Critique : L’Homme orchestre

Par Tonton BDM
2 juillet 2013
MAJ : 25 février 2020
0 commentaire

Même si Louis de Funès ne parait pas forcément très à son aise en plein feu d’artifices pop avec des minettes qui dandinent du croupion autour de lui, L'homme orchestre se révèle rapidement pleinement ancré dans son époque : autant dire qu'il s'avérera un véritable régal pour les amateurs de mini-jupes sixties (so sexy !).

Sinon, force est de constater que cette version reliftée et Modern Jazz d’Ah les Belles Bacchantes matinée de Tombeur de ces Dames de Jerry Lewis (même dispositif un homme/cinquante femmes, usage de l’espace et de décors fort proches) ne brille malheureusement guère par une mécanique huilée à la Gérard Oury, mais tient finalement debout grâce à quelques séquences d'anthologie (la pesée des danseuses, la découverte du bébé) liées avec groove par la bande originale hippie d'un François de Roubaix moins mélancolique qu'à l’accoutumée.

Au final, le film de Serge Korber marque donc par sa douce audace gentiment non-sensique (les outrances ne sont pas celles d'un Jean Yanne ou d'un Gérard Pirès non plus), son évident caractère à contre-courant dans la carrière du père Fufu, et ses nobles tentatives pour créer une comédie musicale à la Française, très influencée des émissions de Maritie et Gilbert Carpentier (on songe aussi à une évocation de Claude François et de ses Clodettes, puisque ce dernier était réputé tyrannique). Bref, tout cela apparait certes aujourd'hui comme très anecdotique, mais il s'en dégage une sympathie et une chaleur que l'on aurait tort de bouder.

Rédacteurs :
Résumé
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires