Zone hostile : critique Altered Neurone pour Netflix

Simon Riaux | 15 janvier 2021 - MAJ : 18/01/2021 10:13
Simon Riaux | 15 janvier 2021 - MAJ : 18/01/2021 10:13

De Chambre 1408 en passant par Le Rite ou quelques épisodes de Bloodline, Mikael Håfström s’est imposé comme un technicien capable. C’est ce qui lui vaut de mettre en scène Zone hostile, nouveau prototype d’action teinté de SF acheté par Netflix, pour lequel il est recommandé de faire l’économie de son cerveau.

GROBOCOP 

Et cela tombe bien, puisqu’il sera ici question d’intelligence artificielle. Un concept pas franchement nouveau, auquel devra se frotter le jeune lieutenant Thomas Harp (Damson Idris). Après avoir désobéi à des ordres directs et tué deux soldats américains, avec l’empathie d’un broyeur industriel pour une couvée de poussins, notre héros se voit confier la supervision de Leo (Anthony Mackie). Ce super soldat de synthèse est le premier modèle du genre à être déployé en complète autonomie sur un théâtre d’opérations. 

 

 

On appréciera donc la spectaculaire stupidité de ce concept, qui vise à confier à un incompétent meurtrier la gestion d’une arme de pointe. Arme dont personne ne semble s’inquiéter qu’elle soit capable de zigouiller la moitié de l’espèce humaine en moins de temps qu’il n’en faut à Patrick Sébastien pour faire tourner les serviettes. Évidemment, rien ne se passe comme prévu, et c’est avec moult mâchoires concassées et sourcils froncés que tout ce beau monde découvre qu’un robot tueur n’est pas un émissaire de paix très efficace. 

 

photo, Anthony MackieUn cyborg et un humain (à gauche)

 

Cette violente attaque contre les capacités neuronales du spectateur se double d’une direction artistique aussi pauvre que contemporaine, en cela qu’elle s’efforce de recycler l’héritage de Call of Duty et des ambassadeurs vidéoludiques du Battle Royale. Ainsi vaque-t-on, de faubourgs anonymes en usines désaffectés, aux quatre coins d’une Europe de l’Est générique, où tout semble avoir été pensé pour laisser la caméra libre d’observer les comédiens exécuter des bots à la chaîne.

En l’état, le film ressemble plus à une kill-cam de comtition en ligne qu’à un récit d’action usant d’une véritable grammaire visuelle, rehaussée de designs repiqués aux ingénieurs de Boston Dynamics. 

 

photo, Pilou Asbæk, Anthony Mackie"Azy, file-moi le rôle du méchant, sinon, je tourne dans Ghost in the Shell 2"

 

TERMINATOR SOFT FATE

Pour autant, Zone Hostile réussit l’exploit de ne jamais être tout à fait désagréable. Le mérite en revient à son rythme soutenu, qui a la politesse de ne jamais s’appesantir sur ses rebondissements, sans non plus se prendre trop au sérieux. Oui, ces soldats en colère, ces humanitaires prêts à atomiser l’Occident par amour de la paix, et ces rebelles en carton sont artificiels, mais au moins valsent-ils prestement, ne laissant à peu près jamais le temps à l’ennui de s’insinuer dans cette gentille bourrinerie, assez plate visuellement, mais toujours lisible. 

De même, on appréciera l’investissement du casting, Anthony Mackie en tête. Ce dernier a manifestement retrouvé une bonne demi-douzaine d’expressions faciales depuis la seconde saison d’Altered Carbon, et en fait bon usage (ce qui est plutôt rassurant avant Falcon et le Soldat de l'Hiver). Son mélange de blagounettes, de grands discours et de charabias pseudo-scientifiques est divertissant, et son investissement physique plaisant. Ajoutons à cela une pincée de la trop rare Emily Beecham pour faire bonne mesure, et on évitera de justesse de passer l’arme à gauche une fois le visionnage achevé. 

Zone hostile est disponible sur Netflix depuis le 15 janvier 2021 en France

 

Affiche officielle

Résumé

Grâce à ses acteurs et son rythme fluide, cette Zone Hostile fait parfois oublier son absence totale d'inventivité et la stupidité spectaculaire de son récit.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.3)

Votre note ?

commentaires
sylvinception
19/01/2021 à 18:32

"Ce dernier a manifestement retrouvé une bonne demi-douzaine d’expressions faciales"

LOL!!

John44600
18/01/2021 à 07:18

Je n’ai pas réussi à finir le film...

Reallu
17/01/2021 à 22:41

Tres mauvais cet acteur et le film on dirait un navet

Andarioch1
17/01/2021 à 12:26

@ Simon.

J'ai du voir une version différente du film. Le môme est expressément demandé par l’androïde. Androïde dont une seule personne connait la véritable nature.
ça reste con mais ce n'est quand même pas la même chose.
Bref, moi ce qui me hypait sévère, c'était les affiches de Korban au début. On allait avoir du Pilou Asbaek, Youpi, il m'en faut peu pour être heureux. Du coup j'ai un bon a priori et je m'enfile paisiblement le métrage en mode veille.
Enfin Pilou arrive et... 3mn. 3 'tain de pov' minutes à l'écran et puis s'en va. Et alors que l'ensemble se tenait à peu près jusqu'à présent on arrive sur la fin de film la plus mal conçue, écrite et filmée qu'on puisse imaginer.

Déçu? nope, en colère!

T.
17/01/2021 à 12:04

Quelle supplice ce film...
La réalisation et l'écriture sont catastrophiques, de même que le jeu de ces "acteurs".

Bref, je me demande des fois si je vois du cinéma sur Netflix, parce qu'il y a un monde d'écart avec ce qui se fait sur le grand écran. Vivement le Snyder ou Mckay pour qu'on puisse voir des filmss réalisé par des véritables professionnels.

Suricate
16/01/2021 à 23:21

Je suis bon spectateur ! Mais là y a rien ?!

Suricate
16/01/2021 à 23:18

Je bon spectateur ! Mais là y a rien ?¿?!

Twoofaces
16/01/2021 à 22:04

Déçu, j'ai eu du mal à terminé les 15 dernières minutes.
Histoire ridicule, décor planté...

Taratata
16/01/2021 à 21:45

Alors cette acteur ne vaut vraiment rien Il a déjà rendu altered carbon null mais là c'est encore pire
Franchement quand Mackie est au casting on sais déjà que c'est de la daube

Pat Rick
16/01/2021 à 19:55

Une série B pas déplaisante à regarder, les scènes d'action assurent le spectacle mais l'histoire n'est pas vraiment passionnante à suivre.

Plus
votre commentaire