Comment Dernier Train Pour Busan a enterré World War Z

Jacques-Henry Poucave | 12 août 2016
Jacques-Henry Poucave | 12 août 2016

Dernier train pour Busan est incontestablement le blockbuster de l'été, le film le plus réussi, intense et spectaculaire qu'il vous sera donné de voir avant de longs mois.

Avec sa société sur le point de basculer dans le chaos et ses hordes de zombies déferlant sur les foules innocentes, le film évoque nécessairement un autre poids lourd estival, sorti il y a quelques années : World War Z. Toutefois, Dernier Train pour Busan lui inflige une sévère correction. Voici pourquoi.

 

 

 

Des zombies de chair et de sang

Bien sûr, le blockbuster coréen a recours ici et là à des doublures numériques, évidemment, sa foule de zomblards n'est pas systématiquement composée de comédiens et cascadeurs, mais la plupart du temps, le film fait le choix de véritables acteurs pour incarner ses légions de morts vivants.

Et le résultat est sacrément impressionnant. Des coursives d'un train envahies par des cadavres enragés jusqu'aux empilements surréalistes d'anthropophages, le film rejoue les plus intenses et emblématiques morceaux de bravoure de son prédécesseur, mais en leur injectant un sentiment de réalité prodigieux.

 

Photo

 

Des infectés et des hommes

Là où World War Z misait tout sur un Brad Pitt en hypoglycémie, Dernier Train pour Busan s'efforce de créer une véritable galerie de personnages.

Tous sont complémentaires, bien caractérisés, dépassant souvent les clichés initiaux auxquels ils appartiennent.

Enfin ils composent une radiographie interessante d'une société coréenne déresponsabilisée, incapable de faire front. Un constat que l'on pourrait appliquer à notre modèle occidental, et qui dope l'impact de ce film catastrophe.

 

Photo

 

Montée en puissance

World War Z restera probablement dans les mémoires comme un blockbuster ejaculateur précoce, qui lâchait littéralement la purée dans une séquence israélienne dantesque, avant de nous abandonner en Écosse le temps d'une conclusion conçue lors de reshoots massifs, la conclusion initiale ayant paru bien trop noire à la production. Résultat, un épilogue bâclé, indigne du rythme furieux qui précédait.

Dernier Train pour Busan ne joue pas à ce jeu et précipité ses protagonistes dans des situations de plus en plus cauchemardesques et spectaculaires tout le long de son récit.

Le film se paie ainsi le luxe d'un final aussi destructeur qu'ambitieux, dans lequel cataclysme ferroviaire, infection zombie et terreur s'emmêlent avec une puissance rarement égalée.

 

Photo

 

La fête de la viande

Dernier Train pour Busan n'est certainement pas un film gore et ne peut être considéré comme un film d'horreur hardcore. S'il s'agit avant tout d'une production à grand spectacle, attentive à ses protagonistes comme à ses spectateurs, elle se soucie également de sa menace principale, à savoir les zombies.

Forts d'une présence physique qui décuple le sentiment de menace, la vocation grand public du film n'entache pas pour autant les sommets de férocité qu'ils sont capables d'atteindre.

Ainsi, si le métrage ne verse jamais dans la triperie, il ne nous épargne pas l'impact des attaques, morsures et agressions qui se multiplient alors que la situation vire au carnage.

Vous l'aurez compris, Dernier Train pour Busan est un véritable vent de fraîcheur sanguinolente dans un été au cours duquel le blockbuster américain a donné de véritables signes de fatigue.

Soigné, intense, férocement spectaculaire, cette pépite venue de Corée devrait venger tous les spectateurs frustrés par World War Z.

 

Cannes 2016

commentaires

Pseudo ? Connais pas.
23/09/2016 à 18:09

Ce film est juste un diamant de la taille de l'empire du milieu nom d'un chien !! Tu chiales comme un gosse puis tu rigoles comme une baleine avant de flipper ta vie en même pas 10 minutes !! Toute personne avec du bon sens a pas le choix ce film est obligatoire !! Le rythme est toujours présent les acteurs sont tous excellent (je les aiment déjà de base alors la..) les ES sont top et les scènes te colle les claques de mamie Catherine !! Et que ca fait du bien car la fin et limite impossible a deviné si t'es pas une fine fouine de bande annonce et/ou de film coréen, et encore même si j'avais prévu le coup (merci bande annonce) j'ai perdu tout mes moyens face au choc xD bref je l'ai regarder environs 10 fois (oui je suis dingue quand j'aime un film..) et je m'en relève pas.
INFO !! La VO est juste obligé mais si vous voulez haïr le film la VF est pour vous.

Tonio
21/08/2016 à 22:29

Impatient également..
Et comme dit Max Brooks : "il n'y a de commun avec mon livre que le titre du film".

Hellkaiju
15/08/2016 à 23:44

Il y a un autre film qui cartonne dans son pays natal et qui est une véritable honte de sa non exploitation dans nos contrée : Shin Godzilla de Shinji Higuchi et Hideki Anno.

Selon les critique là bas le film serait très bon voire bien meilleur que le rebut de 2014 d'ailleurs il fonctionne mieux au Japon que le film de Gareth Edwards (malgré qu'il soit americano-japonais ce n'était pas gagné vu que Final Wars en 2004 fut un échec là-bas) et les dernières images sont assez impressionnants.


Mais pour en revenir sur ce blockbuster Coréen il me tarde de le voir ça a l'air d'être une sacrée claque !

kinocritik
15/08/2016 à 14:04

Le cinéma de genre coréen,le seul surement a se renouveler .

joker
13/08/2016 à 11:58

Un vrai bon film de zombies depuis 28 semaines plus tarde et l armé des morts ça se faisait plutôt rare

zetagundam
12/08/2016 à 19:29

La véritable question est quel film n'enterre pas world war z ?

corleone
12/08/2016 à 19:09

j' suis de plus en plus impatient !

votre commentaire