Roma : cinq ans après le sacre de Gravity, Alfonso Cuarón s’exprime sur son prochain film diffusé par Netflix

Prescilia Correnti | 26 juillet 2018
Prescilia Correnti | 26 juillet 2018

Il l’assure, il a mis tout son cœur à l’ouvrage. Sa nouvelle œuvre est composée à 90% de ses souvenirs. Plus qu’un simple film, Alfonso Cuarón livre une partie de lui-même dans Roma.

Avant de s’attarder sur Roma, il faut comprendre l’histoire d’Alfonso Cuarón. Qui se cache derrière ce réalisateur de talent, considéré comme l’un des cinéastes mexicains les plus doués de son époque, aux côtés des compatriotes et amis Guillermo del Toro et Alejandro González Iñárritu ? L’homme derrière Et... ta mère aussi !Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban, La Petite princesse, Gravity ou Les Fils de l'homme entre autres, livre un brin d'explication dans le film le "plus essentiel à sa carrière" d’après lui. Fort. Poignant. Emouvant. 

Alfonso Cuarón aura mis toutes ses tripes dans Roma puisqu’il y réfléchit depuis ses débuts dans l’industrie du cinéma en 1991. L’occasion de revenir sur ce futur long-métrage estampillé Netflix.

 

Photo Alfonso CuarónAlfonso Cuarón sur le tournage de Gravity

 

En interview avec Indiewire, le cinéaste est d'abord revenu sur sa réalisation :

"J’ai toujours voulu faire un film avec lequel je me sens à l’aise lorsque j’arrive à la fin de la réalisation. Avec Roma, j’étais satisfait quand je l’ai terminé. J’étais vraiment heureux, et c’est sans doute parce que c'est le premier film au travers duquel j’ai réellement pu communiquer ce que je désirai transmettre. C’est une histoire avec différentes formes et touches d’émotions qui étaient présentes en moi depuis le moment où j’ai voulu devenir réalisateur."

L’autre particularité de Roma, en plus d’être très (plus ou moins) autobiographique, est d’être estampillé Netflix. Un choix qui pourrait paraître étrange pour certains, mais qui était la meilleure solution pour Alfonso Cuarón : "la plateforme était la meilleure maison pour un projet assez secret, autobiographique et qui m’a emmené au plus près de mes racines."

 

Photo Alfonso CuarónElle date l'époque du prisonnier d'Azkaban

 

Roma suivra l’histoire d’une famille mexicaine de classe moyenne dans le Mexico de la fin des années 60 et début des années 70. La mère de famille vient tout juste de séparer de son mari. Cleo, aide ménagère, et sa collègue Adela vont s’entraider dans une société où les hiérarchies sociales sont rigides. En ligne de mire du long-métrage : les manifestations étudiantes de 1968 et le massacre de 42 étudiants par le gouvernement mexicain durant juin 1971. Des séquences qui promettent d'être psychologiquement fortes et puissantes. Alfonso Cuarón explique d’ailleurs avoir puisé dans sa mémoire pour reconstituer ces faits :

"Les personnages existent dans la vraie vie. Ce sont des gens que j’aime profondément. J’ai dû entreprendre un voyage au sein de mes propres souvenirs, à travers le labyrinthe de ma mémoire, et aussi au travers des conversations que j’ai eues avec ces personnes qui étaient présentes au moment des faits, et qui ont vécu ces évènements avec moi. "

Roma, filmé en noir et blanc, fera sa grande première mondiale lors de la Mostra de Venise, qui se tient du 29 août au 8 septembre prochain, avant de passer outre-Atlantique du côté de Toronto et New YorkRoma sortira aux Etats-Unis sur Netflix le 14 décembre prochain et devrait sans doute arriver le même jour en France (même si l'on attend une confirmation officielle). Pour patienter, un premier court teaser est déjà disponible.

 

Photo Alfonso CuarónAlfonso Cuarón

commentaires

Andarioch
30/07/2018 à 10:24

Les fils de l'homme, meilleur film de puis... pffffuit!
Optimiste, forcement.

Alexandre Janowiak - Rédaction
26/07/2018 à 18:22

@Baneath88, on espère bien !

Baneath88
26/07/2018 à 18:11

Nouvelle pépite en vue?

votre commentaire