Critique : 3 (més)aventures d'Harold Lloyd

Nicolas Thys | 17 décembre 2008
Nicolas Thys | 17 décembre 2008

Moins célèbre que Keaton et Chaplin, Harold Lloyd est l'un des plus grands comiques américains de l'époque fabuleuse du slapstick. Les trois courts métrages présentés ici, sans être les meilleurs films de l'acteur, n'en sont pas moins représentatifs de son style et de son personnage unique. Sa différence avec ses concurrents ? A priori minime et pourtant...

 

Comme le montre Oh ! La belle voiture et Voyage au Paradis, Lloyd est rien moins qu'un de ces hommes ordinaires du cinéma : ni trop beau ni trop moche, ni trop riche ni trop pauvre, sans histoire extraordinaire à raconter. Il est avant tout un citadin moyen, séducteur et amoureux dont la vie est un temps bouleversée par un univers qui le dépasse, comme s'il peinait à entrer dans le mouvement.

 

Il est souvent confronté au monde urbain des années 1920 : gratte-ciels en construction, hauteurs démesurées, vitesse folle des villes en mutation où les voitures ont remplacé les chevaux. Tout est prétexte à de folles et drôles cascades dans des décors le plus souvent possibles naturels. Le studio n'est pas de mise : la confrontation avec le monde est franche et directe. Le gag ne provient plus seulement d'une exagération ni d'une caricature de la réalité mais au contraire d'une tentative difficile d'appréhender un monde nouveau et étrange.

 

Viré à l'ouest est au contraire un retour aux sources. Fin du XIXème siècle, obligé de quitter une ville, Lloyd se rend dans un village de l'ouest américain gouverné par un propriétaire terrien véreux et une milice semblable au Ku-Klux-Klan qu'il combat pour conquérir le cœur de sa belle. Parodie des westerns, le film compose néanmoins avec l'univers du comique qui cherche avant tout à fuir et se défaire d'une ruralité qu'il ne connait pas et ne maîtrise pas afin de retrouver son confort moderne fait de vitesse et d'espaces ultra-occupés.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire