Valérie Lemercier (Palais Royal !)

Vanessa Aubert | 22 juin 2006
Vanessa Aubert | 22 juin 2006

En attirant plus de deux millions et demi de spectateurs en salles, Valérie Lemercier devient la reine de la comédie en 2005 avec son Palais Royal!. Portant avec une allure princière les casquettes de réalisatrice, actrice et scénariste, elle revient aujourd'hui sur le succès de son troisième film dont la sortie DVD est (presque) tout aussi glorieuse.

 

 

Vous êtes intervenue dans la conception du DVD. Après le succès du film, est-ce que ce ne fut pas difficile de choisir quels seraient les éléments additionnels ?
Non, je crois que ça n'a rien à voir avec le succès. Bien sûr, on fait ça avec plus de plaisir que si le film avait été un fiasco total et que l'on n'a alors pas vraiment envie de s'y replonger. Le film est sorti très tard par rapport aux finitions, il a été terminé quasiment un an avant la sortie. Quand on est en train de tourner autre chose, parfois ça semble loin alors que ça ne l'est pas tant que ça. Maintenant les sorties DVD se font dans un laps de temps très court par rapport à la sortie du film : il n'y a plus qu'une salle à Paris mais il est encore en salle !

 

Y a-t-il une raison particulière à ce que le film sorte si tardivement après ses finitions ?
Je pense que Gaumont ne voulait pas sortir le film pour l'été (NDLR : il était prêt fin mars) donc on a attendu la fin novembre. J'avais tourné entre temps le film de Danielle Thompson donc c'est vrai que c'était un peu long je trouve.

 

Comment furent choisis les éléments en supplément sur le DVD ?
Ce sont des scènes que j'avais eu un peu de mal à couper mais il était nécessaire de le faire pour la longueur du film. Certaines scènes sont amusantes en soi mais ralentissent parfois le rythme du film donc, au montage, j'avais pensé aux spectateurs toujours avides de choses en plus et je m'étais dit que ces scènes-là éventuellement, je les mettrais dans le DVD.

 

Pourquoi n'y a-t-il pas de commentaires des scènes coupées ?
D'abord je me dis toujours que si les gens ne trouvent pas ça bien, leur dire que c'est bien, ce n'est pas bien ! Donc je les mets et voilà ; j'en ai coupé pleins d'autres que je n'ai pas intégrées. Avec 50 minutes coupées au montage, vous imaginez ! Des scènes coupées j'en ai encore une bonne dizaine !

 

Pourquoi avoir préféré un clip de tournage à un making-of plus long ?
Réaliser un film et jouer dedans, me paraît être une tâche tellement énorme que je n'ai pas souhaité que l'on me filme en tournage. Je ne voulais pas mettre en avant le côté réalisatrice mais davantage axer ce film sur les personnages que sur le travail. Sur Le Derrière, on était venu filmer le tournage pendant 9 heures et c'est tellement affligeant de voir des gens en plein travail avec des doudounes des gobelets de thé en train d'attendre. Je ne trouve pas ça intéressant. C'est un peu une condition : il y a des réalisateurs qui ne peuvent pas prendre l'avion, moi je n'ai pas envie d'être filmée toute la journée en train de travailler. Ca perturberait ma réalisation et le rapport privilégié que j'ai avec les comédiens serait spolié, abîmé. Mais je reconnais que moi j'aime le voir sur les autres films, je suis une spectatrice intéressée par tout ça mais en tant que réalisatrice ça m'est compliqué.

 

Le commentaire est assez original (NDLR : Valérie commente le film à ses deux enfants...présumés), comment en avez-vous eu l'idée ?
L'idée est venue sur le tournage d'un film que j'ai tourné avec Daniel Auteuil et Thierry Lhermitte, j'étais donc un peu ailleurs et, comme je m'entend bien avec les personnes qui font le montage et le mixage, je me suis dit que cela serait plus amusant de le faire avec eux plutôt que seule devant les images.

 

Le fait que les acteurs ne commentent pas le film est-il un choix délibéré ?
Non, mais Catherine était ailleurs, Lambert tournait un autre film, c'est toujours compliqué. Ca l'est déjà quand on doit les réunir pour la post-production parce qu'il y a quelque chose que l'on entend mal donc ça l'était d'autant plus pour commenter le film même si tout s'est très bien passé. Ce n'est pas un problème de mésentente mais d'organisation.

 

Etes-vous une habituée des DVD ?
Assez peu, je vais beaucoup au cinéma, je regarde les DVD plutôt sur un petit ordinateur que sur mon téléviseur mais je ne suis pas une grande consommatrice.

 

Vous regardez les bonus ?
Bien sûr, je dois dire que j'ai beaucoup aimé les bonus de La Party qui est ressorti en DVD l'été dernier et ceux des deux films d'Yves Robert Un éléphant ça trompe énormément et On ira tous au paradis, ça me plaît.

 

Bien que vous ne soyez pas une grande consommatrice de DVD, vous vous êtes quand même investie dans sa conception. Etonnant, non ?
Je me suis investie pour tout dans ce film : je me suis occupée de la article-details_c-trailers, j'ai dû passer au moins 15 jours sur l'affiche autant sur le DVD, sur le dossier de presse. J'ai passé quasiment trois ans de ma vie sur ce film alors peut-être que l'on est un peu en bout de cours ; avec chance, j'ai enchaîné quatre films d'affilée, je n'avais peut-être plus de force pour passer du temps sur le DVD. Et puis c'est vrai que je n'ai jamais fait filmer mes spectacles donc je ne suis pas super à l'aise avec ça. Peut-être que pour le prochain film, je saurai la grande importance du DVD que je constate car il marche très bien, il est 1er à la Fnac, mais je ne m'attendais pas non plus à ça. Par rapport au DVD, je suis également contente de voir le packaging par exemple et l'utilisation du générique qui est plutôt très attractive.

 

Cela vous paraît bizarre d'en assurer la promotion ?
Oui, mais, en revanche, on a très peu communiquer sur la sortie DVD par rapport aux autres films. Je ne suis pas allée par exemple chez Fogiel pour dire que le film avait bien marché, par rapport à Isabelle Mergault, à Franck Dubosc ou à Jean Dujardin etc...On n'a pas du tout communiqué sur le succès du film. Parfois, je me dis qu'on aurait peut-être dû mais je suis quand même contente car malgré cela les gens se réintéressent au film.

 

Pourquoi, selon vous, le DVD se vend-il bien?
Je ne connais pas du tout les chiffres. C'est juste en allant sur le site de la Fnac que j'ai vu ça hier donc ça fait très plaisir. Je ne sais pas si les gens achètent le DVD, ni ce qu'ils achètent en priorité. Cela joue peut-être aussi car il y a pénurie de choses à acheter de moi en tous cas. Depuis quelques mois, il y a eu beaucoup de comédies françaises et je pense que le film de Danielle Thompson a joué aussi parce qu'il a fait 2 millions d'entrées, j'avais un rôle amusant. Peut-être un peu les Césars, c'est une accumulation de choses qui font que peut-être, tout à coup, ça intéresse un peu plus les gens qu'avant. Mais pour moi, c'est la première fois que je suis en tête de gondole !

 

Quelques projets actuellement ?
Après Fauteuils d'orchestre, j'ai tourné un petit rôle dans le film de Thierry Klifa (NDLR : Le Héros de la famille), film choral avec Deneuve, Lanvin, Miou-Miou, Pailhas ; je viens de terminer la semaine dernière un film de Laurent Bouhnik L'invité tiré d'une pièce de théâtre. C'est une comédie sur fond de chômage à trois personnages principaux, où je suis mariée avec Daniel Auteuil, où Thierry Lhermitte est notre voisin. Et puis là enfin, cela fait à peu près 3 ans que je n'ai pas dormi jusqu'à midi !

 

Dèjà avant le succès de Palais Royal!, vous aviez décidé de réaliser à nouveau ?
Non, j'ai 2, 3 idées mais j'ai besoin de temps pour savoir laquelle est la plus forte car on passe tellement de temps sur un film qu'il faut vraiment choisir l'idée qui tient suffisamment la route… Je voudrais faire un film plus léger avec moins de moyens, sur les quelques sujets que j'ai. Malgré tout ça, j'aurais un projet qui serait extraordinaire, auquel je tiens énormément, dont je ne peux pas parler mais là je serais uniquement actrice pour quelque chose de vraiment ambitieux et drôle. C'est très nouveau pour moi d'aimer jouer pour d'autres ; je me suis souvent cru un peu en boucle en faisant mes choses moi-même, mes spectacles, mes films…et je dois dire que ça me plaît d'avoir un échange, de communiquer, de parler avec le metteur en scène, c'est tellement plus facile. Jouer pour moi n'est pas difficile donc ce sont des plaisirs que je ne connaissais pas tellement et je voudrais un peu profiter de ça en ce moment parce que ça me plaît. Ca m'a plu d'être dirigée par Danielle Thompson, par Laurent Bouhnik et quand on sait ce que c'est que d'être derrière la caméra, de s'occuper de tout, des costumes, de la cantine, des décors… je dois dire que c'est quand même facile de simplement arriver et jouer. J'ai très envie de m'améliorer, de faire un film mieux que Palais Royal!, un film plus abouti. Quand je le revois, je vois les défauts. J'ai passé beaucoup de temps à le présenter à l'étranger car le film a aussi une carrière internationale, donc j'ai voyagé avec le film. Mais en fait c'est ça : quand on réalise un film beaucoup plus que quand on joue dedans, il nous suit encore longtemps. 

 

Propos recueillis par Vanessa Aubert.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire