Films

Le Fugitif : et si le thriller avec Harrison Ford était l’héritier rêvé d’Alfred Hitchcock ?

Par Antoine Desrues
29 juin 2023
MAJ : 21 mai 2024
7 commentaires
photo, Harrison Ford

Porté par Harrison Ford et Tommy Lee Jones, Le Fugitif est toujours un pur thriller tendu, qui mérite au pas de course un revisionnage. On le sait, le passage des séries vers le grand écran est plus souvent opportuniste que porté par de grandes intentions artistiques. Ainsi, lorsque Warner Bros. a décidé, au début des années 90, d'adapter au cinéma la série Le Fugitif, grand succès des années 60, on pouvait ne pas s'attendre à grand-chose. Pourtant, en plus d'avoir été un sacré carton au box-office lors de sa sortie en 1993, Le Fugitif s'est mine de rien imposé comme un film culte, qui a d'ailleurs permis dans son sillage de rasseoir le charisme d'Harrison Ford (alors en perte de vitesse depuis la sortie d'Indiana Jones et la dernière croisade en 1989). Mais plus généralement, le film d'Andrew Davis confère une satisfaction rare au revisionnage, celle d'assister à un projet donnant en permanence l'impression que les astres se sont alignés.   Cours Harrison, cours   Jugé coupable Simple et efficace, le scénario du Fugitif reprend la trame de la série. Le Dr Richard Kimble (Ford) est accusé à tort du meurtre de sa femme, qu'il sait commis par un homme manchot. Sur ce maigre indice, le condamné à mort parvient à s'échapper et à fuir les autorités, tout en espérant trouver le véritable coupable. À partir de ce pitch épuré, on pense immédiatement à certains classiques du thriller, à commencer par La Mort aux trousses d'Alfred Hitchcock. Or, la référence est assumée par Andrew Davis dès la scène d'évasion de Kimble, dont le bus pénitencier se renverse sur une voie ferrée. Un travelling suit Harrison Ford essayer d'échapper à la locomotive qui fonce sur lui, dans une composition qui n'est pas sans rappeler la poursuite entre Cary Grant et le biplan dans le chef-d’œuvre d'Hitchcock. Cependant, le réalisateur de Piège en haute mer n'hésite pas à agrémenter sa séquence d'un petit ajout malin : étant donné qu'il est menotté aux mains et aux pieds, Kimble ne peut fuir qu'à une certaine vitesse, augmentant de facto la tension de la scène.   Tommy Lee Jones, juste parfait   À vrai dire, ce plan reflète à lui seul la grande réussite du long-métrage, qui sait se reposer avec déférence sur l'Âge d'or d'Hollywood pour se réinventer derrière. Malgré la sobriété apparente de sa mise en scène, Le Fugitif est porté par une certaine idée de la démesure : celle de vouloir aller au-delà de ses modèles. À ce titre, il est intéressant d'analyser certains des effets de style chéris par Davis, à commencer par sa gestion du montage alterné, qui mixe dès l'ouverture du film l'arrestation de Kimble et le souvenir qu'il se construit du meurtre de sa femme. La rythmique violente de cet entrelacement façonne un aspect anxiogène, mettant en avant à la fois le traumatisme du protagoniste et l'enquête précipitée contre lui.   "Get off my back !"   Après cette mise en bouche, le montage alterné devient un outil idéal pour opposer Kimble à Samuel Gerard, le marshal aux trousses de notr...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Rédacteurs :
Tout savoir sur Le Fugitif
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Yamcha

Film plutôt haletant dans lequel j’avais découvert un Harrison Ford tout barbu.

Vous êtes sûr qu’il était en perte de vitesse depuis le troisième Indiana Jones ? Il avait quand même joué dans Présumé innocent (1990) et Jeux de guerre (1992) avant d’interpréter le rôle du docteur Kimble.

Outre fugitif s’appelle le Docteur Richard Kimble

Attention les manchots sont discriminés
Ahahaha

Docteur Homer Kimble

Très bon film issu d’une série tv. La suite assez bonne également, avec Wesley Snipes, « U.S. Marsall ».
Et puis lorsque les Simpson vous rendent hommage dans un de leurs épisodes, c’est que le film est assez marquant. 😉 (Dans l’épisode  » La rivale de Lisa » – saison 6, Quand la série des Simpson était excellente, la qualité a bien diminué aujourd’hui…)

Docteur Homer Kimble

Hommage rendu également dans les Simpson « Qui a tiré sur M Burns », partie 2 – saison 7

Canhoteiro

Non, Harrison Ford n’était absolument pas en perte de vitesse.
Le film est un excellent polar qui file la métaphore vampirique de manière futée.
.
.