Bruno Ganz, acteur monstrueux des Ailes du désir et La Chute, est mort à 77 ans

Mise à jour : 17/02/2019 12:34 - Créé : 17 février 2019 - Prescilia Correnti
Prescilia Correnti | 17 février 2019 - MAJ : 17/02/2019 12:34
photo, Bruno Ganz
146

Les Ailes du désir, Le Faussaire, et bien d’autres : l’acteur suisse Bruno Ganz s’est malheureusement éteint à l’âge de 77 ans.

Il s’était avant tout distingué dans son rôle d’Aldolf Hitler dans La Chute, film qui raconte les dernières heures du dictateur allemand. Ou encore pour son interprétation de l’ange Damiel dans Les Ailes du désir. Bruno Ganz s’est éteint dans la nuit de vendredi à samedi 16 février des suites d’un cancer. 

 

photo, Matt Dillon, Bruno GanzBruno Ganz aux côtés de Matt Dillon

 

Ce fils d’un mécanicien suisse et d’une mère italienne, est considéré comme l’une des figures les plus emblématiques du cinéma allemand de l’après-guerre, que ce soit sur les planches de théâtre ou sous les projecteurs de cinéma.

Enchaînant petits boulots de vendeur en librairie et d’ambulancier, il est finalement parti tenter sa chance en Allemagne au début des années 1960. Après quelques rôles dans des théâtres prestigieux allemands, il a finalement réussi à se faire remarquer par le cinéma qui lui offrira maintes rôles par la suite. 

 

photo, Bruno GanzDans Les Ailes du désir

 

Il a débuté sur grand écran en 1975 dans La Marquise d'O ..., d’Eric Rohmer, avant d’entamer son premier film aux côtés du réalisateur Wim Wenders dans L' Ami américain avec Dennis Hopper en 1977. Il a ensuite affronté Dracula dans Nosferatu - fantôme de la nuit de Werner Herzog, incarné un reporter allemand dans Le Faussaire en 1981 ou encore joué dans L' Éternité et un jour de Theo Angelopoulos, Palme d’or à Cannes en 1998.

Parmi ses rôles les plus marquants sur grand écran, on retient évidemment celui de l’ange Damiel dans le film réalisé par Wim Wenders en 1987 (Les Ailes du désir) et qui a obtenu le prix de la mise en scène au Festival de Cannes la même année. 

 

photo, Bruno Ganz La Chute

 

Mieux encore : on retient son rôle d’Adolf Hitler dans La Chute, film réalisé par Oliver Hirschbiegel et qui a valu à l’acteur une nomination au prestigieux Prix du cinéma européen. Une prestation sublime, inégalable et qui a été bien compliquée à tourner, comme il l’avait expliqué à The Arts Desk en 2005 : 

« Cela m’a aidé de ne pas être allemand, car je pouvais mettre mon passeport entre Hitler et moi. J’ai pu construire un mur ou un rideau de fer dans mon esprit pour me distancer de lui. Je ne voulais pas passer mes soirées à l’hôtel avec M. Hitler à mes côtés ». 

Il a récemment été vu dans L'Homme sans âge de Francis Ford Coppola,  The Reader de Stephen Daldry, Cartel de Ridley Scott Remember d'Atom Egoyan en 2016. En 2018 il signait sa dernière apparition notable au cinéma dans The House That Jack Built de Lars von Trier. Durant la même année les médecins lui avaient décelé un cancer de l’intestin. A cause de sa maladie il a dû renoncer au rôle d’orateur dans l’opéra de Mozart La Flüte enchantée au Festival de Salzbourg.

Il avait également tourné Radegund de Terrence Malick, qui n'a pas encore de date de sortie, et The Witness de Mitko Panov.

 

photo, Ami américain (L')Dans L'Ami américain

 

photo, Nosferatu - fantôme de la nuit, Klaus KinskiDans Nosferatu - fantôme de la nuit

 

photoDans L'Homme sans âge

 

photo, RememberDans Remember

 

Photo Matt Dillon, Bruno Ganz The House That Jack Built

commentaires

Marc
20/02/2019 à 11:35

Je me souviens Des ailes du désir vu au ciné un choc ! Un chef d'oeuvre Bruno Ganz en ange boulversant. Et le duo avec Péter Falk inoubliable. Salut l'artiste .

Fafaninococo
18/02/2019 à 09:36

Acteur magnifique ,surtout dans un beau film dont personne ne parle (.Dans la ville blanche ),ou il déambule seul dans les rues de Lisbonne !Inoubliable!Il est devenu alors mon acteur de reve.

Jozezette
17/02/2019 à 12:17

Hitler en PLS

Ded
17/02/2019 à 10:32

Acteur inspiré du mythique conte de fées philosophique et métaphysique "Les Ailes du Désir", on peut considérer, a fortiori maintenant qu'il a rejoint l'éternité, que ce rôle d'ange lui allait comme un "Gans".
So long M. Gans...

Richter
17/02/2019 à 10:13

Reposez en paix M. Ganz, je ne vous oublierai jamais dans votre rôle de Jonathan Harker dans "Nosferatu, phantom der nacht" de Werner Herzog et aussi bien sûr dans "La chute".

votre commentaire