Alfonso Cuaron gagne le Lion d'Or de Venise avec son Roma, distribué par Netflix

Christophe Foltzer | 9 septembre 2018 - MAJ : 09/09/2018 10:51
Christophe Foltzer | 9 septembre 2018 - MAJ : 09/09/2018 10:51

La 75ème édition de la Mostra de Venise vient donc de s'achever et de décerner son palmarès. Sans surprise, il est de qualité.

Cela fait plusieurs années que l'on sent le vent tourner et cette nouvelle édition de la Mostra de Venise nous l'a encore une fois confirmé, le Festival de Cannes perd de plus en plus de terrain au profit du festival italien. Il n'y a qu'à voir la différence entre les deux sélections où pas mal de films que l'on attendait sur la croisette se retrouvent finalement à Venise. Il faut dire aussi que le positionnement probélmatique de Cannes vis-à-àvis de Netflix y est pour beaucoup et lui donne cette image passéiste alors que Venise acceuille le network à bras ouverts. Pire encore, il le récompense.

 

PhotoRoma

 

Car oui, le grand vainqueur de cette année est une production Participant Media et Esperanto Filmoj, rachetée par NetflixRoma d'Alfonso Cuaron vient donc de remporter le Lion d'Or du meilleur film, tandis que Yorgos Lanthimos a obtenu le Lion d'Argent du Grand Prix du Jury pour son nouveau film The Favourite avec Olivia Colman, Rachel Weisz et Emma Stone. Jacques Audiard récole le Lion d'Argent de la mise en scène pour Les Frères Sisters tandis que le prix du meilleur scénario revient aux frères Coen pour The Ballad of Buster Scruggs.

 

photo, Rachel WeiszThe Favourite

 

Gros retournement de situation pour The Nightingale de Jennifer Kent, conspué et insulté par une partie du public lors de sa projection, qui reçoit ici le prix spécial du Jury. Comme quoi il y a une justice. Olivia Colman a obtenu la Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine pour son rôle dans The Favourite tandis que Willem Dafoe la reçoit également pour la meilleure interprétation masculine pour sa prestation dans At Eternity's Gate où il interprète Vincent Van Gogh. Enfin, le prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir revient à Baykali Ganambarr pour son rôle dans The Nightingale.

Un palmarès très diversifié donc et qui a du sens et qui montre bien à quel point Venise a une longueur d'avance sur Cannes.

 

PhotoThe Nightingale

commentaires

Shagon
11/09/2018 à 10:43

@Guenon

Bah exactement, j'aurais cité ces 3 là aussi sur les centaines de programmes proposés avec the end of the F**** world. Le pourcentage qualité / quantité est à booster.
Marseille, Insatiable, Bright, Cloverfield paradox, c'est aussi ça Netflix....

Il faut qu'ils se ressaisissent avant l'arrivée des autres plateformes.
Et qu'ils bossent leurs abominables doublages pour qui ne regarde pas en VO...

Simone2beauvoir
10/09/2018 à 22:07

Le film en tout cas semble être une réussite, Alfonso Cuaron est loin d'être un manchot et c'est tout ce qu'on lui demande. Si le film est bon et que je peux le visionner plusieurs fois sur Netflix dans de bonnes conditions, image et son alors tant mieux. Je ne vais pas me plaindre.

Tiens je vais me refaire Beasts Of No Nation de Gary Fukunaga.

Satan Lateube
10/09/2018 à 09:22

Mouais, c'est peut être très bien comme film, mais bon, avec Del Toro en président du Jury, c'était plus que prévisible (qui a parlé de Huppert et Haneke ?).

Thierry
09/09/2018 à 22:53

Grand moment, fort et symbolique, pour Netflix qui a le nez creux, achetant et distribuant un film qui décroche le Lion d'Or à Venise. C'est une première. Et il suffit, comme Amazon Video, de diffuser le film dans quelques salles, disons aux USA, pour entrer à la régulière dans les diverses compétitions et autres courses aux Oscars. La France et ses lois ringardes et obsolètes ne peut que regarder, immobile, passer le train du changement. Excellent. :))

petrolum
09/09/2018 à 20:37

Ça va faire mentir Spielberg qui expliquait grosso-modo que les films sur plateformes n'étaient pas des films de ciné et qu'ils ne méritaient pas de concourir.

facho faché
09/09/2018 à 19:10

et oui, Cannes est en perdition, çà date même d'avant Netflix, on veut moins de bling bling, moins de politique, on veut du cinoche bordel!

Guenon
09/09/2018 à 13:37

@shagon c est vrai que Mindhunter (la serie qui est un bijoux de Fincher ) , Annihilation, strangers Things Ç est de la house faut arreter de dire n importe quoi bon tout n est pas qualité comme pour les autres plateformes

Shagon
09/09/2018 à 11:18

2 productions Netflix ont été présentées en compétition à Cannes en 2017. La plateforme n'était pas que distributeur. Ils sont essayé.

Cannes, Venise et Berlin peuvent coexister sans se ressembler.
Tout comme Netflix et le cinéma peuvent coexister également.

Pour le reste, on a bien compris que le nouvel objectif de Netflix, c'était d'être associé à des prix prestigieux pour redresser leur problème de qualité sur la quantité de programme bof bof.

L'arrivée des autres plateformes en 2019 va être passionnante ( mais les salles vont souffrir...)

david
09/09/2018 à 10:41

Roma n'est PAS une production netflix mais une distribution, ils n'ont acheté le film qu'une fois terminé (au moment même où l'on parlait de sa probable présence à Cannes), ils ne sont à l'origine ni du projet ni de son financement, ils en ont juste acquis les droits d'exploitation. Tout comme Casa de papel et bon nombre de productions diffusées sur netflix et estampillées malgré tout netflix originals. Il ne viendrait à l'idée de personne de dire de Star Wars que c'est une production TF1 quand celle-ci le diffuse sur son antenne ?

sérieman
09/09/2018 à 10:31

Félicitations à "@ "pour le prix du meilleur espoir!

Plus

votre commentaire