Venom : quelques références aux comics et à Spider-Man que vous auriez loupé

Mise à jour : 13/10/2018 22:05 - Créé : 13 octobre 2018 - Prescilia Correnti
Affiche japonaise
9 réactions

Le film de Ruben Fleischer est sorti dans les salles mercredi dernier. Déception ou pas, le film regorge de références. Décryptage.

Sony a enfin décidé de sortir dans les salles de cinéma sa carte du Spider-Verse, à commencer par Venom, film réalisé par Ruben Fleischer et porté par Tom Hardy. Si le film s’est fait sauvagement critiquer par la presse et les spectateurs (pour ne pas dire que c’était un carnage et faire un mauvais jeu de mots), le long-métrage perce déjà les scores au cinéma. Rapidement le film a déjà engrangé plus de 102,8 millions de dollars sur le territoire américain et 229,9 millions au box-office mondial.

Bref, il ne plaît pas à la critique mais il marche auprès du public. L’occasion de revenir, très rapidement, sur quelques références (ou easters eggs) sympathiques.

ATTENTION SPOILERS ! 

 

photo, Tom HardyLa définition du loser selon Sony

 

NEW YORK ET LE DAILY GLOBE

Dans le film, Tom Hardy et Michelle Williams sont au restaurant. Alors que Tom Hardy, incarnant le personnage d’Eddie Brock, explique à sa petite amie qu’il n’a pas envie de réaliser une interview. Celle-ci lui rappelle gentiment qu’il avait été viré de son précédent journal, le Daily Globe, à New York. Ce même journal qui se trouve être le plus grand rival du Daily Bugle tenu par J. Jonah Jamenson. Une référence obligée au passage où Eddie Brock se fait licencier pour faute grave à cause de Spider-Man.

Dans les comics, c’est à ce moment précis qu’Eddie Brock connaît sa descente aux enfers et se retrouve dans l’église au moment où Peter Parker tente de se débarrasser de son symbiote. Et oui, comme dans Spider-Man 3, vous allez voir, vous allez changer votre perception du film très bientôt. Sauf que dans le film Venom, Eddie travaillait pour le Daily Globe et non pour le Daily Bugle. Malin Sony.

 

photo comicsEt paf, on insère le concurrent pour éviter toute référence à Spider-Man

 

RANDY SCHUELLER

Pour comprendre qui est le nom de cet "inconnu", il faut remonter à l’origine de la création de Venom. Il y a des années en arrière, un fan de Spider-Man a écrit une lettre pour Marvel leur suggérant un changement de look pour l’homme araignée et ce, en imaginant notamment un costume noir. Par la suite Marvel adopte l’idée et lui achète pour la modique somme de 220 dollars. Cette suggestion aura donné des idées pour la maison mère qui imaginera le personnage de Venom.

Le symbiote ne prendra réellement son nom que lorsqu’il rencontrera Eddie Brock en 1988 dans Amazing Spider-Man numéro 298. Tout ça pour quoi ? Parce que ce fan en question s’appelait Randy Schueller, et que Tom Hardy/Eddie Brock habite dans The Schueller Building. Bel hommage.

 

photo comicsSympa le costume, au début.

 

SHE VENOM

Au cours de son très bref passage en symbiose avec le symbiote extraterreste, Anne (Michelle Williams dans le film) devient une version féminine de Venom, à l’instar des comics. Si She Venom n’aura pas fait long feu dans les comics, elle aura eu une petite aventure, laquelle est sortie en 1995 dans l’arc Sinner Takes all. Dans les comics, Anne et Venom se sont liés car l'ex-femme d'Eddie Brock a été abattue, ce qui a eu comme conséquence de lui sauver la vie. Un peu comme Tom Hardy à la fin du film.

Cependant, le comicbook ne se finit pas aussi bien que dans le film puisqu’elle décède par la suite.

 

photo comicsVision de cauchemar

 

JOHN JAMESON

Au tout début du film, lorsque la navette qui était revenue de Battleword s’approche de la terre avant de se crasher dans une tempête de flammes et de casses, le film fait brièvement mention d’un survivant du nom de "Jameson". Ce qui dans tout autre film serait simplement une ligne de dialogue jetable, mais pas ici.

Le nom de Jameson est en fait un hommage au personnage du comics, John Jameson, qui en plus d’être le fils de J. Jonah Jameson (le rédacteur en chef du Daily Buggle) est également l’astronaute connu pour avoir amené les symbiotes sur Terre. Plus tard il deviendra même un loup-garou. Pour l’anecdote le personnage est apparu dans Spider-Man 2 sous les traits de Daniel Gillies.  

 

photo comicsJohn Jameson qui s'est fait planter le jour de son mariage dans Spider-Man 2.

 

CARNAGE

Evidemment, comment ne pas terminer cette petite liste sans évoquer Carnage ? L’un des antagonistes les plus célèbres de Venom et de facto de Spider-Man. Dans l’une des scènes post-génériques, on voit donc Tom Hardy redevenu journaliste rendant visite à Cletus Kasady dans sa cellule et qui apparaît à l’écran sous les traits de Woody Harrelson. Qui plus est, la dernière ligne de dialogue de l'acteur est elle-même une référence au comics : « quand je serai libre ce sera un véritable carnage ». Voilà qui est dit.

Néanmoins pour l’anecdote sachez que dans les comics, Eddie Brock et Cletus se rencontrent parce qu’ils sont voisins de chambrée dans la même cellule. Lorsque Venom vient délivrer Brock de son emprisonnement, il contamine sans le vouloir Cletus, qui deviendra par la suite : Carnage.

 

photo Carnage, Woody Harrelson

 

Bien évidemment, le film regorge d’autres easters eggs aux comics, et il ne s’agit ici que d’une simple liste non-exhaustive. Venom est d'ores et déjà dans les salles, et on ne peut que vous inciter à aller faire votre propre avis du film. Notre critique est disponible ici.

 

Affiche

commentaires

Hug 16/10/2018 à 00:30

Super film avec un super acteur,de l'action de l'humour vivement le deuxième ceux qui critiquent ne connaissent rien.

Barbadoom 15/10/2018 à 09:05

A part les quelques gouttes de sang dans le final de l'épicerie retirés à cause du PG13 et ... j'avoue que Woody Harrelson avec sa perruque en scène post générique (mais qui n'appartient pas à ce film) c'était spécial avant qu'il nous fasse une gueule de psychopate pour annoncer Carnage, pourquoi tant d'acharnement sur Venom? C'était vraiment un top film niveau divertissement! Tom Hardy était en total roue libre je n'y ai vu pratiquement aucun défaut à part faire mieux que les origin stories de Spiderman et surtout de Homecoming. J'ai hâte de voir la suite...

Aderstein 14/10/2018 à 01:53

Moi je m'attendais à rien de ce film, et j'en suis sorti avec amusement. C'est un bon film, avec des scènes f'action.

Gaga 13/10/2018 à 14:04

" il ne s’agit ici que d’une simple liste exhaustive"

Manque un truc :d

Dedz 13/10/2018 à 13:44

Ce ne sont pas les références qu’on aurait loupées le souci, c’est le film qui l’est, totalement loupé.

raff8 13/10/2018 à 13:11

par contre la perruque de Woody Harrelson dans la post générique c'est bien une référence a Ronald Mcdonald? Gros fail du département accessoire...

votre commentaire