Highlander : un classique immortel qui n'a pas perdu de son tranchant

La Rédaction | 8 août 2020
La Rédaction | 8 août 2020

Pour beaucoup, Highlander fut un des films emblématiques des années 90 naissantes, la révélation de Christophe Lambert et simultanément l’apogée de sa carrière. Retour sur une œuvre plus riche qu’il n’y paraît. 

Entaché par une flopée de suites toutes plus dispensables les unes que les autres, Highlander a vu son image transformée par la série dérivée de son intrigue originelle, qui laissa le souvenir d’un divertissement aussi kitsch et couillon que foncièrement sympathique. De même, l’aura culte qui entoura progressivement la première épopée tranchante du plus frenchy des immortels écossais a eu l’effet d’en lisser un peu le parcours, bien moins balisé qu’on pourrait le croire. 

 

Photo Christophe LambertUn Christophe Lambert bien aiguisé

 

LAMBERT ET MULCAHY DANS UN BATEAU 

Gregory Widen est étudiant en cinéma à UCLA, et il est bien décidé à impressionner ses professeurs de cinéma avec son premier scénario. L’idée de Highlander lui est venue lors d’un voyage en Écosse, où, fasciné par une armure, il imagina l’existence tumultueuse du porteur de cette dernière, s’il lui était donné de traverser les époques jusqu’à la nôtre. Dès son premier jet, dense, sombre et sous influence directe des Duellistes de Ridley Scott, il séduit deux producteurs, William Panzer et Peter S. Davis. Convaincus de tenir là un matériau solide, ils lui en donneront 200 000 dollars. 

Pour mettre en scène et incarner le projet, le duo va choisir deux artistes également prometteurs. Russell Mulcahy est un clippeur à succès, dont le furibard Razorback lui a valu d’apparaître instantanément comme un espoir enragé du cinéma australien. Son premier long, au cours duquel la traque d’un sanglier sauvage assoiffé de sang va se transformer en survival survitaminé, est autant un trip formaliste sophistiqué qu’un hommage à la Ozploitation (ces productions fauchées, méchantes et violentes se déroulant dans l'Outback Australien), plus bourrin des sous-genres de série B. 

Comme technicien, Mulcahy n’a pas grand-chose à prouver, et l’aisance avec laquelle il s’est dépatouillé du modeste budget de son premier film le qualifie pour sortir vivant du tournage guérilla de Highlander. Avec 19 millions en poche pour emballer un récit qui traverse les époques, les continents, enchaîne moult costumes, décors, batailles et joutes, difficile de ne pas aboutir à un résultat aussi moche qu’indigent. Comme on le verra ci-après, Mulcahy va faire preuve d’un sens de l’efficacité hors du commun. Et pour y parvenir, il dispose d’un homme dont on pense alors qu’il pourrait bien devenir un effet spécial à lui tout seul. 

 

Photo Christophe LambertUn premier duel épique et glauque

 

Il s’agit de Christophe Lambert, révélé au grand public par Greystoke, la légende de Tarzan puis l’improbable Subway de Luc Besson. On aurait tort de le qualifier déjà de star, mais son charisme un peu gourd, sa ganache de cocker sous lexomil régulièrement illuminée d’invraisemblables éclats de rire ont déjà fait de lui un petit phénomène. Avec Highlander, il va parfaire cette démarche magnétique, traversant les siècles avec un mélange de panache et de tristesse qui va marquer le public. 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

Kyle Reese
11/08/2020 à 22:40

Je viens de le revoir et le charme fonctionne toujours aussi bien.
Je ne me souvenais plus de ces magnifiques idées de transition entre les époques. (La Joconde a NY en surimpression du visage de COnnor) Un film assez unique dans son genre réalisé avec panache et une grande sincérité et qui a bien mérité son status d’œuvre culte. La musique symphoniste est superbe et se marie parfaitement avec les morceaux de Queen.
La restoration est top.
Un film qui n’a pas perdu de sa superbe.
It’s a kind of magic.

Eddie Felson
10/08/2020 à 10:35

@KyleReese : + 1 encore vis-à-vis de ton ressenti sur Higlander 1er du nom! Quel film... vivement un remake digne de ce nom avec un metteur à la hauteur (George Miller?) et un cast XXXL...
Par contre, les autres « vieux c.o.n.s » - dont je fais aussi parti ce film ayant été mon préféré un certain temps pendant mon adolescence! - je suis moi aussi clairement empreint d’une certaine nostalgie face à certaines de mes/nos madeleines de proust télévisuelles de la « bonne époque » (Twilght Zone/Chapeau melon.../Hill Street Blues/Twin Peaks etc...) ou cinématographique (les Spielbergs & Lucas des eighties et 90’, les Ridley Scott & Cameron de leurs jeunes années ... etc ... la liste serait trop longue!) MAIS il ne faut pas occulter pour autant les oeuvres contemporaines dont beaucoup n’ont pas à rougir face à leurs glorieux années (celles de Fincher/Anderson/Nolan...et de tant d’autres...). Niveau TV, je dirais même que ça n’a jamais été aussi excitant qu’aujourd’hui , quantitativement c’est certains mais aussi qualitativement, tant les shows, et dans tous les registres et de toutes nationalités, n’ont jamais été aussi nombreux et aussi qualitatifs! Je regarde des séries made in US, française, danoise, polonaise, anglaise, australienne, islandaise..etc... et qui sont toutes aussi différentes que qualitatives!!! (Peut sont sur Netflix d’ailleurs!)... À chaque époque son visage artistique, tous ont de la valeur, mais aucun ne présente la même facette et c’est très bien ainsi!
Ah oui!!! @M1Pats : sérieux là?!?!? K2000 sommet du Kitch TV meilleur que GOT ou Breaking Bad!!! Vaut mieux lire ça qu’être aveugle! Pas la même époque entre nous c’est certains mais on aurait pu se rejoindre sur l’échelle des valeurs et clairement c’est impossible:)... t’as du kiffé alerte à Malibu je présume, un sommet d’écriture et d’interprétation!

Bruce Wayne
09/08/2020 à 21:59

J'adore surtout les voyages dans le temps et travailler sur les deux mondes que sont les nôtres, beaucoup de travail mais que c'est bon de voir le magnifique résultat.

Cklda
09/08/2020 à 20:29

@Hasgarn ils ont changé Connor par Conrad en VF parceque les distributeurs français craignaient que le public français entende « Connar*» Mcleod tout au long du film ;)

M1pats
09/08/2020 à 14:57

Je crois que M1pats a tellement gavé tout le monde qu'il c'est fait effectivement piqué son pseudo!

Numberz
09/08/2020 à 14:12

Je me rappelle aussi du trois pour un scène de..euhh, pubienne....

Nan mais ce film est un tuerie. Il mérite mieux que son pauvre blu Ray dit "collector" ressorti il y a peu.

D'ailleurs j'aimais beaucoup le dessin animé. Je crois que avec Godzilla, m'en in black, Ghostbusters, highlander était un super produit dérivé en anim

Satan LaTeube
09/08/2020 à 10:41

Les années 90 naissantes ? Ouais bon, le film date de 85-86, donc faut peut être pas exagérer non plus, hein ?

Serievore
09/08/2020 à 09:52

@stre... Crois tu vraiment que m1pats pourrait etre assez intelligent pour etre aussi con volontairement ?
Moi je sais que non ^^

stre
08/08/2020 à 22:21

@M1pats
hahahahaha, ton style frappadingue commence à me plaire de plus en plus, à moins qu'une autre personne se soit emparée de ton pseudo.

M1pats
08/08/2020 à 21:14

Ecran large a ebcore cebsure mes message, jen est marre a la faim !!

Je disais que les 2000-2010 ont vraiment de la chance avec tout ce qu ils ont a voir.
Ca vaux pas les oeuvres de qualites qu in avait nous a notre epoque, je me rappelle de k2000, ou highlander la serie. C etait vraiment le top dy top, avec des scenarios travailles et bien ecrit.
Meme les dessins animes, je regardais heidi et candy avec ma mere, ou jeannette et serge. On etait trop heureux a xhaque fois avec maman.

Maintenant plus rien a voir, avec des daubes comme got, ou breaking bad. On comprend rien, c est bien trop complique. J arrive jamais a suivre.
Ha si seulement il pouvait refaire la oetite maison dans la prairie, ma serie prefere de toujours

Plus

votre commentaire