Green Book : Sur les routes du Sud - critique KFC

Lino Cassinat | 7 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Lino Cassinat | 7 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Comme toute compétition, les Oscars créent parfois l'intérêt en donnant leur chance à des concurrents que personne n'avait vraiment vu venir. En 2018 on voyait par exemple Mudbound et L'Affaire Roman J. s'incruster au dernier moment dans certaines catégories clés. En 2019, d'après le tout-Internet, la surprise devait venir de Green Book : Sur les routes du sud, deuxième film de Peter Farrelly sans son frère (avec qui il a signé Mary à tout prix notamment), et qui effectivement gagna l'Oscar le plus prestigieux. Pourtant, à part un prix pour Viggo Mortensen et un Gérard à KFC pour le pire placement de produit, on voit mal ce que ce biopic quelconque pouvait mériter de plus.

SUR LA ROUTE DES LASSITUDES

En 1962, Tony Lip (Viggo Mortensen) est le bourru-bourrin vaguement raciste et videur d'un club, mis au chômage technique quelques temps. Pour combler le vide pécunier, il accepte de servir de chauffeur-garde du corps à Don Shirley (Mahershala Ali), pianiste noir sophistiqué-raffiné qui prévoit courageusement de faire une tournée dans les états du Sud encore très marqués par la ségrégation. L'occasion parfaite pour deux personnalités antagonistes (jusque dans leurs corps, entre le massif blanc et le fluet noir) de nouer une amitié inattendue grâce aux vertus de la tolérance, de Noël, et du poulet frit.

 

photo, Mahershala Ali, Viggo MortensenViggo Mortensen et Mahershala Ali

 

Si l'on est un tantinet ironique, c'est que Green Book : Sur les routes du sud ne fait vraiment pas grand chose pour sortir son biopic des poncifs un poil lénifiants qui l'appellent à cor et à cri. Heureusement, grâce à un savoir-faire depuis longtemps acquis par Peter Farrelly en presque 25 ans de carrière, et une prestation ogresque vivifiante de Viggo Mortensen, le film fonctionne et se suit sans douleur, mais ne suscite pas non plus l'intérêt au delà d'une séquence inaugurale réussie.

Malgré le charme du chauffeur, les routes du sud sont trop bien balisées, le véhicule trop respectueux du code de la route, et l'itinéraire trop pépère.

 

photo, Mahershala Ali, Viggo MortensenOn est pas bien là ?

 

WINNER WINNER CHICKEN DINNER

Mais en réalité, tant mieux, puisque la seule sortie de route remarquable de Green Book : Sur les routes du sud donne lieu à une séquence assez extra-terrestre au KFC du coin, dans laquelle la dégustation des fameux pilons de poulets sera littéralement le point de départ du rapprochement entre nos deux personnages que tout oppose.

Citée, visualisée, clairement identifiée et même source de blagounettes, la marque est tellement encombrante dans cette séquence qu'on s'attend presque à voir le colonel Sanders lui-même réconcilier les peuples, fendre l'Alabama pour permettre la traversée sans encombre de nos deux pélerins et graver 10 nouveaux commandements. On propose d'appeler ça les Buckets de la Loi.

 

photoHa ha ha aaaaah.... le poulet frit.

 

Un placement de produit particulièrement corrosif pour les yeux, qui pourtant n'en est pas moins signifiant et contient en son sein le principal problème de Green Book : Sur les routes du sud. Cette scène sert de déclencheur à une dynamique vue et revue qui structurera tout le film dans son ensemble, à savoir un personnage aisé éduquant et formant un personnage populaire, tandis que ce dernier décoince et protège le premier.

Le rapport de domination raciale est en somme inversé grâce à un rapport de classe. Cette "solution" peu judicieuse et insatisfaisante laisse franchement perplexe, quelle que soit la couleur de peau du pauvre et du riche. Bref, Peter Farrelly ne propose rien de plus qu'une formule usée jusqu'à la corde et qui sentait déjà le formol à l'époque de Miss Daisy et son chauffeur. Tout ici a déjà été fait ailleurs, en mieux.

 

Affiche

Résumé

A la limite de la caricature, Green Book : Sur les routes du sud est tellement téléphoné qu'il doit probablement coûter 0,30 centimes d'euros la minute. Heureusement que c'est Viggo Mortensen à l'appareil, mais si vous n'êtes pas fan, mettez le mode avion.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.9)

Votre note ?

commentaires
Alex74
08/02/2021 à 22:30

Un résumé de critique de haute volée. Les cahiers attendent votre candidature avec impatience.

Ced44
08/02/2021 à 19:54

Euh Écran Large c possible de savoir pourquoi mon com a été effacé, voire censuré ? Si c juste paske g dit que la critique de votre (pseudo)journaliste était complètement ratée et mal orientée bah c naze...je suis déçu

Monsieur Vide
08/02/2021 à 18:49

Le film , plutôt que de donner la leçon, se permet d'être agréable à suivre voyez ? En ça, je dis que c'est un bon film. Téléphoné ou pas, il est réussi . Plus réussi que certains autres films soit disant moins téléphonés justement et qui donnent des leçons, du pathos et qui se la jouent bien pensant, et qui au final sont pénibles

Film a Oscar politique
07/02/2021 à 19:19

ba du moment que çà aligne les poncifs gnangan :ou les vilains esclavagistes (Blancs) et ouh pauvres Noirs etc, c'est Bingo
Mais sans jamais parler de la Traite Mahometane et Juive, ou celle Intra Africaines..hein, c'est fou ce qu'on apprend pas ces trucs dans les Mass Media ou dans à l'Education nationale lol!

Oliviou
07/02/2021 à 19:08

Le rapport blanc/noir & pauvre/riche est encore plus problématique, à mon avis. Viggo Mortensen apprend à Mahershala Ali comment être Noir ! Un "vrai" noir doit répondre aux clichés (manger du poulet frit avec les doigts, faire du jazz, se mêler aux "gens simples", etc). C'est une vision particulièrement tordue du "white savior".

Flash
07/02/2021 à 18:47

Perso, j'ai aimé ce film, je trouve la critique assez sévère, et puis de temps en temps un film bienveillant, ça ne fait pas de mal.

Hank Hulé
07/02/2021 à 18:30

Ben moi, j'aime bien.
Ca sent la critique vegan...

Nico
07/02/2021 à 18:20

Tout à fait d'accord avec cette critique, mais malgré tout ... J'ai passé un bon moment en le regardant. Lénifiant correspond bien à ce film: il est apaisant , ce qui par moment n'est pas une mauvaise chose!

Jokjc
02/03/2020 à 07:19

Dites moi... Vous n'aviez pas mangé depuis des mois avant de voir ce film..
Parce que à part vous, personne n'a fait cette remarque KFC.
Vous êtes totalement passé à travers de ce film.
C'est l'une des bonnes surprises de ces dernières années avec les 3 panneaux.
C'est fluide, intelligent, les sujets sont bien amenés, les acteurs terribles.

Alors svp, arrêtez ces critiques incicives sans aucuns fondements ou restez avec BB3.

Rosha
01/03/2020 à 19:54

Vu et franchement il y a pas de quoi casser des pattes à un poulet !!!!!

Plus
votre commentaire