Critique : Maradona par Kusturica

Ilan Ferry | 27 mai 2008
Ilan Ferry | 27 mai 2008

Outre un prestigieux tapis de stars, la Croisette a vu défiler son lot de sportifs venus présenter les documentaires leur étant consacrés. Tandis que James Toback montait sur le ring avec Tyson, Emir Kusturica en profitait pour dresser un portrait lénifiant de son idole : Diego Maradona. Et c'est bien là que le bât blesse tant le film se garde bien de tout regard critique. Les multiples controverses entourant Maradona (son amitié avec Castro, son addiction à la cocaïne...) y sont ainsi vite éludées sous le fallacieux prétexte que la star les assume pleinement du fait de son statut d'icône. 

 

Etonnamment peu enclin à gratter là où ça fait mal, le réalisateur préfère ériger le footballeur en véritable « Che Guevara du ballon rond » via une analogie peu finaude. Toujours aussi subtil, Kusturica ponctue ainsi son film d'incessants intermèdes animés montrant Maradona faire la nique à Bush, Blair et consorts sur le refrain du God Save the Queen des Sex Pistols. Certains y trouveront une comparaison peu appropriée mais surtout l'occasion pour Kusturica d'exprimer toute son affection pour le capitalisme à travers l'aura quasi divine de Maradona.

 

Quant aux amateurs de football, ils risquent fort d'être déçus puisque le film n'en parle que très peu, si ce n'est par le prisme du célébrissime « but du siècle » marqué par Maradona contre l'Angleterre en 1986 au Mexique. Dire qu'en la matière on en attendait plus d'un footeux comme Kusturica tient du doux euphémisme !

 

On ne retiendra au final que les hilarants passages sur l'église Maradonienne (le détournement du cantique Ave Maria et le mariage «maradonien» en sont de savoureux exemples), un parallèle bien trouvé entre le foot et le cinéma et de trop rares fulgurances musicales où l'on retrouve le Kusturica tendre et caustique qu'on aime. La rencontre entre ces deux monstres du cinéma et du foot aurait pu faire des étincelles, elle se révèle au final trop consensuelle. 

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire