Partouzerie et barbecue : Saucisse Party excite la Manif pour Tous

Simon Riaux | 1 décembre 2016
Simon Riaux | 1 décembre 2016

Le climat de tension identitaire qui règne actuellement en France poussant les extrémistes de tout poil à faire feu de la moindre polémique, on ne s’étonnera pas qu’après un obscur pasteur, outré par le contenu sexuel du film, La Manif pour Tous passe la seconde et s’indigne du classement du film, interdit aux moins de douze ans dans l’Hexagone.

Toujours prêt à déformer la réalité pour délivrer un message très idéologisé inspiré par le traditionalisme catholique, le mouvement a fait part de son émotion sur les réseaux sociaux. Dans plusieurs tweets émis depuis son compte officiel, on comprend donc que le groupuscule est profondément choqué par le film, son contenu et son accessibilité. Quitte à raconter absolument n’importe quoi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo

"Seigneur, cachez ces saucisses que je ne saurais voir."

 

Pour toute la Famille ?

La Manif pour Tous s’émeut donc que le CNC autorise la projection d’une « partouze géante, à voir en famille ». Sauf qu’il ne s’agit pas d’un film familial. Sausage Party, écrit et produit par les papes de la comédie trash américaine, est promu et vendu depuis le lancement de sa production comme une comédie provocatrice et sexuelle. En témoignent les nombreuses news qui ont été relayées sur Ecran Large sur le développement du film, et rappelé cet aspect du métrage.

L’affiche du film elle-même propose ni plus ni moins qu’une image ouvertement phallique, annonçant « un héros va se dresser », accompagnée de citations de la presse évoquant une œuvre « subversive ». Pas franchement un divertissement pour « toute la famille donc ».

 

affiche sexe partouze polémique

Une affiche incroyablement familiale.

 

Mais le raisonnement délirant des adversaires du film n'en reste pas là. Un des griefs les plus fréquemment évoqué est la direction artistique du film, qui par son aspect "enfantin", chercherait à attirer les enfants dans les salles. Là encore, on nage dans l'irrationalité et l'ignorance. Tout d'abord, dans un pays où l'on parle aussi  bien anglais qu'Araméen, on se demande comment un titre anglophone peut bien attirer les enfants dans les salles.  De même accuser le look des personnages d'être enfantin est absurde, quand la promotion du métrage a longuement appuyé sur la dimension graveleuse de Sausage Party.

Encore une fois, un simple regard à l'affiche permet de déceler une référence turgescente qui n'a pas grand rapport avec les univers de Pixar ou Disney. Si le scandale était si grave, si évident, pourquoi ceux qui seplaignent aujourd'hui à grand bruit ne se sont-ils pas inquiétés lors de al promotion du film, éminemment transparente et directe quant au contenu du film ?

 

Photo

Ces aliments qui veulent souiller nos jeunes.

 

Ainsi, si Sausage Party menace les enfants, on suppose qu'il leur est largement accessible... Là encore, les accusateurs sont très loin de la vérité. Avec à peine 90 copies réparties sur tout le territoire, la sortie du film relève plus de la distribution art et essai que de l'oeuvre grand public. L'Hexagone comptant plus de 5 000 écrans de cinéma, l'oeuvre n'est visible que sur... 1,8 % du parc. Les chances que nos chères têtes blondes se ruent en masse pour assister à une partouze entre aliments sont donc... inexistantes.

 

Porn Food seriously ?

Encore moins sérieuse, se profile l’accusation de pornographie. Rappelons donc sa définition : « Représentation de choses obscènes, sans préoccupation artistique et avec l’intention délibérée de provoquer l’excitation sexuelle du public auquel elles sont destinées ».

 

Photo

Le péril Jaune est de retour !

 

À moins que la vision d’une saucisse se frottant contre un bun, ou d’une fajita frictionnant un bagel, vous émoustille, difficile de voir de la pornographie dans Sausage Party, qui ne contient aucune image réelle. Une comédie paillarde, voire égrillarde, vantant une société plus libérée, plus tolérante et ouverte et battant en brèche les préjugés sociaux, culturels ET sexuels ? Sans doute, mais point de pornographie là-dedans.

Et si le récit se clôt effectivement sur une partouze entre aliments complètement dingue, il faudrait être sacrément vicieux (ou intellectuellement déficient) pour y voir une quelconque promotion du sexe « en groupe », cette séquence étant elle-même mise en scène comme un moment de folie et d’absurdité au sein du métrage.

 

affiche sexe partouze polémique

La pornographie alimentaire, nouvelle meance qui plane sur notre belle jeunesse.

 

Tagada Tagade, voilà la censure

Bien sûr, la bigoterie et les angoisses existentielles de La Manif pour Tous ne mériteraient pas à elles seules qu’on s’y arrête si le mouvement ne pointait pas du doigt la question de la classification des films. Une problématique chère à l’association Promouvoir, qui milite activement pour la censure de nombreuses œuvres sur le territoire français.

Ainsi, La Manif pour Tous oppose une supposée interdiction aux moins de 17 ans sur le sol américain, contre l’interdiction aux moins de douze ans décidée en France. De son côté, l'AFC (ou Associations familiales catholiques) prétend que le film aurait le statut d'oeuvre pornographique Aux Etats-Unis.

Sauf qu’encore une fois, l’argument est malhonnête. Sausage Party n’est pas interdit aux moins de 17 ans aux Etats-Unis, il est interdit aux mineurs non-accompagnés d’un adulte. Ce qui est radicalement différent, et à certains égards, plus libéral qu’en France, ou aucun mineur de 12 ans, accompagné ou non d’un adulte ne peut avoir accès au film.

 

bande-annonce

Les orifices de la discorde.

 

Enfin, l’interdiction aux moins de 12 ans ne signifie nullement que l’œuvre est recommandée à partir de cet âge. Tout simplement indique-t-elle que la commission estime qu’à partir de 12 ans, le film n’est pas un danger, notamment en fonction de son ton et de sa dimension absurde. D’autres pays sont d’ailleurs du même avis que nos autorités nationales, le film étant disponible aux plus de 11 ans dans plusieurs autres pays européens (lesquels ne se sont pas depuis mués en repaires de partouzards dégénérés).

La logique derrière cette indignation est la suivante : il faut interdire plus de films, à une plus large partie du public, ce qui signifie concrètement réduire leur exposition, donc leurs recettes potentielles, et in fine limiter drastiquement la mise en chantier de ce type de projets.

Une dérive d’autant plus inquiétante, qu’il s’agit ici d’un film profondément inoffensif, dont le principal argument est la débilité assumée et l’affirmation d’une tolérance exigeante ainsi que la mise en avant du dialogue. On notera avec attention qu’une nouvelle fois, des organisations d’inspirations chrétiennes, pour ne pas dire extrémistes, se dressent contre un film contenant diverses représentations de la sexualité, notamment homosexuelle. Signe supplémentaire de tensions inquiétantes au sein d’un pays pourtant depuis longtemps rompu à l’exercice de la provocation dans l’art.

 

Photo

Saucisse Party, plus dangereux que Nymphomaniac ?
 

Une remarque constructive ?

Ce qui pourra le plus agacer, c’est l’absence totale de remarque constructive, de la part de ceux qui prétendent s’inquiéter pour les plus jeunes. Comme le font remarquer avec beaucoup de pertinence nos confrères de Première, il serait peut-être temps de doter la France d’une interdiction qui viendrait s’intercaler entre le moins de douze et le moins de seize ans.

Car s’il n’y a pas grande peur à avoir à l’idée que des jeunes de 13 ans regardent un film où une saucisse multiplient les blagues crues du niveau d’une cour d’école, personne ne trouverait à redire à ce que Sausage Party soit interdit aux moins de 14 ans.

Un positionnement de ce type serait peut-être une solution appropriée, dans un système où les tensions se multiplient à un rythme élevé. Notons au passage que si certains montent au créneau pour vouer aux gémonies le film et ceux qui ont travaillé pour en proposer une classification lisible, bien peu cherchent des solutions à ce problème.

 

PhotoEt en plus, c'est violent #Bonçaçava #ScandaleDeVandale #PasMaGuerre

 

commentaires

Cervo
06/12/2016 à 16:57

Alors un petit rappel à destination des abrutis. La pornographie est un objet bien identifié.

il s'agit de filmer des actes sexuels, en gros plan, dans le but d'exciter le spectateur. Ce n'est pas le cas de Sausage Party (ou des Kaïras, ou de tous les autres films cités plus haut). Ces films peuvent vous déplaire, c'est votre droit ils n'en demeurent pas moins non pornographiques. POINT BARRE.
Il y a une partouze... Et donc ? ça ne veut strictement rien dire. Une interdiction n'est jamais donnée en fonction de ce qui est dans le film mais bien de la façon dont c'est montré. Est-ce réaliste ? Est-ce ambigu ? Est-ce parodique ?

Voilà les raisons pour lesquelles Sausage Party est interdit aux moins de douze ans.

Et si des parents sont assez cons pour emmener leur enfant voir un film où on voit une énorme référence phallique sur l'affiche avec écrit en GRAS : "subversif", c'est que le problème vient des parents, absolument pas du film.

Blason
03/12/2016 à 13:35

Les parents qui viendront au cinéma sans avoir entendu parler du film et verront l'affiche penseront que c'est un film pour les enfants et emmeneront les leurs le voir comme pour les Kaira qui n'a pas eu une interdiction de moins de 12 ans et pourtant avec des scènes pornographiques très explicites.

bof
02/12/2016 à 18:29

Seth Rogen, vu que t'as de la peine à écrire son nom manifestement aussi réalisé les excellents délires express et This is the end et si l'interview est moins bon, mais quand même passable, je me réjouis de voire Sausage party que je n'ai pas encore vu. Et je m'en réjouis encore plus après avoir lu les réactions négatives moyen-âgeuses de tout les "balais dans le cul".

lol
02/12/2016 à 13:42

c'est toi qui a bu, le film en contient : les scènes de partouzes et tout, c'est à caractère porno en plus d'être une daube donc +18

si c'est grave de voir un site se disant cinéphile et louant une ordure qui n'a jamais fait un film correct de toute sa carrière qui a insulté les nords coréens dans "the interview" en donnant une morale archi impérialiste et qui dans cette daube pour qu'on parle de lui décide de mettre ces scènes pour palier son manque de compétence et de talent, il est une erreur du cinéma un accident et le public en subit les conséquences en regardant le film d'un homme cynique snobinard qui se croit artiste.

Cervo
02/12/2016 à 13:11

@lol
"il y a de scènes de cul donc 18+ point barre. "
Tu as bu ? Depuis quand des scènes de sexe amènent-elles à une inetrdiction - 18 ?
Réponse : depuis jamais en fait, seule la pornographie déclenche cette limitation, et le film n'en contient pas.

C'est qui est amusant, c'est d'accuser des gens qui bossent pour que tu lises gratos... d'écrire un torchon, alors que tu n'es pas foutu de faire une ligne sans faute d'orthographe ni insulte. Qu'est-ce qui se passe ?
Tu es chez le CPE, et tu regardes les internets avec ton téléphone ? T'as eu une mauvaise note ? C'est pas grave tu sais.

lol
02/12/2016 à 12:21

attendez ... vous écrivez un torchon pour une daube qui n'a rien de subversif ni d'intelligent, parlons en fait : il y a de scènes de cul donc 18+ point barre. ça n'enlève rien à la "qualité" dans l'éventualité qu'il y en aurait une ni même ce n'est pas de la censure ... c'est juste de la merde sans aucun talent ni même reflexion (c'est l'enfoiré qui a fait "the interview" un connard de la pire espèce) et puis le trash ... je suis pour si c'est bien fait, en allant voir ce film vous allez vous faire insulter pendant plus d'une heure il n'a aucuns talents et fait tellement pitier qu'il est obligé de mettre des scènes de culs pour qu'on parle de lui, dans 50 ans on oubliera sa carrière médiocre et minable. C'est une honte pour tout les scénaristes de comédie

lemon
02/12/2016 à 11:05

Je me taperais bien un hot-dog

Kamitora
02/12/2016 à 10:56

Et encore, je pense qu'on a encore rien vu.
Vous allez voir comment ce genre d'asso. va se déchainer quand leur champion, saint-François (Fillon), alias le grand inquisiteur, va se retrouver aux manettes du pays...

Tchitchikov
02/12/2016 à 07:04

Avouons que le film mérite tout de même une interdiction aux moins de 16 ans.

Je suis convaincu que de nombreux parents emmeneront leurs enfants dans la salle à la simple vue d une affiche ressemblant vaguement à un film d'animation classique.

Ils vont vite déjantés lorsqu'ils auront entendus les premières blagues bien hard ponctuées de mots comme éjaculation...

Concernant la fameuse scène de partouze.... Reelles ou pas, ça reste une scène de partouze.

Bref, film à reserver au public averti, les cinemas doivent aussi faire leur boulot.

Ded
01/12/2016 à 18:40

Des saucisses qui vont griller en enfer ! L'image est plaisante... Vade retro Knackihertas !...

Plus

votre commentaire