Fight Club : Fincher revient fièrement sur les problèmes avec Edward Norton et les producteurs

Camille Vignes | 28 mars 2019 - MAJ : 28/03/2019 18:07
Camille Vignes | 28 mars 2019 - MAJ : 28/03/2019 18:07

Et si on reparlait de Fight Club ? Parce que c'est super bien, ça fait longtemps, et que le studio est en grande partie responsable de son bide au box-office.

Drôle d’objet que Fight Club. Sorti en 1999, avant de s’imposer comme une réussite cinématographique majeure, le film a non seulement rencontré un public réticent mais aussi une production mouvementée qui fait de lui un petit miracle de l’industrie hollywoodienne.

Le film a été produit par la 20th Century Fox pour un budget très confortable de 63 millions de dollars (quand 30 millions avaient été alloués à Seven et 50 à The Game), alors que David Fincher et le studio étaient en froid après la production d’Alien 3. Cependant, le cinéaste avait quand même réussi à signer un film unique, un alien grinçant et noir avec le matelas confortable d’un blockbuster.

 

photo, Edward Norton, Brad PittSacrifice et autodestruction

 

Mais malgré la liberté quasi-totale de l'équipe de production, on peut lire dans les colonnes d'Indiewire que le projet s’était heurté à un service marketing étroit d’esprit refusant de vendre le film comme l’entendait David Fincher (avec deux spots sous forme de messages d’utilité publique) et accusant le film de n’être pour personne.

« Le tournage s’était très bien passé, j’avais le soutien indéfectible de Laura Ziskin et Bill Mechanic. C’est quand le film a été vu par le département marketing que l’ambiance s’est mise à changer. Ils ont commencé à s’arracher les cheveux : "Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ?!? C’est totalement homo-érotique ! Les hommes ne veulent pas voir Brad Pitt torse nu !! Les femmes veulent le voir torse nu, OK, mais pas la gueule ensanglantée !!!"

 

photo, Brad PittCe que le public féminin et masculin ne veut pas voir

 

Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Comment avait-on pu en arriver là ? J’avais eu le feu vert, j’avais été honnête sur mes intentions, je n’avais pas essayé de jouer un double jeu. Et les petits génies du marketing – des gens d’un orgueil démesuré – n’ont pas su vendre le film. Ils ont conçu des publicités destinées aux amateurs de catch… Leur grand malheur, au final, c’est que le film a fini par trouver son public en DVD. C’était la preuve irréfutable qu’ils s’étaient plantés. »

Les résultats, on les connait, un box-office plutôt catastrophique avec ses 37 millions récoltés à domicile et 100,8 à l’international (rappel budget : 63 millions). Un beau gâchis quand on sait qu’au final Fight Club a trouvé son public avec sa sortie en DVD.

 

photo, Brad PittBah alors, on s'est planté ?

 

Et avant cette traversée du désert, David Fincher s’était déjà heurté de nombreuses fois à Edward Norton, l’acteur principal aux côtés de Brad Pitt, vis-à-vis du ton adopté par le film.

« Je pense qu'Edward mettait un point d’honneur à faire savoir que le film était une comédie. On en parlé ad nauseum. Je voulais qu’il y ait de l’humour, mais obséquieux, un humour qui dit : "t’inquiète pas, c’est que de l’humour". »

Appartement qui se transforme en prison, destruction de biens matériels en tous genres, fabrication de savons à base de graisse humaine revendus à de riches clientes, dialogues acides contre les canons esthétiques des publicités… Le film est une satire tranchante de la société de consommation, pas une comédie comme aurait pu le faire croire Norton.

Bref, on vous invite à revoir ce bijou du cinéma et d'apprécier un des twists les mieux menés des années 90. Et puis aussi Gone Girl,The Social Network, L'étrange histoire de Benjamin Button, Zodiac, Seven, The Game... Ce sera sans doute l'un des meilleurs moyens de patienter en attendant le retour de Mindhunter.

 

photo, Helena Bonham Carter

commentaires

Tyler
04/05/2019 à 13:52

Ça s'écrit "ad nauseam" !

Xprocessor
30/03/2019 à 19:36

Fight Club, ce fut une gigantesque claque cyberpunk, incompréhensible donc , pour la ligue du lol (inrocks et libération).... A revoir il a effectivement un peu vieilli mais cela reste détonnant.
J'avais d'ailleurs appris qu'au début du tournage, Norton et Pitt avait dû passer un accord... Brad Pitt s'entrainait chaque jour (musculation et autres) tandis qu'Edward Norton se privait de sommeil et d'alimentation... Le fil étant tourné de façon chronologique, ce hiatus entre les personnages se faisait grandissant tout au long de l'histoire...
Bref, un film assez génial à sa sortie... Vivement la suite de Minhunter !!

Murata
29/03/2019 à 21:37

Mon Dieu les critiques, merci Birdy pour ce revival. Pour ma part, j'avais vu une pintade sur Canal plus ou moins dire que le film était nul, on la sentait horrifiée, ça m'avait immédiatement donné envie de le voir ! Et quel pied ! Peut être le film qui m'a le plus fait kiffé avec Pulp fiction.

Megamind
29/03/2019 à 12:53

Vu en salle, j'avais beaucoup aimé. Puis revu et là j'avais moins apprécié.
Aujourd'hui, je trouve que le film a vieilli mais le propos reste fort : Fincher maltraite ses personnages imbéciles, pensant ouvrir les yeux sur le monde qui les entoure en refusant la société de consommation pour embrasser une cause mortifère, dictée par un fou.
Les séquences où le groupe est réuni dans la deuxième partie du film sont terrifiantes. L'illustration parfaite du lavage de cerveau et de la déshumanisation.

sylvinception
29/03/2019 à 09:48

Tant de scoops, de choses qu'on ignorait... merci encore EL!!
(lol)

Captp
29/03/2019 à 09:23

Il y à clairement eu un gros problème marketing à l'époque. Vu 2 fois au ciné et Je me souviens de tout ces gens quittant la séance en ce rendant compte que ça ressemblait pas du tout à un bloodsport qu'on leur avait vendu en promo :))

Rorov94
29/03/2019 à 09:22

EL comme tout nostalgique du bolchevisme CENSURE une fois de plus...
dommage pour mon propos pertinent.

Newt
29/03/2019 à 08:56

@Zapan

N'oublie pas que le public a lui aussi boudé le film sur le coup. Comme quoi, Fight Club n'a été compris par quasi personne à sa sortie en réalité.

Et bon, on pourrait aussi sortir les critiques positives de l'époque histoire d'être réglo. Ou parler des nombreux cas de films cultes défendus par la critique et que le public a rejeté en salles, avant de crier au génie des années après. Y'a rien d'incroyable ou vraiment révélateur à voir un super film réhabilité avec le temps.

Matt
29/03/2019 à 08:50

"Première" à l'époque avait soutenu le film. Comme quoi...
Reste que le film a un peu vieilli dans son propos et sa réalisation mais reste tout à fait recommandable.
Curieux que Norton n'ai pas eu le même point de vue que Fincher notamment en vue de ses interventions dans le commentaire audio.

Schyzoboy
29/03/2019 à 08:42

J'avais 21 ans. je suis allé le voir 7 fois au ciné, j'ai acheté un lecteur DVD pour pouvoir le revoir le plus vite possible (DVD import VO) j'écoutais la BO en boucle en lisant le bouquin, j'ai même la BO en vinyle collector couleur savon.... Bref parmi tous les films cultes que j'ai pu voir celui-ci reste pour moi le numéro 1.

Plus

votre commentaire