfaisant sur le plan émotionnel, et pourtant la volonté de la grande distribution de se mettre sur la longueur d'onde d'intelligence et de vivacité de Johnson en fait une partie de plaisir."  Screen Daily

 

photo, Daniel Craig, Noah Segan, Lakeith StanfieldDaniel Craig, Noah Segan et Lakeith Stanfield

 

"Le monde a besoin de plus de films comme A couteaux tirés. Le whodunnit extrêmement divertissant du scénariste et réalisateur Rian Johnson est à la fois un mystère tiré d'un roman d'Agatha Christie, un thriller d'Alfred Hitchcock et une comédie d'envergure, mais chaque aspect du film est exécuté si parfaitement, avec une telle précision, qu'ils forment un tout remarquable et cohérent." Collider

"Rian Johnson modifie la structure habituelle du cadavre mystérieusement retrouvé dans le salon pour livrer quelque chose de plus branché et subversif. Le stratagème fonctionne plutôt bien et À couteaux tirés surprend autant qu'il satisfait notre attrait habituel à résoudre ce genre d'énigme." Vanity Fair

En résumé, À couteaux tirés semble être une excellente énigme criminelle à résoudre dans la veine des récits de détective, bien loin du Crime de l'Orient-Express de Kenneth Branagh qui nous avait laissé sur notre faim malgré son casting tout aussi époustouflant.

La sortie du film de Rian Johnson est prévue pour le 27 novembre en France.

Affiche teaser

commentaires

Jolirz
13/09/2019 à 07:06

Ba garder le votre Rian, qu’il fasse ces films dans son coin! Et qu’il touche plu à rien

Cyprine3000
12/09/2019 à 11:20

@Finnois

Pas non plus super sensible aux jeux de mots donc...

Nan pas là pour impressionner qui que ce soit (et de toute façon, c'est pas comme si l'un de nous deux allait faire cette concession à l'autre).

Juste pour constater qui est en mesure de parler de cinéma.

Finnois
12/09/2019 à 11:11

@cyprine : bla-bla-bla... tu crois impressionner quelqu’un en étalant ta passion pour un troll? T’etais Tellement pressé de répondre que t’en as rajouté un c à ton blaz...

Je me fou de ton étalage de salmigondis de RJ. Et je réitère: tes insultes j’en ai autant à ton service :)

Cyprince3000
12/09/2019 à 10:49

@Finnois

L'usage des vocables tournant autour de la "masturbation intellectuelle" permet assez aisément de repérer les gens complexés, agressifs. ceux qui ne s'aiment pas, et s'aiment d'autant moins qu'ils sont conscients de ne pas avoir franchement tort.

Si tu veux, on cause de la relecture du film noir dans Brick, et de la mise en abime de la tragédie grecque, ou des jeux sur le montage et le tempo dans les Frères Bloom. A moins que tu sois plus à l'aise pour causer de l'étude du western que Johnson propose dans Looper.

Attention Jean-michel Ignorance. Le vent souffle.

Finnois
12/09/2019 à 10:46

@cyprine: on en a tout autant à ton service gros, tu peux sereinement continuer à te branlouiller intellectuellement sur du vent.

Cyprine3000
12/09/2019 à 10:36

Punaise, la valse des teubés, qui n'ont pas aimé leur Star Wars machin mais n'ont vu que ça, qui pensent être très malin en vomissant leur bile, c'est un spectacle grandiose.

Comme l'accouplement d'une espèce dégénérée et super-protégée, auquel tu ne peux assister qu'une fois tous les dix ans, conscient que l'évolution s'apprête à baisser le rideau sur une vieille erreur.

Johnson est reconnu et adulé par à peu près tous les cinéphiles, comme un concepteur de très haut niveau, un metteur en scène accompli. Mais non, les gars ne s'en rendent même compte.

Vous me rappelez, dans mon enfance, les mômes analphabètes qui se moquaient de ceux qui écrivaient. Je suis sûr qu'ils se sentent toujours aussi puissant depuis leur chaire de découpage de puzzle.

Tad
12/09/2019 à 10:04

Vous croyez que Johnson va inventer quoi cette fois pour « surprendre » le spectateur? :D
- Le meurtrier fait une crise cardiaque au milieu du film
- Le Colonel Moutarde fera son coming-out et ne répondra plus qu’au nom de Sieur Béarnaise?
- Mademoiselle Rose aura-t-elle droit à son téléphone? Ou a une intrigue inutile d’une demi heure comme dans un certain film?
- Verra-t-on une clef anglaise atterrir de l’espace ?
....

Je me gausse déjà.

Finnois
12/09/2019 à 09:52

Ce mec est un troll autant que son clownesque épisode 8. Le pire c’est qu’il souffle lui même sur les braises qu’il a allumé pour foutre le bordel. Et t’as encore des Mysterek pour le défendre... c’te purge

MystereK
10/09/2019 à 21:31

Mesures extrêmes bah, pas de bol avec vos intuitions, on est plusieurs à avoir entre quarante ou cinquante ans, à avoir aimé ou adoré SW8 et plutôt situé au centre de l'échiquier politique, donc si votre manière de juger le cinéma est aussi intuitive que votre manière de juger les gens, on comprends que vous n'ayez pas apprécié les qualités de SW8.

Peut-être un jour apprendrez vous aussi que ne pas aimer un film ne veut pas dire que le film est mauvais, croire que vos goûts figurent la qualité d'un film vous place d'office dans la catégorie des immatures que vous critiquez tant.

Rudy Mako
10/09/2019 à 20:45

C'est un Agatha Christie dans le fond ça!!!

Plus

votre commentaire