Gotham saison 1 épisode 12 : critique et résumé

Noëmieb | 21 janvier 2015
Noëmieb | 21 janvier 2015

Ce 12ème épisode sonne le retour de l’action dans la ville de Gotham. Un nouveau méchant diabolique et électrique s’est échappé d'Arklam Asylum. Une mauvaise nouvelle pour les citoyens mais du travail pour notre chevalier blanc, Jim Gordon.

Au programme : castagnes, règlement de comptes et retour en fanfare. Sans oublier, une touche de romance, visiblement si chère aux yeux des producteurs.

Bienvenu à Electrocutioner

L’épisode précédent avait d’ores et déjà planté le décor après une longue absence. Le détective Jim Gordon, récemment rétrogradé comme gardien à Arklam Asylum, basculait vers le côté obscur. Un changement de comportement en adéquation parfaite avec son nouveau lieu de travail. L’asile de Gotham s'annonçait le centre de l’intrigue de cette deuxième moitié de saison. Mais les producteurs en ont décidé autrement.

Fini les cellules, adieu les camisoles et bienvenue au nouveau fou furieux hebdomadaire. Heureusement, le méchant en question tient en haleine le spectateur. Vêtu d’une combinaison noire en latex et d’une paire de lunettes rondes, ce scientifique fou, appelé Jack Buchinsky, est parvenu à remonter jusqu’au poste de la GCPD, et surtout jusqu’à Maroni. C’était sans compter sur notre noble Gordon, toujours là au bon moment.

Electrocutioner – baptisé ainsi par les journalistes – nous marque par son ingéniosité. Pour la première fois, nous nous retrouvons avec un bad guy qui aurait pu nous tenir en haleine plus d'un épisode unique. Malheureusement, le show ne semble pas miser sur le formidable charisme du personnage ni sur son aspect comic-book enfin maîtrisé et abouti. Espérons que les prochains ennemis de Gordon seront de la même trempe...

Falcone de retour, Fish à l’eau

Les péripéties de Jim Gordon, et de son acolyte Harvey Bullock ne sont par chance pas les seules au programme de la série. En effet, la guerre Falcone et Maronie fait rage depuis le début. Mais derrière les grands hommes, se cache toujours une femme. En l’occurrence, la tigresse Fish Mooney cherche à faire tomber son supérieur. Son arme secrète, une belle jeune femme aux lèvres généreuses et aux yeux glaçants, a gagné le cœur de Falcone.

 

 

Au milieu de toutes ses combines, le Pingouin jubile et tire constamment la couverture vers lui. Au point de réveiller Don Falcone, attendri face aux grands yeux bleus de Liza et prêt à tomber pour elle. Fish fini par chuter. Impossible de savoir ce que l’avenir lui réserve. Une chose est sûre ; le Pingouin ne sera jamais loin pour jouir de sa défaite.

Et c'est une sacrée bonne nouvelle, tant le personnage interprété par Jada Pinkett Smith n'a jamais été capable de provoquer autre chose que l'indifférence polie des spectateurs. Au mieux. Caricaturale, déjà vu mille fois, son personnage n'a rien de transcendant à nous offrir et n'était là que pour ralentir artificiellement l'intrigue. Enfin nous en sommes débarrassé.

L’homme Mystère aux aguets

La série Gotham patine mais certains personnages se distinguent clairement et maintiennent notre attention. Plus la peine de présenter le Pingouin, divinement interprété par Robin Lord Taylor. Ce manchot machiavélique qu’on adore détester, est prêt à éclore devant nos yeux. Tantôt victime, tantôt véritable démon, le Pingouin ne jure que par le pouvoir, comptant bien prendre la tête de Gotham.

 

 

Il n’est néanmoins pas le seul à se distinguer, Edward Nygma, bientôt – on l’espère – renommé L’Homme-Mystère ne cesse d’interloquer le spectateur. Lourd, blagueur mais sinistre, cet étrange énergumène apporte une touche d’humour du côté des justiciers.

Les rebondissements tant attendus se jouent enfin devant nos yeux. Fish Mooney tombe, Gordon revient et les méchants iconiques prennent du pouvoir. Un cocktail épicé qui permettra sûrement de donner un nouvel élan à la série, bien trop vide de sens pour le moment. 

Tout savoir sur Gotham

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire