The Endless : critique Silent flip

Geoffrey Crété | 24 avril 2019 - MAJ : 16/06/2019 11:26
Geoffrey Crété | 24 avril 2019 - MAJ : 16/06/2019 11:26

C'est l'une de ces petites merveilles sorties de nulle part : The Endless. Réalisé, écrit, produit, interprété et monté par Justin Benson et Aaron Moorhead, c'est un tout petit film porté avec passion par les deux hommes, et qui a gagné une solide réputation au fil des festivals. Il arrive enfin en France, en DVD, Blu-ray et VOD ce 24 avril. Et il mérite l'attention.

LA SECTE SANS NOM

Tout commence par une vidéo. Des années après avoir réchappé à une étrange secte, Justin et Aaron reçoivent des images de ce camp Arcadia où ils ont vécu plusieurs années, dans une bulle. Les deux frères en gardent des souvenirs très différents. Pour Justin, c'est un groupe d'illuminés dangereux et morbide. Pour Aaron, plus jeune, c'était une communauté paisible semblable à une famille. Parce qu'ils sont incapables de retrouver une vie normale depuis, l'aîné se laisse convaincre d'y retourner, une dernière fois, pour que son petit frère puisse tourner la page.

Ce sera le début d'une spirale noire, où les deux frères vont être aspirés dans l'énigme de la secte, au-delà du réel. En dire davantage serait un sacrilège tant The Endless repose sur le mystère, l'inattendu, et l'exploration d'un territoire inconnu où semblent pouvoir surgir tous les monstres et les genres possibles. 

  

 

DEUX HOMMES ET LA TOUTE FIN

The Endless est un pur produit miraculeux du cinéma indépendant américain, assemblé par Aaron Moorhead et Justin Benson. Co-réalisateurs, co-producteurs, ils se partagent l'affiche dans les rôles des deux frères. Benson est également scénariste, Moorhead assure la photographie, et les deux ont collaboré au montage. Autant dire que leur passion et leur cinéphilie déborde de tous les côtés, et occupe tous les coins de l'image.

L'ambition est telle que The Endless prend place au sein du même univers que leur premier film, Resolution, dont les acteurs apparaissent pour créer un écho. Une intention qui illustre bien l'appétit fascinant du duo, qui cherche ici à hybrider le film d'horreur, de monstre et de pure science-fiction, tout en installant les bases d'un univers d'une richesse affolante. Et c'est admirablement pensé et tenu.

C'est d'autant plus remarquable que le film a coûté une somme ridicule, et mérite absolument l'étiquette de production indé. A l'écran, c'est pourtant une réussite éclatante à tous les niveaux, de la photographie léchée aux effets maîtrisés et savamment dosés. 

 

photo, Aaron Moorhead, Justin Benson Justin Benson et Aaron Moorhead 

 

CHAOS REIGNS 

The Endless rappelle des pépites comme PrimerBellflower et Cube, petits classiques en puissance qui impressionnent d'emblée. Une simple scène avec une corde dans la nuit, un arbre qui s'écroule au loin, une photo tombée du ciel ou un plongeon dans un lac trop tranquille pour être honnête, et Justin Benson et Aaron Moorhead assemblent un monde effrayant qui menace constamment d'être avalé par l'horreur pure.

Si la limite des moyens bloque parfois les perspectives que le scénario touche du bout des doigts, la maîtrise du hors champ, la précision des cadrages, la gestion adroite des effets spéciaux et la direction artistique faussement banale sont autant de pierres discrètement posées par le duo pour construire peu à peu un mur de l'angoisse.

 

photo, Aaron Moorhead, Justin Benson Under the scary lake

 

Le film est riche de références qu'il est préférable de taire pour ne pas en abîmer la force, au-delà d'un Lovecraft cité d'emblée, mais jamais les réalisateurs ne sont écrasés par ces inspirations. The Endless n'est pas un mashup ou un simple film de petits malins cinéphiles : c'est une œuvre qui ne ressemble à aucune autre, qui crée le trouble, la surprise, et affiche une fraîcheur morbide du plus bel effet.

Petits moyens, mais grandes ambitions pour Justin Benson et Aaron Moorhead, déjà partis sur leur prochain film, Synchronic, avec notamment Jamie Dornan et Anthony Mackie. L'ultime preuve, si besoin, qu'il faudra compter sur eux pour défendre une belle place dans le cinéma de genre ces prochaines années.

 

photo

Résumé

Un film sorti de nulle part pour hanter vos nuits, et qui hybride le thriller, l'horreur et la pure science-fiction pour ouvrir les portes d'un univers fascinant et lovecraftien. Assurément deux cinéastes à suivre de très près pour tout amateur de film de genre.

Autre avis Christophe Foltzer
Intelligent, malin, sensible, énigmatique et envoûtant, The Endless est juste handicapé par son budget ridicule. Mélange de genres, de concepts, d'idées canon, c'est une petite pépite sortie de nulle part à ne pas rater.

commentaires

Wolvie 08
26/04/2019 à 15:34

Je sais pas trop quoi en penser. Citer Lovecraft en exergue permet de savoir qu'on va avoir à faire à quelque chose d'autre, de dérangeant, mais en même temps le résultat s'en éloigne car pas de grands anciens - quoique...L'ambiance retranscrit plutôt bien ce que l'on peut ressentir en lisant HPL
Mais mon ressenti est plus positif que négatif. C'est joliment filmé, malsain, intriguant même si parfois longuet - mais à ces moments-là une scène vient justifier cette longueur .

Pour un petit budget et un premier film, c'est super bien fichu

Tonto
26/04/2019 à 11:57

Vous n'auriez pas l'intention d'en faire une critique avec spoilers pour tenter d'expliquer un peu tout ça ? Je sors tout juste de ce film et je me pose encore un tas de questions... Ce serait sympa de pouvoir en discuter ouvertement.
En tous cas, j'espère que Moorehead et Benson feront d'autres films dans cet univers, ils ont l'air très partants pour continuer à développer les bases posées dans Resolution et The Endless, et ce serait super intéressant !

Sekt mortelle OVNI
25/04/2019 à 14:37

Il est bien mais j'ai pas compris pourquoi certains des membres de la secte ne sont pas bloqués du tout ! pourquoi les membres de la secte leur reproche d'avoir dénoncer la secte !

Prof West
25/04/2019 à 13:52

Contrairement a écranlarge j'ai pas été épaté par ce film , vu l'autre soir justement , ça tourne plus sur un fantastique sf que de l'horreur ne chercher pas il n'y en a pas .
Après c'est pas dégeulasse mais c'est bancale , mal expliqué un peut complex , faut suivre quoi et encore pas vraiment de réponse a la fin .

2,5/5* moyen sans plus

prometheus
25/04/2019 à 12:20

Bof... Un bon début qui intrigue, une mise en place pertinente des personnages puis ça vire au fantastique. Alors certes l'ensemble est habilement filmé mais niveau scénario, c'est plus confus. A voir oui, mais sans s'attendre à un chef d'oeuvre non plus. On verra ce qui l'en sera pour leur prochain film.

Stivostine
25/04/2019 à 11:55

pas accroché, me suis même endormi, n'est pas Shane Carruth qui veut....

MystereK
24/04/2019 à 21:48

Un des meilleurs que j'ai vu ces dernières années..

MUSHY non, c'est mathématique, si le film est bien noté un peu partout et que si voue le notez é moins, c'est peut-être vous le sous-notez, mais vous ne pouvez pas dire qu'il est surnoté parce que vous ne pouvez pas servir d'unité de mesure. C'est la majorité qui l'emporte dans ce genre de comparaison, pas la minorité. Le film est pas à 3/4 chiant du tout, il a obtenu un grand succès auprès du public et des critiques dans grand nombre de festival, c'est pas parc que le rythme ne vous convient pas qu'il est chiant.

Bubble Ghost
24/04/2019 à 19:28

Je n'ai pas vu The Endless. Mais par contre, même si c'est pas mal imparfait, j'ai plutôt apprécié Spring. Un film unique à petit budget, bourré de bonnes idée et de fraicheur. Du coup, je pense que je vais me jeter sur The Endless, sans trop y réfléchir :D

MadMcLane
24/04/2019 à 19:06

Vu en festival, une bonne surprise parfois un peu lente mais une belle démonstration du "quand on a pas les moyens on a des idées. Pas besoin de de dizaines de millions pour faire un bon film.

jorga
24/04/2019 à 16:12

Intéressant mais un peu chiant, il y a des moments marquants, la scène de la tente, de la corde ou du pendu mais ça traîne un peu en longueur......sûrement pour ambiancé la tension mais on est loin de la maîtrise du timing comme sur Suspiria.

Plus

votre commentaire