Hellraiser : Judgment sera vraiment hardcore, d'après son réalisateur

Jean-Luc Hassaique | 9 novembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Jean-Luc Hassaique | 9 novembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Cela fait maintenant quelques années (décennies ?) que la saga Hellraiser ne nous a pas filé les chocottes. Mais comme on adore toujours autant ses racines, on se renseigne.

Après avoir été initiée par le romancier et cinéaste Clive Barker, qui adaptait sa nouvelle éponyme, la saga Hellraiser a connu une suite, intitulée les écorchés, imparfaite, mais qui prolongeait fidèlement l’esthétique et les thèmes du film initial. Après quoi la franchise s’est embourbée dans une suite de séquelles cheap et simplistes, anticipant malgré elles l’avènement du torture porn.

 

Photo

Les abominables Cénobites, dans le premier Hellraiser

 

La série n’est pas morte pour autant, puisqu’un énième épisode a achevé son tournage, Hellraiser : Judgment, mais n’a pas encore de date de sortie. Il n’empêche, son réalisateur Gary J. Tunnicliffe (ancien maquilleur sur les épisodes précédents) est convaincu de tenir là un film sacrément hardcore, ainsi qu’il l’a expliqué au micro du podcast The Movie Crypt, animé par Adam Green et Joe Lynch.

« Nous avons filmé deux séquences au cours desquelles… une des actrices s’est quasiment évanouie… Une scène va vous faire péter un câble tout spécialement Adam… Je vous la décrirai en off et à ce moment-là, vous allez vous exclamer « oh Jésus Christ ».

Il y est question d’un petit chien. Non, le chien n’est pas tué. Mais il traverse une expérience… traumatique. Et puis on a aussi trois machinistes qui ont quitté le plateau au milieu d’une séquence en s’exclamant « C’est vraiment trop tordu. »

 

PhotoPinhead, maître des Cénobites, dans le prochain volet

 

Tout savoir sur Hellraiser - Le pacte

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
west666
13/11/2017 à 06:49

mouai encore du blablabla j'entends souvent ce genre de chose et plus tard une fois vu on est déçu dommage un autre projet avait vu le jour mais a été tué dans l'oeuf par les maisons de prod qui n'en voulait simplement pas et ça c'était du bon quelle désastre .

hellraiser origins --------------------------

Le 10 avril 2014, Paul Gerrard a publié une annonce de sa part:

"Je suis triste d'avoir à annoncer qu'il est très improbable que HRO se fasse: le monde et le marché du film actuel n'étaient pas prêts pour une vision aussi élaborée de l'univers des ressources humaines. Mais HRS aurait choqué, exulté, ravi et étonné son public, je le crois sincèrement, mais hélas les studios et la presse ne sont pas derrière nous. derrière nous et je vous remercie tous.Le HUB créatif créé à partir de ce processus épique ne sera jamais apprivoisé, nous serons de retour d'une manière ou d'une autre.En vengeance! Je vous remercie tous pour votre soutien et votre dévouement. les hauteurs d'exaltation produisant, créant cette bête, écrasée de déception à cause de son échec à trouver son terrain, il m'a fallu longtemps pour revenir à la normale, quoi que soit la normale, mais attendez-vous à ce que l'enfer sorte de moi. , vous ne pouvez pas retenir cela.

Sgt. P.
10/11/2017 à 15:37

Voilà des commentaires de réalisateur bien rassurants sur la qualité du film....-_-

The Hellbound Heart
10/11/2017 à 12:32

La nouvelle (novella, en fait) de Barker n'est pas du tout éponyme : son titre est The Hellbound Heart.

Stridy
10/11/2017 à 09:04

Je crois que je n'ai jamais vu une licence se faire autant massacré.

Les producteurs n'ont rien compris à Hellraiser et cet article est hélas flagrant.

Trashyboy
10/11/2017 à 08:51

Pas forcément rassurant...

TheJoker
09/11/2017 à 20:05

Et aller que le massacre continue, le 1 et le 2 suffisaient, c'est deux excellents films d'horreurs, seul le 5 est une bonne suite, les autres sont catastrophiques.

Antephil
09/11/2017 à 18:41

@Draven ou gros snuff bien hardcore ... si on a le droit de rêver un peu jusqu'au désastre

Draven
09/11/2017 à 17:40

Film tourné en 3 semaines pour un budget ridicule, par le scénariste du neuvième film qui se traîne une réputation si désastreuse qu'il est toujours inédit chez nous.
Grosse daube en DTV en vue...

votre commentaire