Roland Emmerich (10 000)

Maud Desmet | 7 mars 2008
Maud Desmet | 7 mars 2008

Après son film catastrophe sur le rechauffement planétaire Le jour d'après, Roland Emmerich se plonge dans un genre nouveau, l'aventure préhistorique 10 000, où l'on suit les péripéties du jeune chasseur de mammouth, D'Leh, qui doit sauver son clan ainsi que la princesse dont il est tombé amoureux. Réalisateur mais aussi scénariste du film, Emmerich revient sur la fabrication de cette histoire épique et sur son tournage colossal.

 

 

 

Que pouvez-vous nous dire sur l'histoire de 10 000 ?
10 000 est une histoire classique de héros où un jeune homme doit empêcher la fin du monde pour sauver la fille qu'il aime. C'est une histoire intime et émotionnelle. C'est aussi, et avant tout, une leçon sur le fait de prendre ses responsabilités, non pas seulement avec la femme que l'on aime mais aussi, à une plus grande échelle, avec le reste du monde.

 

 

 

 

Que pensez-vous de la relation qui unit D'Leh et Evolet ? 

C'est une histoire d'amour classique. Quand ils tombent amoureux l'un de l'autre, ils ne sont alors que des adolescents. D'Leh rencontre Evolet dans les montagnes, près d'une femme morte, et tombe amoureux d'elle dès qu'il la voit. Je ne pense pas que l'amour puisse s'expliquer. Mais leur amour est impossible et ça, c'est vraiment intéressant : deux personnes dont on sait qu'ils s'aiment mais qui ne peuvent être ensemble. C'est la base de n'importe quelle bonne histoire d'amour.
 
  

Pourquoi avoir choisi un acteur peu connu, Steven Strait, pour tenir le rôle principal ?
Je suis fière de Steven parce que, comme le héros du film D'Leh, il s'est transformé pendant le tournage. Au début du tournage, c'était un bon acteur mais il n'était pas sûr de lui. A la fin, il avait l'air d'un véritable gladiateur ! Il devait porter ce film et c'est ce qu'il a fait avec succès.

 

 

 

 

Et pour l'actrice Camilla Belle, comment l'avez-vous choisi? 

Je l'avais déjà vu dans un ou deux films où je l'avais bien aimé. Je trouve qu'elle a les qualités d'une jeune Elizabeth Taylor. Et elle m'a paru différente des autres actrices.

 

   

Independence day, Le Jour d'après, et maintenant 10 000,  vous aimez être à la pointe de la technologie pour vos effets spéciaux...

Ce qu'on peut faire de nos jours avec la technologie se développe à une rapidité impressionnante. Vous pouvez, grâce à cela, recréer des animaux préhistoriques et tout leur environnement. Vous pouvez aussi sélectionner le meilleur angle de vue de l'animation que vous créez. Et ça ne prend pas beaucoup de temps pour faire tout ça, 3 ou 4 mois seulement.

 

 

 

 

En tant que scénariste, ne pensez-vous pas que l'histoire d'un film d'aventure comme 10 000 peut être noyée par la profusion d'effets spéciaux ?
Si l'histoire ne marche pas, les effets spéciaux ne marcheront pas non plus. Une histoire fonctionnera toujours si on arrive à se mettre dans la tête du personnage. Tout part du personnage et si parfois une scène est ratée, ce n'est pas à cause des effets spéciaux ou de l'action, mais parce que le personnage n'est pas assez bien développé.

 


 

Comment s'est déroulé le tournage?
Un tournage est toujours une expérience à part entière, où l'on apprend beaucoup de choses sur soi-même. Certains acteurs de 10 000 n'avaient pas cette expérience. Le héros, au début du film, ne sait pas où il va. Il n'est pas sûr de lui et puis il apprend, au fur et à mesure du film, à évoluer. Pour les acteurs du film ça a été la même chose, ils ont beaucoup appris et ont grandi pendant ce tournage.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire