Moi, moche et méchant 3 : critique relou

Geoffrey Crété | 4 juillet 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Geoffrey Crété | 4 juillet 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

En 2010, Moi, moche et méchant des studios Illumination et Universal a été un succès surprise : plus de 543 millions de dollars de recettes pour un budget d'à peine 70. La suite du programme est aussi étonnante que la gentille morale des films : une suite, un spin-off sur les désormais incontournables Minions (avec une suite prévue pour 2020) et un succès plus que solide (plus d'un milliard pour l'aventure solo des machins jaunes). Bilan : une franchise en or massif. Sauf que l'originalité loufoque des débuts a laissé place à une usine à succès parfaitement fade.

TOI, TOI ET ENCORE TOI

A sa sortie en 2013, le pourtant très amusant Moi, moche et méchant 2 a déçu beaucoup de fans du premier, considéré comme nettement supérieur. Moi, moche et méchant 3 ne risque pas de beaucoup modifier cette conviction, sauf pour peut-être réévaluer le deuxième opus. Comme une farce interminable racontée par la même personne, avec la même voix et les mêmes intonations, ce troisième épisode réalisé par Pierre Coffin et Kyle Balda (le duo derrière Les Minions, Chris Renaud ayant co-réalisé les deux précédents films avec Coffin), épaulés par Eric Guillon, se résume vite à une nouvelle aventure colorée mais poussive, mi-niaise mi-hystérique, qui s'éparpille autour de plusieurs sous-intrigues.

 

Photo

 

Il y a d'abord Gru et Lucy, éjectés de l'Agence Vigilance de Lynx après avoir été incapables d'arrêter Balthazar Bratt : ex-enfant star des années 80 qui a décidé de devenir un super-vilain après avoir vu sa carrière s'écrouler, il cherche à détruire le monde avec des chewing-gum et la coupe de cheveux de Grace Jones.

Il y a aussi Dru, frère jumeau caché de Gru, qui l'invite à venir sur son île fantastique pour découvrir sa chevelure de rêve et ses fantasmes de devenir un super-vilain, pour honorer la mémoire de leur père. Il y a également Lucy qui cherche à devenir une bonne mère pour ses filles adoptives, et la quête de l'une d'elles, déterminée à trouver une licorne. Sans oublier les Minions, qui vivent leurs propres aventures en parallèle après avoir quitté leur chef. Bien assemblés et arrangés, ces éléments auraient pu former une aventure réjouissante, divertissante et parfaitement décalée, à la hauteur de l'univers cartoonesque des héros. Mais Moi, moche et méchant 3 échoue, et la chose devient vite lourde et plate.

 

Photo

 

TOI, RELOU ET CYNIQUE

Moi, moche et méchant 3 a beau être le plus court film de la franchise avec 90 petites minutes, c'est aussi le plus long. Difficile de s'attacher à la relation centrale entre Dru et Gru, aux quêtes de Lucy et Agnes, aux aventures des Minions en prison, ou encore d'être emporté par les plans du machiavélique fan des épaulettes : le film traîne trop de choses pour tirer quoi que ce soit d'intéressant de ses intrigues. Il passe ainsi plus de temps à mettre en scène des gags poussifs et des scènes d'action virevoltantes mais sans conséquence, qu'à se recentrer sur une histoire divertissante et solide. La machine semble avoir été montée à l'envers. La satisfaction est minimale.

 

Photo

 

Bien sûr, Moi, moche et méchant 3 assure en partie et au premier coup d'œil le service. Le spectateur pourra se laisser emporter par de nouveaux gadgets, de nouveaux décors, et un tunnel de couleurs et de gags sans fin. Un peu de destruction massive à la mode blockbuster, un peu de course-poursuite de bolides, un peu de cette nostalgie des années 80 très à la mode, un peu de teasing d'une suite, un peu de Minions dans leurs propres vignettes : le spectacle est calibré pour balayer les intérêts de milliers de spectateurs, dans une volonté de manger à tous les râteliers parfaitement évidente.

 

Photo

 

Mais en l'absence d'un peu de cœur, d'audace et d'imagination, le film perd son charme pour ne laisser apparaître que l'entreprise qui se cache derrière. Le troisième épisode ressemble à une compilation de morceaux conçus indépendamment et au service de mini-ambitions, comme un assemblage de futurs gifs qui font plus appel aux connexions neuronales des réseaux sociaux qu'à un semblant de cinéphilie en matière d'animation.

Après le ratage du spin-off Les Minions, qui n'a pas été capable de tirer une aventure à la hauteur de la bizzarerie absurde des créatures superstars malgré une excellente idée, ce troisième épisode signale que le studio Illumination est bel et bien devenu un mastodonte hollywoodien. C'est un peu le syndrôme Tempête de boulettes géantes, fantastique surprise qui a donné une suite totalement bancale. Comme des bêtes et Tous en scène, beaucoup trop calibrés pour être de totales réussites, l'avaient indiqué : Moi, moche et méchant 3 le confirme. Le succès sera certainement au rendez-vous, encore une fois, mais il relève plus de l'automatisme que du mérite.

 

Affiche

 

Résumé

Piégé par le succès qui a transformé l'univers décalé en franchise classique, Moi, moche et méchant 3 n'est plus qu'une carcasse vide, d'une paresse exaspérante, qui se contente de tourner en rond avec quelques maigres nouveautés pour entourlouper le public fan des personnages.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Stavos
10/11/2019 à 23:12

Autant les 2 premiers films m'avaient laissés de marbres (le deuxième étant particulièrement affligeant), celui-ci m'a vraiment plu. Pour peu qu'on accepte que l'écriture a toujours été le point faible d'Illumination, et c'est peu dire, on peut au moins apprécié le film le plus drôle et visuellement le plus abouti de la franchise. Maigre consolation pour une saga qui a toujours été paresseuse, mais c'est déjà.

L'empêcheuse de tourner en rond
06/07/2017 à 08:29

Qui,dans cette déferlente d'idioties rarissimement drôles et peu esthétiques s'est préoccupé de l'impact néfaste de telles inventions psychologiques tarabiscotées sur les frais neurones juvénils.Sans doute pas les adultes accompagnants!!

cgill
05/07/2017 à 16:04

J'ai trouve que c’était un très bon divertissement et que l'on ne s'ennuyer pas une seule seconde.
Qui plus est l’animation et les décors regorge de petit détails amusant.

Merci
04/07/2017 à 23:07

Audrey - -Ann

votre commentaire