Sully : Critique en pilote automatique

Simon Riaux | 15 novembre 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 15 novembre 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58

C’est en 2009 que Chesley Sullenberger parvient miraculeusement à amerrir sur l’Hudson River, suite à l’avarie qui coûta ses deux moteurs à l’A320 dont il est le pilote. De cet évènement hors du commun, Clint Eastwood tire une chronique désabusée des mythes américains, comme il le fit récemment avec American Sniper ou Mémoires de nos pères.

BON PIED BON ŒIL 

Reçu fraîchement par la critique anglo-saxonne, Sully est un film moins évident à appréhender qu’il n’y paraît. Tour à tour anti-film catastrophe, dissection des fourvoiements moraux d’une Amérique qui marche sur la tête, profession de foi en un cinéma classique, qui ne se hisse jamais au-dessus de ses personnages, autant que grand écart impossible entre fable héroïque et récit naturaliste, le film de Clint Eastwood étale sous nos yeux une belle complexité.

 

Photo Tom Hanks

 

Héros objectif et rédempteur symbolique d’un pays accro à l’adrénaline et au sensationnalisme sordide depuis le 11 septembre 2001, Sully se heurte ici à un système médiatico-administratif qui entend clouer au pilori un homme qui vient de sauver 150 de ses contemporains. Pour adresser simultanément une révérence et une critique acerbe de ses contemporains, le metteur en scène se garde bien de recourir aux effets lacrymaux attendus, compose une fresque intimiste et déploie une infinie délicatesse dans la construction de son récit.

 

Photo Tom Hanks

 

TRAIN TRAIN D'ATERRISSAGE 

C’est paradoxalement l’humilité du film qui finit par jouer contre lui. À  refuser toute mise en scène trop clinquante, Eastwwod finit par étouffer un récit qui se résume finalement à deux moustachus ergotant devant des commissions d’assureurs. De son côté, Tom Stern (chef opérateur d’Eastwood depuis Créance de Sang) n’est pas particulièrement inspiré et sa photographie funèbre tient plus souvent du tic esthétique que du discours pertinent.

 

Hanks Eckhart

 

Si on comprend la volonté de Sully de rythmer sa narration grâce au récit de l’exceptionnel amerrissage de Sullenberg – le spectateur est ainsi invité à le revivre 3 fois – le budget du film et ses effets spéciaux oscillant entre le hideux et le maladroit n’aident pas à s’immerger dans le dispositif moral passionnant proposé par Eastwood.

Le grand Clint fait donc de Sully un héros du quotidien, témoin de moralité d’une Amérique blafarde et affolée. Cette note d’intention, exposée frontalement dès l’une des premières scènes du métrage, est le point de départ d’un film délicat et intelligent, dont les pistes de réflexions sont parfois un peu trop encombrées pour permettre l’envol du spectateur.

 

Affiche

 

 

Résumé

Étouffé par une mise en scène sclérosée, Sully demeure un formidable terrain de jeu réflexif pour le moraliste Eastwood.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.8)

Votre note ?

commentaires
tiesto
10/12/2016 à 04:22

Je viens de voir le film et franchement à part le bon jeu d acteur de Hanks comme d'habitude, ce Clint fais vraiment des films de merde.
Il se casse vraiment pas la tête, je suis d'accord il à pas grand chose à raconter, c'est plutot commercial avec des grands noms mais le film est une merde.
Voila pour ceux qui souhaite voir ce film économiser votre argent et attendre de le telecharger gratuitement.

StarLord
04/12/2016 à 14:30

Je viens de le voir et... bof. Tom Hanks est excellent (pléonasme) mais l'ensemble est tout de même assez plat. Il se passe pas grand chose, les sfx sont vraiment ratés. Comme dit 3 posts plus haut On sent vraiment que Clint n'a pas grand chose à raconter en fait... Dommage.

Cela dit, chapeau quand même à Clint-Immortal-Eastwood pour ce qu'il arrive encore à faire à 86ans #respect

Lezardennes
04/12/2016 à 08:26

Clint Eastwood (comme Ridley Scott par exemple) est une valeur sûre et le retraité que je suis sera certainement comblé vis à vis des daubes habituelles.

7fredo8
30/11/2016 à 17:11

je reconnait que si c'etait une grosse merde francaise on applaudirait des deux mains

postman
30/11/2016 à 14:18

Un film mollasson et platement réalisé qui n'a pas grand chose à raconter. ça dure 1h36 et ça parait long...
les retraités vont adorer...
Les acteurs sont très bien ceci dit, contrairement aux sfx tout moisis.

Zanta
19/11/2016 à 18:26

Un projet pareil est surtout un véhicule à Oscar. Le succès commercial aux US va certainement aider Hanks à choper une nomination...
Mais comme récemment, le grand Denzel a essayé avec son tout aussi moraliste Flight, ça sent le pétard mouillé.

Nathan
15/11/2016 à 16:05

Thom Hanks ferait un incroyable "Sully" pour le film "Uncharted".
Sa tête sur la première photo est assez ressemblante

votre commentaire