La Nuit des morts-vivants : retour sur le fabuleux remake oublié du classique de Romero

Simon Riaux | 2 septembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 2 septembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

La Nuit des morts-vivants est un chef-d'oeuvre immortel. Mais tout le monde ne connaît pas son rejeton indigne, totalement oublié d'une grande partie du public, imaginé par George A. Romero lui-même... Retour sur un classique aux oubliettes.

La création du maître Romero a été, non seulement, à l'origine d'une saga riche en pépites de chair qu'il narra jusqu'à la fin de sa carrière, mais elle a inspiré des centaines d'artistes après lui qui auront exploité le filon découvert par l'artiste, ou tenté de le travailler, pour le métamorphoser. Difficile aujourd'hui de croire que les succès du cinéma de zombie et d'infectés, la célébrité des 28 jours plus tard ou de Walking Dead, voire de Resident Evil, sont issus de la créativité d'un seul homme.

Et il est peut-être encore plus difficile de croire que sa carrière dissimule une grande réussite oubliée, un film de zomblard horrible et brillant, passé tragiquement inaperçu. C'est pourtant le cas, et il s'intitule (aussi) La Nuit des morts-vivants.

 

photoEn voiture tout le monde !

 

EFFACER L’HISTORIQUE 

George A. Romero a révolutionné le cinéma fantastique américain, et c’est peu de le dire. En 1968, La Nuit des morts-vivants, en un seul film fauché, invente toute une mythologie, déjà parfaitement cristallisée dans cet opus inaugural, qui va instantanément séduire le public et intégrer les névroses de l’Occident de la fin du XXe siècle. Phénomène commercial et artistique, son film fait le tour du monde, passionne, choque. Mais pour l’intéressé, c’est une autre histoire. 

Officiant dans le film institutionnel et désireux de longue date de passer au long-métrage de fiction, tout en demeurant dans sa région de Pittsburg, le réalisateur et ceux qui l’accompagnent dans la production du futur classique sont encore des quasi-amateurs en matière de production de fiction. Et pour preuve, la joyeuse troupe se trompe au moment d’enregistrer La Nuit des morts-vivants, sécurisant ainsi ses droits et les revenus qu’il est amené à engendrer. 

 

photo, Patricia Tallman, Tony ToddDeux alliés de fortune

 

Une bourde monumentale qui aura pour effet de faire tomber instantanément le métrage acclamé dans le domaine public, attirant une nuée de parasites qui vont, des décennies avant le piratage industriel permis par la démocratisation d’Internet, reproduire les bobines et l’exploiter jusqu’à plus soif. Le public est désireux de le voir et le revoir, en salles, dans les drive-in. Les copies incomplètes, mutilées ou censurées se multiplient également poussant les spectateurs à voir et revisionner le film pour en découvrir tous les arcanes. 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Arnal
03/09/2020 à 20:22

+ avec alshamanaac : oublié de qui ???
Pas connu des djeuns, ok, mais les vieux sachent ^^

Gabba_the_Nutt
03/09/2020 à 15:41

Je peux me tromper mais il me semble que Romero et son équipe soient plus de Pittsburgh que de Portland.

Murata
02/09/2020 à 18:31

Gros + 1 pour l'héroïne. Magnifique évolution du personnage, à mon avis plus marquante que des Carol ou Michonne après 10 saisons de TWD.

Bubble Ghost
02/09/2020 à 17:29

Oh l'autre, hein... Non mais j'hallucine grave, quoi... Comment ils nous fait passer pour des dinosaures en voie d'extinction, alors qu'il a surement pratiquement le même age que nous... C'est pas sympa, j'ai juste la quarantaine, moi... J'irais me plaindre à Christophe Lemaire... Bouh... Vraiment, quel tact, Simon. J'ai l'impression d'être le dernier Dodo encore vivant, juste avant qu'il ne passe à la broche, emballé dans une feuille de bananier avec du curry. Il ne me reste qu'à trouver une bonne maison de retraite estampillé Starfix, câblé avec Filmo TV et Shadows sur une belle télé trinitron 56 cm à coin carré, et équipé d'un magnétoscope PAL SECAM VHS à quatre têtes vidéos, histoire de me laisser mourir tranquillement de vieillesse et de nostalgie, en me repassant tous mes enregistrements de la cinq de Berlusconi avec Sangria et Les accords Du Diable... Non mais ça va, quoi, je sais quand je suis de trop, hein... Je me retire donc comme un prince... Des ténèbres, bien sur ^^

Simon Riaux - Rédaction
02/09/2020 à 17:05

Les amis, que les amateurs du genre, que les fans d'horreur se souviennent du film et l'apprécient, c'est indiscutable (et encore ça touche essentiellement la génération qui a connu les vidéoclubs). Mais pour le coup, ça désigne une communauté... très réduite.

On parle d'un film qui n'est même pas passé par les salles et n'a pas constitué un réussite en termes de ventes vidéo. Un film qui a marqué ceux qui l'ont vu, mais dont on peut difficilement affirmer qu'ils sont nombreux, ou que sa mémoire est fréquemment brandie.

Bubble Ghost
02/09/2020 à 16:51

@Alshamanaac, je suis tout à fait d'accord avec toi. D'abord, Tom Savini n'est pas n'importe qui, et dans le film, ça se voit au premier coup d’œil. Je ne risque pas d'oublier ce film, tellement que je l'ai adoré, lui, son héroïne Rousse super badass en avance sur son temps, et ses savoureux maquillages de folie comme on en fait plus depuis longtemps... Ou presque... Puisque le célèbre apprentie de Savini a reprit le flambeau "historique" du zombard façon Romero, pour l’inénarrable production AMC( Parait il qui si on dit 3 fois le nom de la série devant un miroir, Scott Gimple apparait pour te pourrir le reste de ta vie, en reduisant ton budget de production, et en te refilant un espèce de daltonisme qui te fait voir en marron délavé et gris suicide. ça fait froid dans le dos, nan ? ^^ )de sinistre mémoire... Ensuite, effectivement, dans mon coin vidéo club du magasin de vente et réparation d'appareil électro-ménager, meuble et batterie de cuisine( la France profonde des années 80, toute une époque obscure et disparu ), on ne trouvait pas l'original de Romero de 68. Seulement Zombie, Day Of The Dead et la géniale version de Tom Savini de La Nuit Des Morts Vivants.

alshamanaac
02/09/2020 à 14:21

Je ne veux pas dire de bêtise... n'ayant pas à l'accès à l'article complet. Mais je n'irais pas jusqu'à dire que la version de Tom Savini avec Tony Todd soit un remake oublié ?... J'ai l'impression d'avoir plus vu ce remake que l'original de Romero à l'époque.

votre commentaire