Robin des Bois atomisé par la critique, comparé à un sous-Batman stupide, affreux et ennuyeux

La Rédaction | 20 novembre 2018 - MAJ : 20/11/2018 17:59
La Rédaction | 20 novembre 2018 - MAJ : 20/11/2018 17:59

Taron Egerton est Robin des Bois dans une nouvelle version.

Après le renard de Disney dans Robin des BoisKevin Costner dans Robin des Bois, prince des voleursCary Elwes dans Sacré Robin des bois ou encore Russell Crowe dans Robin des Bois, c'est autour du Kingsman Taron Egerton d'incarner le célèbre héros.

Avec le titre de Robin des Bois qui ne va pas nous aider dans la base de données, cette nouvelle adaptation, signée Otto Bathurst (Peaky Blinders), et au budget encore non révélé, sortira le 28 novembre en France.

Ecran Large n'a pas (encore) été convié à la projection, mais la presse américaine commence à publier les critiques. Et ceux qui s'étaient amusés à le comparer Assassin's Creed et Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur après avoir vu les bandes-annonces, devraient rire.

 

 

INDIEWIRE

"Le révisionnisme de l'Histoire n'a jamais été aussi bête et ennuyeux. Taron Egerton, Jamie Foxx et Ben Mendelsohn sont super charismatiques, mais ils ne peuvent sauver ce naufrage embarrassant sous forme d'origin story. (...) Robin des bois est ridicule dès qu'il commence, même si le charisme de son casting et l'absurdité de l'action suffisent à intéresser un moment.

(...)  Il n'y a pas d'énergie dans les combats, aucun sens dans les cascades, et aucune raison de s'investir dans ce bruit vide autour des personnages. Robin des Bois oscille entre l'ennui et l'absurde si vite, qu'il commence rapidement à offrir les deux en simultané de manière constante."

 

THE WRAP

"En proie aux clichés, un scénario terrible et une photo bizarre à la 300 qui ne colle simplement pas, ce n'est pas seulement un film que personne n'a demandé, c'est aussi un film que personne ne devrait avoir à supporter."

 

photo, Taron EgertonTaron motive ses troupes, mais le feu de la critique va lui cramer le cul 

 

COLLIDER

"Le résultat est gros, bruyant et sans vie, avec un casting follement charismatique qui fait de son mieux avec un scénario de Ben Chandler et David James Kelly, qui ne se préoccupe pas beaucoup des personnages, déplacés de scène en scène. (...) Pendant deux heures, Otto Bathurst ne peut garder qu'un seul des deux mythiques yeux de l'archer sur la cible, l'autre étant tellement concentré sur des suites potentielles."

 

THE HOLLYWOOD REPORTER

"La version idiote du Roi Arthur de Guy Ritchie, avec du cuir et de jolies armes, s'est révélée être une telle réussite pour tous les gens impliqués (un box-office mondial de 149 millions pour un budget de 175) que quelqu'un a tout de même évidemment pensé que ce serait une bonne idée d'appliquer le même armement modernisé absurde, garde-robe à la mode et style mitraillette à Robin des Bois. Et ça se révèle encore pire que tout ce que quiconque aurait pu imaginer, dans ce point bas des adaptations sur grand écran pour Robin, Marianne et les autres. (...) Dans un monde juste, tous les gens impliqués dans ce bordel devraient faire pénitence en public."

 

Photo Ben Mendelsohn Regretter ses choix, chercher un nouveau manager

 

THE NEW-YORK TIMES

"'Je vous dirais l'année à laquelle ça s'est passé mais je ne m'en souviens pas en fait', murmure un narrateur au début du film; "mais je m'en fiche en fait', serait plus juste. (...) L'intrigue est tordue de manière superficielle, l'action aussi explosive que prévisible, et l'euphorie recherchée non-existante.

 

THE GUARDIAN

"Un prequel imberbe et boursouflé qui devrait être hors-la-loi. (...) Ce film plein de CGI ne vole pas tellement aux plus riches pour donner aux pauvres, mais vole à Guy Ritchie, Batman, Double-Face et quelques autres - et ne rend pas grand chose au public."

 

photo, Jamie Foxx"Tu vas prendre ça, me taper avec, et me foutre en arrêt maladie"

 

ENTERTAINMENT WEEKLY

"Un film de cambriolage sans humour ni coeur. (...) Le film a deux points positifs : Jamie Dornan et Tim Minchin. (...) L'histoire de Robin des Bois a offert de la matière aux adaptations cinématographiques, du fanfaron au satirique. Mais Robin des Bois 2018 vise avec sa flèche l'action et la pertinence contemporaine, et rate entièrement sa cible."

 

IGN

"Une nouvelle version sans saveur de la légende qui ne révèle jamais pourquoi elle a été faite. (..) Ce nouveau Robin des Bois évoque quelques styles de narration modernes, a un casting charismatique, mais n'offre aucune perpective intéressante sur le personnage ou ses aventures. (...) C'est comme si l'histoire nous était racontée par un lycéen qui a abandonné l'école, et a tout filtré via des séries de super-héros de la CW, et a pris les meilleures choses à la première saison d'Arrow.' 

 

photo, Tim MinchinTim Minchin

 

VARIETY (qui déteste moins que les autres)

"Ce Robin des Bois réajusté-pour-les-jeunes, plein d'action, ne devrait pas fonctionner, mais c'est plus fun et honnête que les versions de Kevin Costner et Russell Crowe. (...) 

Otto Bathurst sait comment emballer les scènes d'action somptueusement mises en scène, mais également les confrontations au niveau humain. (...) A la fin, le film évoque une suite avec un twist sacrément bien, et la présence d'une actrice comme Eve Hewson est une raison de vraiment la vouloir."

 

SCREENRANT (qui aime même plutôt ça)

"Robin des Bois modernise l'histoire classique avec quelques nouvelles idées qui ne fonctionnent pas toujours, mais le récit de ce héros hors-la-loi est porté par le charme de Taron Egerton. (...) Au final, Robin des Bois est une expérience de cinéma divertissante, avec assez de nouvelles idées pour se démarquer des précédentes adaptations."

 

photo, Jamie DornanJamie Dornan

 

Bref, Robin des Bois part du mauvais pied. Ou pas, puisque ce type de film se contrefiche de la critique, et mise sur un public qui sera d'abord réceptif aux promesses d'action et explosions au ralenti des bandes-annonces.

Sur Rotten Tomatoes, Robin version 2018 en est à 18%, sur 22 critiques. C'est moins que Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur jusque là avec ses 31%, mais patience : le Guy Ritchie a eu droit à 248 critiques pour en arriver là. 

Sur Metacritic, il a une note de 33, avec 11 critiques.

Pour les plus courageux (dont nous), Robin des Bois version Assassin's Creed + Batman x Guy Ritchie sortira le 28 novembre.

 

Affiche française

commentaires

Galawarrr
28/11/2018 à 08:37

Le mec qui a fait l'affiche devrait faire pénitence également... Mes yeux...

miagi
25/11/2018 à 18:43

J'ai vu la bande annonce avec les collègues , on s'est regardé et on a eu la même réaction : NIET

Baneath88
25/11/2018 à 13:24

Quelle surprise ! Surtout venant d'un film dont les bandes annonces vendaient une partouze visuelle évoquant l'ignoble Roi Arthur de Guy Ritchie.

Geoffrey Crété - Rédaction
21/11/2018 à 17:15

@lol

Vous donnez peut-être trop de poids à ce poste, dans ce contexte. Sur un blockbuster de ce type, à Hollywood, le réalisateur est surtout un technicien, et le directeur d'acteurs.
Avec lui ou un autre, le film se fera. Avec ces acteurs, ce budget, probablement ces décors, ces lieux de tournage, etc. Il n'a pas le final cut, donc le montage est validé par les producteurs, et l'équipe de post-prod est probablement bien plus expérimentée.
Comme la deuxième équipe, chargée de filmer les scènes d'action. Par ex, le réalisateur de seconde équipe sur Robin des Bois 2018 est Simon Crane : il a eu ce poste sur quelques films, comme Rogue One, Quantum of Solace, Hancock, X-Men: L'affrontement final, Terminator 3, World War Z, Men in Black 3.

De plus, avoir un "jeune" réalisateur permet certainement d'avoir un technicien plus obéissant, qui accepteront certainement plus de jouer le jeu vu l'opportunité (bien sûr, il y a des exceptions : pensée pour Josk Trank). D'où ces "jeunes" réalisateurs propulsés chez Marvel, par ex, après un ou deux films indé.

lol
21/11/2018 à 16:59

Ce que j'aime bien, c'est que dans le monde du travail normal, on exige des gens des diplomes, de l'expérience, mais dans le cinéma... Otto Bathurst réal d'épisode de série tv et de qqe téléfilm, qui n'a jamais fait de gros long métrage ni travaillé sur des blockbusters, allez on lui file d'un coup un budget à 150 millions... waaayyyyyyyyy, allez les prod si vous savez pas quoi faire de votre fric, j'ai un compte bancaire sur lequel vous pouvez transférer votre argent.

Adam
21/11/2018 à 16:09

Mode "vieux con" activé
De toute façon le seul robin des bois que je reconnaissance c'est Errol Flynn...

Mr Vide
21/11/2018 à 14:49

''Le résultat est gros, bruyant et sans vie, avec un casting follement charismatique qui fait de son mieux avec un scénario (...) qui ne se préoccupe pas beaucoup des personnages, déplacés de scène en scène.''

'' (...)évoque quelques styles de narration modernes, a un casting charismatique, mais n'offre aucune perpective intéressante sur le personnage ou ses aventures. (...)''

Ça me fait penser à l' Épisode VIII...

Raoul
21/11/2018 à 14:04

Ben Mendelsohn je ne peux plus le voir en peinture. Le gars fait la même chose dans Rogue One et Ready Player One, sans doute pour ce Robin des Bois n'a t-il pas révolutionné son jeu ni ses mimiques.

Quel est le budget de cette chose? 150 / 175 plaques? Vivement le brexit :=)

Luigi
21/11/2018 à 13:30

A quand Tarzan dans l'espace,Zorro "westcoast"ou Bond dragqueen? A force de vouloir plaire aux "teenagers" incultes ont fait portnawak! M 'en vais me repasser le "Costner" ce weekend tiens!

Scream King
21/11/2018 à 13:29

En voyant la BA, je me suis fait la même réflexion que la critique d'IGN. A savoir "C'est comme si l'histoire nous était racontée par un lycéen qui a abandonné l'école, et a tout filtré via des séries de super-héros de la CW, et a pris les meilleures choses à la première saison d'Arrow.'
Pour moi tout est dit et clairement, c'est le public visé.

Plus

votre commentaire