Le Livre de la Jungle : critique sauvage

Geoffrey Crété | 21 avril 2018 - MAJ : 02/05/2019 22:06
Geoffrey Crété | 21 avril 2018 - MAJ : 02/05/2019 22:06

Près de 50 ans après le classique de l'animation, le studio de Mickey rouvre Le Livre de la Jungle pour en offrir une adaptation live, dans le sillage de Maléfique et Cendrillon. Avec Jon Favreau, le réalisateur des deux premiers films Iron Man (et du Le Roi Lion à venir) et un casting de voix sensationnel (Bill Murray, Idris Elba, Scarlett Johansson, Lupita Nyong'o, Christopher Walken), Disney retrouve t-il la magie du film qui a bercé des générations entières ?

IL ETAIT ENCORE UNE FOIS

Que demande t-on à un film comme Le Livre de la Jungle, blockbuster estampillé Disney à 175 millions de dollars, mis en scène par un faiseur comme Jon Favreau ? Du spectacle. Pas nécessairement plus, mais absolument pas moins.

A ce niveau, force est de constater que la superproduction assure la mission avec une belle efficacité : virevoltante, dynamique, palpitante et à peine drôle, l'aventure offre la dose attendue de sensations fortes. Le spectateur venu chercher de la production mainstream en bonne et due forme pourra sans hésitation se repaître de cette nouvelle adaptation, qui emprunte bien plus au film d'animation de 1967 qu'à l'oeuvre de Rudyard Kipling.

 

Le Livre de la JungleMowgli

 

JUNGLE SPEED

Au-delà de l'exemplarité du film, emballé avec un savoir-faire indéniable, Le Livre de la Jungle impressionne à un niveau qui pourra surprendre les yeux les plus impitoyables. Car malgré ses allures grasses, cette nouvelle adaptation un brin cynique recréé un univers enthousiasmant et engageant à la hauteur des espoirs. Des cimes obscures dominées par Kaa au temple du roi Louie, de la nature ensoleillée aux flammes du climax, le film s'amuse avec les couleurs, les ambiances et les décors pour séduire. A tel point qu'on peut sans mal rester scotché à l'écran sans s'ennuyer plus de quelques minutes.

Même constat du côté du bestiaire. Malgré la peur le risque de se transformer en une production boursouflée qui pêche par excès d'ambition, et surcharge le cadre avec des images de synthèse associées à un vrai Mowgli, Le Livre de la Jungle convainc. Les textures des peaux, des yeux et des poils rappellent, après les derniers épisodes de La Planète des singes, que la technologie actuelle est sensationnelle.

 

Kaa le serpentOn s'occupe de ton Kaa

 

La présence de voix très reconnaissables participe beaucoup à l'immersion, notamment grâce aux timbres si particuliers d'Idris Elba et Scarlett Johansson. La décision de faire de Kaa une femelle est à ce titre une très belle idée, l'unique scène du serpent étant parmi les plus impressionnantes et envoûtantes du film (Scarlett Johansson interprète également une excellente version de Trust in me pour le générique de fin).

 

Bagheera Ben KingsleyBagheera

 

L'HISTOIRE SANS FIN

Reste toutefois la certitude que ce nouveau Le Livre de la Jungle n'a pas de réel intérêt pour celui qui connaît parfaitement le film d'animation, tant les deux films sont semblables. Il y a bien des différences plus ou moins majeures entre les deux, mais pas suffisamment pour inspirer un vrai respect face à ce blockbuster trop impersonnel.

 

King LouisIl est grand ce singe

 

La présence un peu forcée de deux numéros musicaux pas très réussis (The Bare Necessities/Il en faut peu pour être heureux, I Wanna Be Like You/Être un homme comme vous) rappelle qu'il s'agit avant tout d'un produit Disney. Et que Mickey a un pouvoir de séduction incommensurable puisqu'une suite a d'ores et déjà été commandée.

 

Poster

 

Résumé

Jon Favreau remplit parfaitement la mission confiée par Disney : emballer un film d'aventure excitant, visuellement impressionnant, qui emportera sans mal le public. Et lui permettra peut-être d'oublier l'intérêt tout relatif de l'entreprise.

commentaires

Bishop
22/09/2016 à 12:47

@lamachetehd

Franchement mec, tu peux faire la part des choses entre ton avis et celui des autres ? T'as adoré, tu trouves ça super, mieux que Star Wars, tant mieux. Mais de là à dire que "tout y est" et que surtout, tu comprends pas qu'on puisse ne pas trouver ça aussi génial que toi... Pas besoin d'être un alien pour te dire que les goûts et les couleurs... (la preuve, plus haut on dit que la note est trop haute, toi tu la trouves sûrement trop basse....)

lamachetehd
28/08/2016 à 19:56

Franchement les mecs, vous etes extra terrestres ou quoi? Pour ma part, le meilleur film de 2016 pour le moment (je l'ai vu hier en 3d chez moi). Effet speciaux extra, l'histoire forcement on la connait, humour, pas trop gamin, bref, tout y ai. Je ne vois pas comment on pourrait mieux investir son argent en famille au cinema. Bien mieux,a mes yeux, que le reveil de la force par exemple

T-Bib
26/04/2016 à 09:25

J'ai trouvé le film divertissant et bien foutu. Mais c'était clairement dispensable. Je suis pas non plus un fan inconditionnel des classiques Disney (a part le roi lion), mais je trouve ca completement inutile ces remake en prise de vue "réelle", c'est du fric pour faire du fric, il n'y a aucune ame dans ces films, contrairement aux dessins animés

MystereK
25/04/2016 à 08:55

"La présence de voix très reconnaissables participe beaucoup à l'immersion, notamment grâce aux timbres si particuliers d'Idris Elba et Scarlett Johansson. "

Euhhh, c'est plutôt le contraire pour moi, si la voix est connue, je ne l'assoscie plus au personnage animé, mais à la personne physique et du coup, il y a un décalage entre l'image et la voix. Je ne suis donc pas su tout fan des voix célèbre pour les films d'animation (idem pour les doublages des films live).

Faunex
20/04/2016 à 00:04

@bof
Woké ben oui : 6/10 c'est une moyenne de circonstance pour un crowd pleaser, qui remplit sa mission, qui est visuellement impressionnant et fonctionne bien niveau rythme. Un film ça se critique aussi (surtout, peut-être) par rapport au public ciblé, à la nature du film, et son rôle.

"pas vraiment utile", c'est en plus assez compliqué à démontrer. Des films "utiles" (une avancée technologique en soit, c'est utile ?), dont on connaît l'utilité dès la sortie sans aucun recul... Donc ouai, "woké".

bof
19/04/2016 à 17:04

Donc en fait, c'est vachement bien, mais pas vraiment utile, donc 6? Woké...

Olivier
18/04/2016 à 20:23

Ok Diez je comprends ton point de vue, c'est plus clair avec ton deuxième commentaire.

diez
18/04/2016 à 18:16

;)

Gollum
18/04/2016 à 16:10

@diez
Je suis totalement d'accord.

Je répondais à mikegyver et Olivier qui semblaient trouver l'argument "c'est trop commercial" faible, voire à côté de la plaque.
C'est évidemment une question de point de vue, mais ça me semble indispensable de se poser la question, parce qu'un film n'est pas QUE du produit marketing et du business. (ça peut l'être, et ça peut convenir au public, mais c'est très bien que des gens s'interrogent là-dessus)

diez
18/04/2016 à 15:59

En effet Gollum. Et c'est bien pour cela que je parle de démarche "extrêmement" commercial. Un "extrêmement" qui sous entend fortement que c'est plus du business que de l'art cinématographique.

Tout film est un projet qui appel à faire gagner de l'argent, mais il existe des projets qui naissent avant tout d'une vision artistique que d'un projet commercial de grande ampleur.

Plus

votre commentaire