Mars Attacks ! ou le chef d'oeuvre anarchisto-spatial de Tim Burton

Simon Riaux | 28 novembre 2020
Simon Riaux | 28 novembre 2020

La carrière de Tim Burton est garnie de créations devenues légendaires, de films cultes et autres joyaux noirs. Mais trop souvent, on oublie une de ses créations les plus atypiques et radicales, l’envahissant Mars Attacks !

 

photo, Pierce BrosnanCeci n'est pas une pipe

 

DEPENDENCE DAY 

Tim Burton vient d’enchaîner Edward aux mains d'argentBatman, le défi et Ed Wood. Trois longs-métrages considérés par beaucoup comme un véritable état de grâce, durant lequel l’artiste est successivement parvenu à murir un style éminemment singulier, réussir à l’imposer à un studio (quand bien même son second Batman réunit deux fois moins de billets verts, c’est bien la vision gothique de Burton qui éclabousse le grand écran), avant de rejoindre la cour des grands auteurs avec le récit biographique d’un destin de cinéma. 

Le vilain petit canard de Disney qui fut limogé, car trop peu compatible avec la culture maison, s’est taillé une place à part à Hollywood, et toute une génération de cinéphiles biberonnés à la Hammer ainsi que d’ados avides de faire sauter le carcan coloré des années 80 se retrouvent dans ses œuvres. Tim Burton paraît mûr pour un projet ambitieux et exigeant, un film aux ambitions plus vastes que tous ses précédents efforts. 

 

photoUn casino où on perd à tous les coups

 

Les planètes vont justement s’aligner, aussi bien économiquement que thématiquement. Jurassic Park a révolutionné l’industrie des effets spéciaux hollywoodiens en 1993, et les majors sont en quête de sujets leur permettant d’exploiter les potentialités des images de synthèse, dont le public sent qu’elles vont transformer les potentialités du spectacle. Burton de son côté, hésite entre deux projets : Dinosaurs Attack ! et celui qui deviendra Mars Attacks !. Craignant d’aboutir à un simple pastiche du Spielberg, Burton opte pour la seconde option, qui lui permet, après avoir raconté l’existence d’Ed Wood, de rendre directement hommage au “chef d’œuvre” du maître du nanar, Plan 9 from Outer Space. 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Simon Riaux - Rédaction
01/12/2020 à 11:51

@iPodz

Tout à fait, c'était une sorte de néologisme pour ne pas donner l'impression que le film développe un discours anarchiste pur sucre.

iPodz
01/12/2020 à 11:47

Hello !

Ne dit-on pas plutôt anarcho que anarchisto ?!?!

Sinon, c'est une évidence que Mars Attack est un petit bijou, un des 3 ou 4 meilleurs Burton en fait...

;)

Burton de la bonne époque
29/11/2020 à 11:18

j'"étais alle le voir au cinoche en son temps, tres bien recu par tout le monde à l'époque,, je crois bien qu'il avait tres bien cartonné,
à la meme periode aussi, il y a avait le MIB, je me souviens plus si est sorti avant ou apres le film avec will smith et Lee Jones,
Nicholson au top et le 007 -Brosnan de l'époque, a contre emploi impeccable

Mouais Bof...
28/11/2020 à 20:30

Quel film .Quelle bombe.

Tim Burton au sommet de sa force. L'anti Emmerich avec le cultissime Starship Troopers de Verhoven. 2 films revisitant la S.F avec un regard extrêmement satirique et critique su notre société.

C'est ce Burton qui nous manque, un Burton qui ne s'était pas encore fait bouffer par Disney et ses tentacules de compromis et de politique consensuelle.

Dae-Soo Ho
28/11/2020 à 12:55

Merci pour cette critique, j'ai pris beaucoup de plaisir à la parcourir. Je suis forcément parti pris, j'étais minot quand il est sorti et il m'a vraiment marqué, tant par le ton que les têtes des martiens qui explosent, jouissif et dégueu à la fois..
Allez savoir, c'est peut-être de là qu'est partie ma curiosité malsaine pour le gore ????
Plus sérieusement, je pense que c'est à partir de ce film, que j'ai immédiatement considéré comme un pastiche malgré mon jeune âge, que j'ai compris que bide populaire et incompréhension de la masse ne signifie pas forcément que le film est mauvais.
Depuis j'ai pris goût aux films incompris, mal-aimés, comme Southland Tales tout en haut.
D'où ma joie à chaque film que vous ajoutez dans le dossier des mal-aimés ????

votre commentaire