Monkey Punch, le créateur de Lupin The Third, est décédé

Christophe Foltzer | 17 avril 2019 - MAJ : 17/04/2019 13:26
Christophe Foltzer | 17 avril 2019 - MAJ : 17/04/2019 13:26

Il y a des jours où, franchement, on a qu'une envie, c'est de se recoucher tout de suite et d'oublier. Surtout lorsque, dès qu'on se connecte à Internet, on apprend la disparition d'une figure majeure du manga.

Les plus jeunes de nos lecteurs ne connaitront peut-être pas le personnage, mais ceux qui ont grandi dans les années 80 seront déjà plus familiers avec Lupin the Third, alias Edgar, le détective cambrioleur chez nous. Derrière ce voleur au grand coeur, petit-fils supposé d'Arsène Lupin, se cachait Kazuhiko Kato, alias Monkey Punch.

 

photo LupinUn personnage intemporel

 

Et c'est avec une profonde tristesse que nous apprenons ce matin, via Animeland, que Monkey Punch est décédé le 11 avril dernier à l'âge de 81 ans, des suites d'une pneumonie.

Né à Hokkaido en 1937, Monkey Punch devient d'abord technicien en électronique avec l'espoir de travailler à la télévision à Tokyo. C'est en 1965 qu'il crée son premier manga à succès, Playboy School, sous le pseudonyme de Gamuta Eiji, avant d'accoucher en 1967 de Lupin III, qu'il publiera jusqu'en 1972 au cours de 14 volumes. Il reprendra son personnage culte en 1977 pour Shin Lupin III, jusqu'en 1981 sur 17 nouveaux volumes.

 

photo LupinAaaaah, Fujiko

 

S'il a publié d'autres mangas, c'est bel et bien Lupin III qui lui offrira une reconnaissance internationale et sa place au panthéon des mangakas. L'oeuvre, devenue culte au Japon, connaitra divers déclinaisons en dessins animés, jeux vidéo, OAV, figurines et même film live puisque Ryûhei Kitamura signera Lupin III en 2014.

 

photoChef-d'oeuvre absolu

 

Evidemment, outre la série télé diffusée en 1985 sur FR3, on connait surtout le personnage en France grâce au Château de Cagliostro, le premier film d'Hayao Miyazaki, sorti en 1979, chef-d'oeuvre qu'on vous invite expressément à découvrir si ce n'est déjà fait. Monkey Punch surveillait de près la vie de son héros et n'hésitait pas à s'impliquer personnellement dans ses multiples déclinaisons puisqu'il a réalisé lui-même l'un des films animés, Mort ou vif en 1986.

C'est donc bel et bien une grande perte pour le monde du manga. Et si vous souhaitez entrer dans cet univers fantasque, passionnant et riche en aventure et en action, outre le film de Miyazaki, on ne peut que vous conseiller l'excellente série Lupin III, l'aventure italienne, disponible sur Netflix.

 

photo

commentaires

M1pats
17/04/2019 à 21:54

RIP

Le Château de Cagliostro j ai du le voir 10 fois

Poulet
17/04/2019 à 21:28

Dommage que les mangas originaux de Lupin the third n'ont jamais été publiés en français. J'ai eu la chance de les lire dans leur traduction italienne et ils sont très "underground", allant chercher leur inspiration du côté du Mad Magazine de Harvey Kurtzman. A vrai dire, quand on se plonge dedans après avoir vu l'anime, ça demande un moment d'adaptation, mais c'est vraiment très bon et il y a une véritable folie très rafraîchissante chez Monkey Punch.

Pierre
17/04/2019 à 18:19

Oooh RIP Monkey.... j'ai toute la collection et tout les films, une grosse perte.

zetagundam
17/04/2019 à 18:13

Sans Lupin the third pas de Cobra ni de City Hunter

Au revoir et merci Monkey Punch !

Gontran Bonheur
17/04/2019 à 11:25

Je me souviens du titre Edgar de la cambriole, qu'Edgar le détective cambrioleur...

RIP Monkey Punch

votre commentaire