H sur Netflix : pourquoi il vous faut votre dose de la série culte

La Rédaction | 3 juillet 2020 - MAJ : 03/07/2020 16:08
La Rédaction | 3 juillet 2020 - MAJ : 03/07/2020 16:08

H débarque sur Netflix. La série, qui peut évoquer de loin une sorte de Scrubs à la française, est une pépite absurde de la fin des années 90. 

L’hôpital Raymond Poincaré de Trappes habite une collection de doux dingues tous plus spectaculaires les uns que les autres. De fautes professionnelles en erreur, d’incompétence crasse en poivroterie ordinaire, tout déraille, explose et se dévisse, dans un grand feu d’artifice. Sans équivalent de style ou de ton, H a régné sur la comédie française pendant 4 saisons, mais comment la série a-t-elle pu devenir presque instantanément culte ? 

 

photo, Ramzy Bedia, Jamel DebbouzeLa comédie française, enfin relâchée ?

 

SENS DU TIMING 

On est en 1998 et Canal+, qui avait alors des ambitions dévorantes, souhaite damner le pion à M6 et sa trilogie du samedi. La chaîne le sait, le format sériel peut être une véritable poule aux œufs d’or, un trésor de rediffusion, exploitation vidéo (le marché était alors très puissant), produits dérivés et aimant à annonceurs. De plus, les séries s’imposent de plus en plus comme des surfaces idéales pour qu’une chaîne travaille son image. Canal n’a pas l’intention de concurrencer l’ex “petite chaîne qui monte” sur son terrain du fantastique et, préférant investir massivement dans la comédie. 

Bien sûr, le diffuseur va miser sur quelques poids lourds américains, mais elle va faire le pari de donner naissance à des sitcoms françaises. Le défi est de taille, la seule expérience à peu près comparable se trouvant du côté d’AB, dont le moins qu’on puisse dire est que ces productions sont très éloignées de l’image maline et branchée que revendique Canal+. Qu’à cela ne tienne, la chaîne investit dans deux programmes d’origine française, Blague à part, qui se rêve en Seinfeld franchouillard, et H, qui va déverser sur le public 71 épisodes de délire frénétique. 

 

photoAvant la grande gueule de bois des années 2000

 

La France n’est pas encore redescendue de la Coupe du Monde 1998, l’euphorie suinte à grosses gouttes, hip-hop et cultures urbaines prennent d’assaut l’espace public et renouvellent considérablement les références culturelles des plus jeunes. C’est dans ce contexte que débarque le programme, un soir d’octobre. Et alors que des centaines de milliers d’ados se préparent à oublier un été extatique, la joie accumulée va être soudainement transmutée par le programme le moins anticipé de sa génération. En l'état, la chose tient quasiment du délire expérimental, tant chaque épisode est l'occasion d'un partage en cacahouètes imprévisible et parfaitement grotesque. Mais contre toute attente, la sauce prend.

En quelques semaines, la création de Canal va devenir un phénomène qui, sans les réseaux sociaux pour servir d'exhausteur, va occuper les ados dans leurs cours de récréation, et leurs aînés à la machine à café, les spectateurs deviennent accros et guettent les rediffusions fébrilement.

 

photo, Ramzy Bedia, Jamel Debbouze"Alors ça s'appelle l'hydroxychloroquine et ça marche super bien !"

 

APPELLATION D’ORIGINE INCONTRÔLABLE 

Sur le papier, H reprend tous les codes des sitcoms anglo-saxonnes, avec ses rires enregistrés, son surjeu permanent, son faible nombre de décors, la durée de ses épisodes... Pourtant, dès son ouverture, la série s’impose comme purement frenchy, mais surtout comme un OVNI auquel il est bien difficile de comparer quoi que ce soit. 

Utilisant de l’artificialité de son univers pour le transformer en une sorte de turbine absurde, l’oeuvre feint de pasticher les récits hospitaliers, mais c’est pour mieux verser rapidement dans le non-sens. Ici, la logique est bannie jusque dans les dialogues, parfois franchement tarés, qu’on devine grignotés par l’improvisation des comédiens, notamment de Jamel Debbouze qui est alors au sommet de son art de la mixologie langagière. 

 

photoUn duo iconique

 

Mais il est bien loin d’être le seul à briller, tant la première qualité de l’ensemble demeure l’invraisemblable alchimie de son casting. On l’aura d’ailleurs souvent présenté comme la prise de pouvoir d’une nouvelle génération d’humoriste sur l’hexagone, et s’il est exact qu’Eric et Ramzy ainsi que Jamel vont à cet instant exploser et rencontrer le grand public, la réussite de cette mauvaise troupe est plus spectaculaire encore. 

En effet, Catherine Benguigui, Sophie Mounicot ou encore Jean-Luc Bideau étaient loin d’être des débutants, et vont conférer à la dinguerie générale une dimension étonnamment chaleureuse. Et il en faudra pour faire passer la pilule de sous-intrigues surréalistes, qui iront jusqu’à provoquer l’accouchement d’un chien par une infirmière, victime d’une erreur de fécondation in vitro. 

En résulte une comédie incroyablement libre et créative, qui témoigne de son époque non pas parce qu’elle aurait vieilli, mais parce qu’elle cristallise la créativité et la candeur d’un pays qui, à l’aube des années 2000, croyait encore en lui-même. 

 

photoUn bel esprit de sérieux

commentaires

Nesse
06/07/2020 à 12:48

Je ne comprends toujours pas le succès de cette sitcom.

Philip
05/07/2020 à 05:13

Jean-Luc Bideau n'en a pas du tout un bon souvenir :

https://www.streetpress.com/sujet/113882-jean-luc-bideau-h-ma-femme-n-aime-pas-du-tout

Idir
03/07/2020 à 23:57

Si la série la plus drôle de toutes les séries françaises j adore si toujours un grand bonheur de regardé cette série magnifique

Cacouac
03/07/2020 à 20:41

Je méprise l'humour basé sur la débilité des personnages, c'est tellement facile, fatiguant et écrit avec les pieds...
Tiens, justement, H en est le parfait représentant.

Numberz
03/07/2020 à 20:37

Jamais aimé Jamel Debouzze.
Petit coup de cœur pour le duo pour la tour Montparnasse et Seuls two. Et quand ils sont bien encadrés, genre dans Steak, ils se révèlent très bon. Et platane est excellent je trouve.

Cklda
03/07/2020 à 20:36

Roooh punaise votre conclusion donne envie de pleurer...J’aimerais que ce soit faux, et ne pas être un vieux con...

BlackTag
03/07/2020 à 18:25

J’ai jamais adhéré à cette série .
Un humour facile,une interprétation en dent de scie et une écriture médiocre.
L’impression que ça m’avait laissé à l’époque,c’est que Canal essayait en vain de reproduire le succès de certaines sitcoms U.S.

RobinDesBois
03/07/2020 à 17:58

Une suite ça serait ridicule ils ne sont plus dans ce genre d'esprit. De toute façon ils forçaient un peu trop vers la fin.

Mais pour rigoler avec Eric Judor (et quelques apparitions de Ramzy Bedia) il y a la géniale série Platane de Judor qui est bien meilleure que H.

Mwaiman
03/07/2020 à 16:43

Jamel a laissé indigène et son perso dans asterix & obelix.
Eric & ramzy ont fait quelques bons films de comédie loufoque comme double zéro, halal police d'état, leur pb c'est qu'ils tombent trop dans le neuneu complet quand y'a personne pour les recadrer, iron man avait dit un truc intelligent là dessus dans tonnerre sous les tropiques à ben stiller.

Pour l'alchimie dans l'équipe on repassera, Bideau et Mounicot ont déjà fait des sorties sur la série et il parait que le trio c'est comporté comme des cailleras, il est probable que Benguigui a pas trop aimé son xp de plateau non plus, même si elle semble le cacher dans ses interviews, et quand on regarde son cv on peut se dire qu'elle doit vouloir éviter les polémiques pour retrouver du taff. Et canal a aussi fait des sorties sur les potes et les familles du trio qui gèrent leurs affaires. Donc c'est mort pour une suite, on a l'art de se tirer dans les pieds dans ce pays ... :-/

Gregdevil
03/07/2020 à 16:34

Du génie cette série.
On sent que pour la saison 4 les idées ont manqué, la fin de cycle était venu.

Plus

votre commentaire