Coco : critique de la Muerta

Simon Riaux | 29 octobre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 29 octobre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Coco, ce soir à 21h05 sur M6 !

Depuis Vice Versa et son succès critique, nombreux sont ceux qui se demandent si Pixar va retrouver la gloire de ses débuts phénoménaux où le studio, depuis tombé dans l’escarcelle de l’ogre Disney, parvenait avec une grâce rare à manier sophistication des concepts, limpidité des enjeux et maîtrise technologique. Coco confirme-t-il le retour en grâce de la firme à la lampe ?

 

LA MORT LUI VA SI BIEN

On oppose souvent en cinéma le sens, la puissance émotionnelle et l’accomplissement technique. Le film de Lee Unkrich et Adrian Molina nous rappelle justement qu'ils ne se confrontent pas mais se complètent, la finesse de l’un révélant la puissance de l'autre. En effet, ce n’est ni dans la construction du récit, ni dans ses thématiques qu’il faudra chercher les réussites du métrage.

Si les mésaventures de Miguel, aspirant musicien à la passion contrariée par une légende familiale et embarqué au Royaume des Morts pour y débusquer un artefact, se déroulent sans grande inventivité narrative, elles nous filent souvent une belle larmiche aux coins des yeux, et n’oublient jamais de nous décrocher la mâchoire.

 

Photo

Miguel

 

Et si on est si régulièrement touchés par le récit, c’est justement grâce à la finesse des graphismes, la profondeur de champ délirante de certaines images, et le soin maniaque apporté à la composition symbolique et mythologique d’un univers aux couleurs tout bonnement sublimes. Forts d’une direction artistique souvent grandiose, Lee Unkrich et Adrian Molina peuvent donner libre court à la précision de leur art de conteurs, au gré d’un découpage simple, mais qui parvient toujours à capter le cheminement émotionnel des protagonistes et nous le donner à ressentir.

 

Photo

Un univers visuellement riche et magnifique

 

COMME A LA MAISON

Aucun doute, les plus jeunes apprécieront ce qui constitue le haut du pavé de la production d’animation américaine contemporaine. Toutefois, les spectateurs avides de surprise, d’originalité, ou tout simplement à cheval sur la construction narrative des œuvres qu’ils visionnent, risquent de laisser échapper ici et là un soupir d’ennui poli.

 

Photo

La famille, une des thématiques centrales du film

 

Car pour somptueux qu’il soit, Coco donne souvent le sentiment de choisir la solution de facilité dès qu’un choix s’offre à lui (jusque dans le design de ses squelettes, toujours pensés pour ne jamais effrayer le minot en bas âge), voire dans l’écriture de ses personnages. On a beau apprécier son sympathique clébard, difficile de ne pas y voir une resucée d’un archétype résolument Pixarien.

De même, les enchaînements de situations sont souvent trop propres, car téléphonés. Un problème qui s’efface progressivement une fois Miguel chez les zomblards, mais qui entâche le film dans sa première partie, et donne le sentiment qu’il s’agit plus d’une relecture de l’excellent La Légende de Manolo (un film du studio Fox sorti en 2014, notamment produit par Guillermo del Toro), que d’une création férocement originale, mue par un désir créatif indiscutable, à l’image des plus grandes réussites de l’entreprise.

 

Affiche française

 

Résumé

Trop mécanique et désincarné pour s'imposer instantanément comme un classique, Coco n'en demeure pas moins une fable particulièrement émouvante, grâce à une direction artistique somptueuse.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.7)

Votre note ?

commentaires
fifi
12/01/2021 à 09:28

La légende de Manolo est d'inspiration espagnole avec les torreros. Coco est une recherche exceptionnelle et purement mexicaine qui est d'une justesse peu égalable.

Eddie
30/10/2020 à 08:58

Coloré, entrainant, triste et joyeux... un grand Pixar et un classique au rayon film d’animation! A consommer sans modération

Numberz
29/10/2020 à 21:47

Préférence pour Manolo pour ma part.
Coco est beau, mais le A à Z est franchement classique. Déçu.

Kyle Reese
29/10/2020 à 21:07

Un feu d'artifice pour les yeux surtout aux royaume des morts, une très jolie histoire avec beaucoup d'émotion, des persos attachant, la musique comme passion et thème principal et une animation au top. Un grand Pixar.

TDD
02/11/2019 à 23:17

J'avais énormément apprécié le film au cinéma. Cette scène où l'on voit toute l'émotion animer le visage de Coco reste un joyau pour moi...

Après c'est évident qu'il y a eu une "inspiration" appuyée du côté de Manolo, et c'est malheureusement une maladie chez Disney/Pixar (salut le Roi Léo, Nadia et le secret de l'eau bleue etc)

Par contre je me souviens que quelques mois après la sortie de Coco; j'avais été très mal à l'aise en regardant la cérémonie des oscars. L'une des chansons du film y avait été reprise, mais avec des costumes pour les danseurs (non latinos) sur scène absolument ridicules. Et je me demande toujours pourquoi, alors que d'habitude il y a toujours des bien-pensants pour crier contre "l'appropriation culturelle" et le "white washing" c'était cette fois passé comme une lettre à la poste.

Satan LaBite
02/11/2019 à 10:58

Celui qui ne pleure pas à la dernière scène n'est pas un être humain.

Sylvain PASSEMAR
19/04/2018 à 11:08

Entre onirisme et fantastique, avec des couleurs à faire pâlir Caro et Jeunet. Tout simplement magnifique.

Olive
01/04/2018 à 23:19

Exceptionnel
Bcp d’emotions, un grand Pixar!

Coco_Rico
09/12/2017 à 12:51

@Pseudo, outre le jour des morts et les ancêtres sous forme de squelette, il n'y a rien en commun entre les deux. En fait, les deux films s'inspirent de la culture mexicaine mais partent dans deux directions opposées. Dans Coco, Miguel reste un enfant, toujours vivant et se retrouve de l'autre côté car "maudit", il recherche l'un de ses ancêtres pour retourner parmi les vivants sans contrepartie. Alors que Monolo doit affronter des épreuves pour retrouver Maria dont il est amoureux alors qu'il s'est fait empoisonné par son meilleur ami. Dans ce film on retrouve des divinités et autres créatures complètement différentes de Alebrijes puisqu'on retrouve d'autres légendes mexicaines.

Tibouli
03/12/2017 à 20:33

Cette inspiration à peine voilée de La légende de Manolo est scandaleuse. Déjà que vaiana ressemblait à Mune,gardien de la lune... L'inspiration de Pixar sent la panne sèche...

Plus
votre commentaire