Joker : Joaquin Phoenix vers les Oscars... malgré un sujet très sulfureux pour les USA ?

Déborah Lechner | 4 septembre 2019
Déborah Lechner | 4 septembre 2019

Après sa présentation au Festival de Venise, Joker est d'ores et déjà considéré comme une grande réussite... mais aussi comme un potentiel danger pour la société américaine ?

Dès la première bande-annonce, il ressortait du Joker de Todd Phillips un potentiel immense qui s'est confirmé avec sa présentation à la Mostra de Venise et la pluie d'éloges qu'il a reçue - y compris notre critique. Si le film qui reprend l'origin story de l'ennemi juré de Batman est en route pour gagner le Lion d'Or, il sera également projeté en avant-première au Festival de Toronto, soit un raccourci vers les Oscars.

Le directeur de la Mostra de Venise, l'Italien Alberto Barbera, pressentait déjà la présence du film et Joaquin Phoenix dans la prochaine course aux Oscars avant même la projection. Après le succès incontestable qu'il a rencontré, comme en témoigne le standing ovation de huit minutes rapportée par Variety, Barbera a réitéré ses certitudes auprès de Deadline :

 

Photo Joaquin PhoenixJoaquin Phoenix dans Joker

 

"Le film sera absolument dans les candidats. Il mérite l'accueil qu'il reçoit, il va au-delà des limites du genre. le jeu de Joaquin Phoenix est impressionnant et Todd Phillips a fait un excellent travail."

Joker aurait donc de bonnes chances de repartir avec une statuette en février prochain. Une nomination de l'acteur pour l'Oscar du meilleur acteur serait une première pour une adaptation de comics après le prix du meilleur second rôle décerné à titre posthume à Heath Ledger pour son interprétation du Joker dans The Dark Knight de Christopher Nolan.

 

Photo Heath LedgerHeath Ledger dans The Dark Knight 

 

Mais quand un film frappe un grand coup et marque son public avec une histoire sombre et un personnage torturé, forcément la controverse s'en mêle. Au milieu des critiques dithyrambiques, il y a l'inquiétude que le film pousse certaines personnes influençables à commettre des actes horribles inspirés de ceux du "héros", à l'image des jeux vidéo accusés de rendre violent. Un sujet très actuel aux Etats-Unis, notamment suite aux mots prononcés par Donald Trump.

Le tweet du journaliste au Telegraph Robbie Collin est un exemple parmi beaucoup d'autres :

"Voici mon opinion sur Joker : Je pense que c'est un très bon film, mais je suis inquiet que quelqu'un se fasse tuer." 

 

photo, Robert De NiroRobert De Niro dans Joker

 

Alberto Barbera a également profité de l'interview pour prendre la défense de cette intrigue controversée  :

"Je ne le pense pas [ndlr : que le film soit dangereux]. Todd Phillips traite intelligemment ces éléments, il n'a pas un point de vue simpliste. Des facteurs sociaux ajoutés à d'autres facteurs externes se combinent avec l'état d'esprit du personnage pour en tirer une image complexe. C'est la force du film. C'est un film puissant, inattendu et original. Même s'il y a des références à La Valse des pantins et Taxi Driver, c'est un film très original."

Nul doute que le film saura se défaire de cette controverse pour une exploitation radieuse en salles et un succès financier à la clé. Joker sera en salles dès le 9 octobre prochain. En attendant notre critique sans spoilers est juste ici.

 

Affiche US

commentaires

Logique
05/09/2019 à 02:21

@Cendrillon la faute aux indiens

Cendrillon
05/09/2019 à 00:06

Et si je m'habille en Pocahontas et que je tue quelqu'un ? La faute à Disney ?

the riddler
04/09/2019 à 20:01

On a qu a faire des films uniquement sur des personnages tout gentils et tout mignons. Tssssk

Bob
04/09/2019 à 19:45

Le spoiler sur la fin est subtil !

Micju
04/09/2019 à 18:09

Bien oui toi . Ce film est plus dangereux que les 1000 autres ultra violents sortis cette année. Un fou peut peut-être s’inspirer de tel ou tel personnage. Mais si ce n’ est pas le Joker il en choisira un autre.si tu veux avoir moins de tueries de masse et bien contrôle les armes et cesse de trouvé de fausses excuses.Mais avec la NRA et leur puissance au États Unis c’est tout simplement utopique.

Jayjay
04/09/2019 à 17:03

Je me rappelle d'une période pas si lointaine où des infirmières se sont faites attaquer et décapiter au sabre en France, grâce au revival initié par Kill Bill... Donc oui on peut légitimement s'inquiéter, surtout aux US où la maladie mentale est traitée par dessus la jambe.

Opale
04/09/2019 à 16:46

C'est qui ce Robbie Collin? Un journaliste du Telegraph? Son opinion... ou comment porter un coup dur à un film inespéré. Tous des frileux moralisateurs vont y aller de leurs rengaines habituelles. C'est un film et il n'est pas tout public. Ça fait du bien des oeuvres qui remuent un peu, qui sortent de la zone de confort. Que Monsieur Collin retourne voir les productions Disney, ça c'est sans risque...

T-Rex
04/09/2019 à 16:46

Comme Tarantino aime à le répéter, c'est le cinéma qui s'inspire de la réalité et pas l'inverse. Au pire ça va donner l'idée à un taré de porter tel masque au lieu de tel autre ou d'utiliser telle arme pour commettre son crime, mais le mec a un souci mental dès le départ.

Gemini
04/09/2019 à 16:13

C'est surtout que certains sont cinglés de base... surtout aux USA. C'est pas le film ou les jeux qui poussent à faire ça.

votre commentaire