Sans un bruit : critique bouchée bée

Geoffrey Crété | 2 juin 2018 - MAJ : 02/06/2018 20:35
Geoffrey Crété | 2 juin 2018 - MAJ : 02/06/2018 20:35

Comme Get Out l'année dernière, Sans un bruit est le phénomène du cinéma de genre, concocté avec l'équivalent hollywoodien de trois bouts de ficelle (un budget de 17 millions), pour atteindre les cimes du box-office (plus de 314 millions récoltés). Troisième film de l'acteur John Krasinski, avec Emily Blunt et lui-même, cette histoire de mystérieux monstres ultra-sensibles aux sons arrive enfin en France, précédée de très bon échos.

Photo
376

UN BRUIT DANS LA NUIT

La rumeur voulait que Sans un bruit ait failli devenir un opus de la franchise Cloverfield, à la manière d'un 10 Cloverfield Lane ou The Cloverfield Paradox, inscrits dans un même univers apocalyptique. Une idée qui n'a rien de saugrenu vu l'histoire du film de John Krasinski, qui se déroule dans un futur proche où l'humanité a été décimée par de mystérieuses et féroces créatures ultra-sensibles aux sons. Avec en toile de fond cette Amérique post-apocalyptique, Sans un bruit suit la famille Abbott qui survit tant bien que mal dans une maison isolée, laquelle deviendra vite le décor d'un cauchemar tonitruant.

Production Platinum Dunes (American NightmareOuija), la société co-fondée par Michael BaySans un bruit a pris d'assaut le box-office pour devenir l'un des gros succès de l'année, poussé par un public enthousiaste et une presse sous le charme. La recette d'une déception parfaite donc, pour quiconque a passé ces derniers mois à attendre l'arrivée du phénomène en France. Au final, si le film risque de ne pas être à la hauteur de tous les espoirs, il en a suffisamment dans le ventre pour offrir un bon petit film de genre.

  

Photo John Krasinski, Noah Jupe John Krasinski, acteur et réalisateur

 

HEAR FACTOR

Avec un concept aussi excitant que celui de monstres qui se repèrent grâce aux sons, Sans un bruit a un carburant parfait pour l'action. L'idée a beau avoir été exploitée par quantité de films, de The Descent à Don't Breathe - La Maison des ténèbres en passant par [Rec], en faire ici le grand principe du cauchemar donne au métrage une force évidente. Dès l'introduction, le film annonce la couleur. Ce sera un rouge sang qui s'évanouit dans les airs avec la vélocité des bestioles.

Une fois que l'histoire s'emballe, après une exposition classique, Sans un bruit propose une odyssée particulièrement tendue, où les nerfs de la famille seront mis à rude épreuve. Cave, salle de bain, voiture ou encore champ de maïs, intérieur ou extérieur, au sec ou dans l'eau : le scénario prend un malin et pervers plaisir à multiplier les rencontres, les sursauts et les épreuves - voire à maltraiter cette mère enceinte jusqu'aux dents, entre un escalier et une baignoire. 

De ce côté, John Krasinski et ses co-scénaristes ne reculent devant presque rien pour orchestrer un cauchemar diablement efficace, qui prend la forme d'un couloir quasi-ininterrompu d'angoisse. C'est d'autant plus agréable que le film adopte une approche très franche du genre et ne rechigne pas à tester son décor, ses personnages et ses limites. En 90 minutes, il y a donc largement de quoi plonger dans un cauchemar amusant et crispant.

 

Photo Noah Jupe, Millicent SimmondsMaïs vs gravité, option monstre en approche

 

LA LOI DU SILENCE

Qu'est-ce qui empêche donc Sans un bruit d'être totalement satisfaisant ? La finesse et la précision. Comme tout film à concept que le spectateur prendra plaisir à tester, le métrage a des failles plus ou moins évidentes. Le silence étant le sujet principal d'à peu près chaque scène, le volume sonore de certains éléments quasi ignorés par les créatures surprend, et rappelle constamment la grosse ficelle dramatique.

Si le mutisme général est une excellente contrainte qui force les personnages à se dessiner de manière plus simple et pure, le scénario ne peut s'empêcher d'insister sur des motifs pourtants évidents, profitant de la moindre séance de parlotte par tartiner la thématique de la famille et de l'amour. Le moment où une clé majeure se révèle à l'un des personnages lors du climax, témoigne de ce manque de finesse et précision, qui laisse apparaître une mécanique un peu trop huilée. 

 

Photo Emily BluntUne scène très réussie et inattendue

 

Un sentiment qui se retrouve à tous les degrés : une ellipse un brin grotesque dans une douche, le traitement de l'espace et des distances parfois incohérent, en passant par une conduite d'eau sortie de nulle part. De même, certains éléments particulièrement forts, comme la surdité de Regan, sont finalement peu exploités. Côté monstres, si le design entre Venom et Cloverfield est amusant (et particulièrement ces ouïes diaboliques), difficile d'être véritablement hanté par l'allure de ces grosses bêtes, que la caméra n'hésite pas à exposer. Que le film abuse un peu trop du sauvetage in extremis des personnages confrontés aux créatures, n'aide pas.

La recette fonctionne malgré tout car le film est très bien emballé et le rythme l'emporte sans mal, mais persiste l'impression d'un manque de finesse, et d'une utilisation une simpliste des ficelles du genre.

 

Photo Millicent Simmonds, Emily Blunt Emily Blunt et Millicent Simmonds 

  

BEAUCOUP DE BRUIT POUR PRESQUE RIEN ?

Rien qui n'abîme véritablement l'expérience Sans un bruit pour celui qui sera venu consommer des frissons et quelques sueurs froides. L'enthousiasme devrait être clair et instantanté, grâce à un bon rythme, une ambiance réussie et une poignée de scènes particulièrement efficaces. Avec en plus les interprétations excellentes d'Emily Blunt et John Krasinski (capables de faire couler une larme en quelques instants, des deux côtés de l'écran) et des non moins talentueux Millicent Simmonds et Noah Jupe, le film a de solides arguments pour séduire. 

Pour celui qui s'attendait à un œuvre à la portée plus importante, que ce soit thématiquement ou stylistiquement, l'effet de Sans un bruit sera plus limité. Passé le plaisir primaire du spectacle, qui s'achève sur une fin aussi couillue que sujet à discussion, il n'y a pas la sensation d'avoir vécu une expérience fondatrice ou follement importante ; mais celle, toujours plaisante et trop rare pour être boudée, d'avoir eu sous les yeux un bon petit film d'horreur bien troussé. 

 

Affiche française

Résumé

Sans chambouler les codes ou véritablement surprendre, Sans un bruit se place comme un sympathique petit cauchemar, suffisamment tendu, nerveux et spectaculaire, pour en excuser les faiblesses.

commentaires

Chris
23/02/2019 à 21:48

Impossible de rentrer dans l'histoire tellement blindéed'incohérences, on n'y croit pas une seule seconde. Une fin paresseuse au possible. Un authentique nanar.

pacman
26/12/2018 à 04:01

C'est con... s'ils peuvent crier à la chute, pourquoi ils ont pas donné naissance et élever le poupon là-bas au lieu de s'attirer dix millions d'ennuis lol?

Ecclesiaste
14/10/2018 à 17:11

Moi je dis que c'est facile de critiquer quand on n'est pas soit-même réalisateur ou scénariste. Ce film est un petit bijou d'angoisse ne laissant pas le temps aux rêves et à la mièvrerie. Cela change des blockbusters dégueulasses avec leurs trop pleins d'effets spéciaux, leurs personnages et dialogues insipides. Enfin un bon petit film qui ne dure pas une éternité. A voir à tout prix.

Beutch
21/07/2018 à 01:36

Ca aurait été genre trente fois plus simple de fabriquer une maison près de la cascade, ils auraient eu nourriture et immunité... Et aurait pu faire autant d'enfants qu'ils auraient souhaité.
Mais en soit, l'ambiance du film reste prenante sur toute la durée et la fin convient donc c'est un film ok.

Bob
18/07/2018 à 23:24

La fin c'est un peu comme dans Mars ATTACK ;-)

STEVE
17/07/2018 à 23:42

Les parents sont débiles:
Ils vivent dans un Monde où il ne faut pas faire de bruit et ils font un gosse! Alors que ça crie, ça pleure constamment.

S'ils avaient envie de baiser yavait d'autres solutions pour éviter cela!

Ça lorgne un peu du côté de Signes et La Guerre Des Mondes

Simon Riaux - Rédaction
17/07/2018 à 10:37

@aucun

Bonjour !
Il est toujours difficile de se prononcer pour les autres, mais si tu as déjà vu et apprécié des films d'horreur, Sans un Bruit ne diffère pas de la majorité de ceux-ci, et tu devrais pouvoir frissonner "tranquillement".

Le film n'est ni gore, ni perturbant, ni cruel, mais contient des scènes de suspense assez intenses.

CraquéSurLeNet
17/07/2018 à 00:01

On marche à 4 dans chemin de terre bourrés de cravillons. Mais, on parle avec la langue des signes car il ne faut pas faire de bruit. Des bestioles croisées entre des plantes carnivores et des monstres de séries Z. On y croit pas, c'est assez nul, presque tout le film sous-titré, normal, il faut bien traduire car ils parlent avec les mains....

aucun
16/07/2018 à 12:43

jai 11 ans et demie et pour ce quil on vue je voudrais savoir si apriorie le film serait adabter pour moi car jadore les film d'horreur mais je ne sait pas si dedans il ya des scenes choquante merci de me repondre

NeoGeo
14/07/2018 à 15:16

Film gavé de petites incohérences mais vraiment prenant ^_^

Plus

votre commentaire