American Nightmare 2 : critique anarchique

Simon Riaux | 11 mai 2018 - MAJ : 19/05/2019 17:56
Simon Riaux | 11 mai 2018 - MAJ : 19/05/2019 17:56

En dépit d'un très beau succès public, American Nightmare premier du nom s'est avéré une violente déception, le film ne traitant jamais frontalement son concept de SF musclée aussi rigolo qu'ouvertement débile. Avec American Nightmare 2, la production a visiblement compris le message et entend offrir au spectateur ce qu'il est venu chercher : un jeu de massacre urbain sans foi ni loi. Une bien belle intention, qui se heurte hélas à la direction de James DeMonaco, digne d'un Steven Seagal sous codéine.

CORBEAU ES-TU LÀ

 

Avec ses hordes de barbares tout droit sortis d'un cosplay de The Crow, ses militaires américains en manque de carnage et ses bourgeois déviants, American Nightmare 2 possède à peu près tous les ingrédients de la série B agressive, idéale pour accompagner une gentille cuite à la bière. Jusque dans ses personnages, tous plus stupides et monomaniaques les uns que les autres, le film exale un délicieux fumet de divertissement un peu honteux mais gentiment jouissif.

 

Et avouons-le, ici ou là, une poignée d'images nous titille régulièrement la rétine, faisant appel à nos souvenirs de violence urbaine filmique. Par instant, ce sont Les Guerriers de la nuit de Walter Hill et autres New-York 1997 du maître John Carpenter que James DeMonaco évoque (la maestria en moins), jusqu'à ce que la nature profondément opportuniste du projet ne prenne le dessus.

 

 

Par où on commence ?

JAMAIS PLUS

 

Quand bien même on tentera d'aborder l'ensemble avec une relative dérision, rien ne fonctionne jamais tout à fait dans ce métrage aux finitions douteuses. Ainsi s'agace-t-on de voir le scénario feindre une dénonciation de la violence et de la circulation des armes... avant d'inviter ses personnages à massacrer à bout portant les vilains traîtres à la patrie !

 

Décevant dans son discours, le film n'est pas beaucoup plus réjouissant visuellement. Tourné dans une enfilade de caves, parkings et autres ruelles, on peine à croire que le tout ait été mis en boîte à Los Angeles, lieu de l'action du film, tant le résultat est hideux à l'écran. Ne vous attendez pas non plus à crouler sous une violence expiatoire, la plupart des gunfights étant expédiés à coups de shakycam ou de montage épileptique.

 

Photo American Nightmare 2Pan Pan !

 

Reste que si le film est d'une parfaite hypocrisie (puisqu'il entend nous faire jouir de ce qu'il dénonce), il offre ici et là quelques mémorables saillies. Ainsi les victimes de l'ignoble The Baby se féliciteront-elles de voir son comédien principal en prendre plein la tronche plus d'une heure durant. Il en va de même pour certains personnages secondaires, principalement les caricatures de la bonne société WASP américaine, qui ont droit à un traitement plutôt féroce et réussi.

 

 

 

Résumé

Pas de quoi casser trois pattes à un canard, mais suffisamment pour lui enfoncer un M4 dans les parties.  

commentaires

clejinn
13/05/2019 à 11:28

film un peu nul mais bon c'est pas bien grave.
Par contre complètement se foutre du véritable sens du mot anarchie qui désigne une philosophie politique pour le mettre dans le titre de ce navet ça fait toujours un peu mal au cœur...

Mx
12/05/2019 à 16:03

Pareil; c le seul que j'ai vraiment kiffé, vu au ciné, j'e nattendais rien, et j'ai été agréablement surpris, bien meilleur que le premier et le elections!!!

Pat
12/05/2019 à 12:16

Pour moi le 2 est le meilleur de la trilogie (pas vu le 4) ça fait un peu penser à du Carpenter.

Bad Taste
12/05/2019 à 08:44

La série est une catastrophe.
Probablement la pire itération de la saga.

Adam
07/11/2018 à 15:33

Ce film a quand même l'avantage de nous proposer ce qu'on attendait du premier: des scenes de guérillas urbaines au lieu d'un huis clos. Mais je reocnnais que le resultat n'est pas mémorable. Je prefere nettement le 3eme volet (pas vu le 4eme ni la série)

votre commentaire