Dune, Code Quantum, Battlestar Galactica... l'inoubliable Dean Stockwell est mort à 85 ans

Raphaël Iggui | 9 novembre 2021 - MAJ : 10/11/2021 15:40
Raphaël Iggui | 9 novembre 2021 - MAJ : 10/11/2021 15:40

Hollywood vient de perdre un acteur de second rôle culte en la personne de Dean Stockwell, alias "Al" Calavicci pour les intimes, à l'âge de 85 ans. 

Certains noms d'acteurs évoquent une période particulière, encapsulent toute une époque dans leur patronyme, mais Dean Stockwell a traversé un demi-siècle de cinéma, des années 1940 jusqu'au début des années 2000, et eu l'occasion de vivre autant de rôles que de carrières différentes jusqu'au 7 novembre 2021, où il a été retrouvé mort à l'âge de 85 ans. 

Enfant star qui a joué aux côtés de Frank Sinatra, Gregory Peck ou devant la caméra d'Elia Kazan, il est devenu un jeune acteur ultra-prolifique dans les années 1960 avant de voir sa carrière décliner dans les années 70. Il a alors pensé à un changement total de carrière et finalement opérer un come-back inattendu dans les années 80-90, sur le grand, mais surtout le petit écran, où il trouvera d'ailleurs ses derniers rôles cultes. 

 

Photo, Dean StockwellBizarre, cet épisode de Code : Quantum

 

Né en 1936, Dean devient acteur sur les planches de Broadway à l'âge de 7 ans. Immédiatement, il s'embarque dans une carrière d'enfant-star où il jouera dans Escale à Hollywood (1945) avec Frank Sinatra et Gene Kelly, Le Mur invisible (1947) d'Elia Kazan avec Gregory Peck pour lequel il reçoit un Golden Globe spécial. Il tiendra les rôles principaux de Le Garçon aux cheveux verts (1948), Stars in my Crown (1950) de Jacques Tourneur, et Kim (1950), adaptation de Rudyard Kipling, où il donne la réplique à Errol Flynn. 

Jeune acteur, il retourne sur les planches de Broadway jouer la pièce Compulsion qui sera adaptée au cinéma devant la caméra de Richard Fleischer en 1959. Le Génie du mal lui vaudra le prix d'interprétation masculine du Festival de Cannes 1959, aux côtés d'Orson Welles et Bradford Dillman, tandis que pour Long Voyage vers la nuit (1962), ce sera le prix d'interprétation collectif aux côtés de Jason Robards Ralph Richardson, et Katharine Hepburn. 

 

Photo, Dean StockwellEncore plus beau en noir et blanc

 

Sa carrière décline doucement dans les années 1970 (quand on commence à tourner Won Ton Ton, le chien qui sauva Hollywood...), et alors qu'il envisage de quitter Hollywood après avoir obtenu un diplôme d'agent immobilier, Harry Dean Stanton l'appelle pour lui proposer un rôle dans Paris, Texas de Wim Wenders (1982). Il relance sa carrière en devenant un second rôle dans des films de David Lynch (Dune, Blue Velvet), de Francis Ford Coppola (Jardins de pierre, L'idéaliste), Robert Altman (The Player) et sera nommé aux Oscars pour Veuve mais pas trop (1988). 

En parallèle, il trouve son rôle le plus culte en décrochant le personnage du contre-amiral Albert "Al" Calavicci dans Code Quantum (1989-1993) qui accompagne Samuel Beckett (Scott Bakula) à travers les époques et l'aide à rentrer chez lui. Son nom sera au casting de l'adaptation téléfilmesque peu glorieuse de Stephen King, Les Langoliers (1995). Enfin, de 2006 à 2009, il incarne également Frère John Cavil dans Battlestar Galactica de Ronald D.Moore. 

 

Photo, Dean StockwellRepose toi, Dean, tu l'as bien mérité

 

Si on l'a retrouvé une dernière fois au cinéma dans Un Crime dans la tête (2004), c'est sur petit écran qu'il est apparu une dernière fois dans... l'épisode 9 de la saison 1 de NCIS : Nouvelle Orléans. Un tirage de révérence qui dissone à première vue dans une carrière qui, finalement, ne se caractérise que par sa richesse foisonnante et ses revirements spectaculaires. Bon voyage dans les couloirs de temps, monsieur Stockwell.

Tout savoir sur Dean Stockwell

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Ramon
13/11/2021 à 18:52

Moi c est battle star Galactica en cylon

TerminéatoR
10/11/2021 à 15:13

Il est né en 36 et non en 38 , le 5 mars pour être plus précis EL . RIP Dean :(

Muz33k
10/11/2021 à 10:07

Riche carrière! 83 ans c'est un belle vie

Ghob_
10/11/2021 à 09:33

Benasi : bien vu pour Le Flic de Berverly Hills, ça fait une paie que je l'ai pas vu, mais à l'époque je me souviens m'être exclamé "mais c'est Al !"
En effet, sacré acteur et sacrés rôles, RIP Mr. Stockwell.

Très bon acteur
10/11/2021 à 09:32

Également présent dans un des épisodes mythique de Miami Vice : Bushido ou il campe le partenaire de James Olmos qu il retrouvera dans Battlestar Galactica

Arnaud (le vrai)
10/11/2021 à 03:22

Pour moi ça sera toujours Al, même si je l’ai vu de temps en temps dans d’autres trucs

Repose en paix Al

Benasi
09/11/2021 à 23:30

Il joue également un bad guy élégant dans Le Flic de Beverly Hills 2.

Eddie Felson
09/11/2021 à 20:02

Code Quantum, Dune & Paris-Texas… et tant d’autres. Eclectique dans ses choix de carrière, talentueux, une gueule et des rôles marquants impossible à oublier. RIP;((

Stan
09/11/2021 à 19:21

Bravo pour cet article très riche et très instructif. Il restera Al pour moi.

Xbad
09/11/2021 à 18:57

Excellent dans code quantum, toujours cet ultime épisode en tête où sam lui vient en aide. Un très bon acteur

Plus
votre commentaire