Critique : 3 Coeurs

Nicolas Thys | 9 septembre 2014
Nicolas Thys | 9 septembre 2014
Ceux qui se rendent au cinéma d'abord pour voir de bons acteurs, peu importe les faiblesses des films dans lesquels ils jouent, seront certainement ravis par Trois coeurs, qui propose un quatuor exceptionnel avec Catherine Deneuve en mère de Chiara Mastroianni et de Charlotte Gainsbourg, ainsi qu'un très bon Benoît Poelvoorde, qui s'immisce dans cette famille où les femmes sont reines pour leur apporter un semblant de joie avant de faire revenir le drame.

Du côté de la mise en scène, on est là dans quelque chose de classique et efficace, mettant en valeur les émotions dans des gros plans de visages privilégiant les mouvements fluides de la caméra au lieu d'un montage qui les désunirait. Mais rien d'original ni d'inventif ne ressort ici, juste une impression forte de déjà-vu. C'est aussi le cas du scénario, triangle amoureux banal, qui cumule certaines invraisemblances, laisse des éléments de côté, amuse parfois involontairement, ou se complait en métaphores filées inutiles (à quoi servent les passages sur le redressement fiscal du maire, sinon à signifier que le seul moment où Poelvoorde n'est pas un lâche c'est dans son travail, là où il est coupé de toute relation affective, ce dont on se doute depuis le début ?).

On a l'impression que le moment qui reflète le mieux le film se situe lors du déménagement où l'acteur demande à sa compagne, en lui montrant une chaise, « Qu'est ce que je fais de ça ? » et elle de lui répondre : « Tu t'assois dessus ». C'est terre-à-terre, faussement logique, dénué de toute poésie, plat et vain. Mais certains spectateurs ont besoin de leur quota de réalité et d'un peu de romance triste, c'est sûrement à eux que Benoît Jacquot s'adresse.

En bref : un excellent casting pour pas grand chose.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire