Critique : Johnny Mnemonic

Laurent Pécha | 26 avril 2007
Laurent Pécha | 26 avril 2007

Quatre ans avant d’être Neo dans Matrix, Keanu Reeves s’essayait déjà à la SF branchée dans Johnny Mnemonic. Cette adaptation d’une œuvre de William Gibson, l’un des maîtres de la littérature cyber fait pourtant bien peine à voir.

Réalisé par l’inconnu Robert Longo, le film ne tire jamais partie de son pitch pourtant incroyablement excitant : Dans le futur, certains hommes sont capables de stocker des informations dans leur tête, véritables disques durs vivants. La vie de Johnny ne tient qu’à un fil parce qu’il a justement téléchargé dans son crâne des données ultra importantes et confidentielles. Car, ici, effectivement, toute tentative de réflexion sur les rapports complexes (entre fascination, attirance et danger) entre l’homme et la machine ou sur la réalité virtuelle est bien vite bannie pour laisser place à un simple (simpliste) jeu de cache-cache susceptible d’entraîner scènes d’action et utilisation abusive d’effets spéciaux. Mais même dans ce domaine, le film ne convainc pas tant les séquences s’enchaînent mollement.

Reste la curiosité de voir à l’œuvre un casting totalement hétéroclite : il est effectivement plus qu’étonnant de voir réunis sur un même écran des acteurs d’horizons aussi différents que Takeshi Kitano, Ice-T, Dolph Lundgren et Udo Kier.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire