Wonder Woman 2 sera le premier film à respecter des mesures anti-harcèlement sexuel sur son tournage

Christophe Foltzer | 23 janvier 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 23 janvier 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Comme on le pensait, l'affaire Harvey Weinstein et les nombreux scandales qui ont suivis obligent Hollywood à une grosse remise en question. Et à prendre des mesures assez drastiques aussi pour que cela ne se reproduise plus.

S'il fallait encore se prouver que la vie suit une logique cosmique, on ressortirait l'argument Wonder Woman. Gros carton de 2017, le film de Patty Jenkins a prouvé qu'une femme pouvait très bien réaliser un film de super-héroïne et que le public répondrait présent en masse. Quelques mois plus tard, c'est le scandale relatif à Harvey Weinstein qui éclate et on se demande toujours si le film n'a pas joué inconsciemment un rôle dans la libération de la parole des femmes.

 

bande-annonce comic-con

 

Tandis que plusieurs affaires se retrouvent sous le joug d'une enquête judiciaire, il convient aussi que les mentalités changent au sein-même d'Hollywood et, visiblement, tout est fait dans ce sens puisque la Producer's Guild of America (le syndicat des producteurs américains) vient de dévoiler officiellement dans un communiqué un nouveau protocole de prévention du harcèlement sexuel qui devrait entrer en application pour la première fois.... sur le tournage de Wonder Woman 2. On ne pouvait faire plus symbolique.

 

bande-annonce comic-con

Parmi toutes les mesures prises, évoquons une action conjointe avec l'association Time's Up, créée suite aux nombreux scandales, qui devrait inspecter avec vigilance les conditions de tournage. Le communiqué rappelle ainsi que chaque film et chaque membre de l'équipe doit se conformer aux lois en vigueur concernant le harcèlement sexuel et que c'est au producteur qu'il incombe la responsabilité qu'elles soient respectées, enjoignant quiconque à consulter son avocat s'il n'est pas au fait des lois.

Dans les faits, cela signifie aussi que lorsqu'un film recquiert un entrainement individuel tout doit être fait pour éviter le moindre harcèlement, en engageant par exemple des entraineurs qui ont prouvé par leur conduite qu'ils ne sont pas dans ce genre de délire et qu'ils sont respecteux de la loi et de la personne.

 

Photo Gal Gadot

 

En ce qui concerne les actes de méconduite sexuelle sur le plateau, le communiqué encourage chaque production à engager au moins deux personnes, idéalement de genre différent et probablement avocats, que les membres de l'équipe pourront consulter s'ils ont été témoins ou victimes d'acte d'harcèlement sexuel. Dans ce cas, les référents remonteront l'information aux oreilles de la production qui jugera du sérieux de l'affaire avant d'impliquer une tierce personne et d'entamer un certain nombre de procédures juridiques. Evidemment, le plus gros risque dans tout ça c'est que certain plaignants ne le fassent que par désir de vengeance vis-à-vis de leur cible et que l'agression ne soit pas réelle au final. Il en revient donc encore une fois à la responsabilité du producteur pour faire en sorte que de telles choses ne se produisent pas, notamment en dirigeant toutes les réunions et les séances de casting dans un environnement professionnel et rassurant pour tout le monde. Sachant que le communiqué précise qu'une accusation dans ce cadre ne signifie pas une culpabilité mais simplement un signalement qui sera sujet à une enquête.

On le voit, la PGA est bien décidé à ne plus jamais vivre un tel scandale et, s'il est un peu tôt pour savoir si cette méthode fonctionne, ce qui est sûr c'est que Wonder Woman 2, dont le tournage commencera au milieu de cette année, risque d'être un sacré laboratoire.

 

Photo Gal Gadot

 

Tout savoir sur Wonder Woman 1984

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
zanzibar_007
23/01/2018 à 21:33

ça en fera pas un bon film pour autant, le premier valait déjà pas grand chose, alors là je n'ose imaginer...

docsavage
23/01/2018 à 16:19

les pédophiles dégénérés d'Hollywood sont mis à l'amende cette histoire d'harcèlement sexuel est juste une façade pour rassurer

Dirty Harry
23/01/2018 à 14:03

le meilleur des mondes...dire qu'il va falloir signer des papelards pour le consentement (ben ça ne s'appelait pas le mariage ??) dans cette société fliquée ou l'homme occidental se voit montré comme un tortionnaire oppresseur (conseil aux timides : barrez-vous épouser une thaïlandaise car ici vous avez trop d'obstacles pour vous réaliser en amour).

Pulsion73
23/01/2018 à 12:06

La moindre bise ou regard à la loupe ? A force on tend vers l'anti "rapports humains".

STEVE
23/01/2018 à 10:42

Les américains sont complètement barjes avec le sexe.

S'ils n'étaient pas aussi hypocrites et politiquement corrects, si la parole se libérait sur ce sujet, il n'y aurait pas autant de frustrations et de paradoxes.

Ce que je lis là est absolument surréaliste!

On se croirait dans un délire à la Brazil!

STEVE
23/01/2018 à 10:39

Le climat de parano qui va y régner!
Une blague hop viré et envoyé au tribunal!

Karkass
23/01/2018 à 10:27

C'était qu'une question de temps avant que ça devienne un argument marketing.

Tip
23/01/2018 à 09:57

Mais ou va le monde ... j'espère qu'on va péter un bon coup une fois pour tout car je n'ai pas l'impression que cela tourne normalement. Depuis la nuit des temps les rencontres ce sont fait sur des tentatives et échecs et là ils veulent castrer les deux sexes : car cela marche dans les deux sens. Quid du mec qui c'est fait jeté de balancer sa truie ?
Mais c'est quoi ce délire de balancer des collègues car il y a une doute de 'harcèlement'. J'espère qu'on va pas tomber dans ces conneries en france.

Karev
23/01/2018 à 09:23

et sur Wonder Woman 3, l'accès au tournage sera totalement interdit pour les personnes avec une teub !

votre commentaire