Game of Thrones, Veep, HBO, Netflix ou Amazon, qui sont les vrais grands gagnants des Emmy Awards 2016 ?

Sophie Sthul | 20 septembre 2016
Sophie Sthul | 20 septembre 2016

Il y a quelques heures se tenait au Chinese Theater de Los Angeles la cérémonie annuelle des Emmy Awards. En voici les grands gagnants.

Comme souvent dès lors qu’il est question de récompenses institutionnalisées, ce n’est pas seulement la réussite objective des séries concernées qui est primée, mais aussi le succès et la reconnaissance d’une forme de consensus général, doublée d’un chouia de politique.

 

Game of Thrones sacré

Avec 12 statuettes remportées, Game of Thrones explose son propre record et se taille une place à part dans l’histoire des séries américaines. Le phénomène culturel assoit encore son emprise sur le paysage audiovisuel international, sans faire de prisonniers.

Une domination qui aura même permis au show d’emporter des statuettes curieuses, son épisode Battle of the Batards se voit ainsi honoré du prix du meilleur scénario, ce qui peut prêter à sourire, le script étant peut-être l’élément le moins notable de cet épisode invraisemblablement spectaculaire.

 

 

épisode 10

 

 

Viva Veep

Sacrée meilleure série comique, la production HBO, malheureusement peu suivie sous nos latitudes, confirme qu’elle est devenue une pièce maîtresse de la comédie US (voir notre dossier). Et pour cause, son éclatante actrice principale, Julia Louis-Dreyfus empoche pour la cinquième année consécutive le prix de la meilleure actrice comique.

Un tour de force mérité en forme de tornade humoristique pour celle qui aura su allier satire politique et rire burlesque avec une grâce épatante. il s'agit également en creux d'un véritable pied de nez dirigé vers Netflix, les deux productions partageant énormément de thèmes communs et ayant suivi des intrigues quasi-parallèles ces deux dernières années en dépit de leurs tons résolument différents.

 

Julia Louis-Dreyfus

 

Baroud d’honneur pour HBO ?

Sur le papier c’est un carton plein pour la chaîne, qui se permet même d’emporter un Emmy pour l’impertinent et très politique Last Week Tonight de John Oliver. Un petit évènement puisque la catégorie Best Variety Series était trustée depuis 1997 par Jon Stewart, Stephen Colbert et David Letterman.

Une réussite impeccable donc, que la chaîne aura bien du mal à réitérer en 2017. Tout simplement parce que Game of Thrones sera diffusée trop tard pour concourir, que Veep n’est pas assurée de reproduire son exploit et que le très attendu Westworld pourra difficilement faire une moisson de statuette dès sa première année de diffusion.

 

épisode 10

 

 

Rien d’inquiétant en soit, mais un constat : l’an prochain, HBO risque fort de laisser son leadership à la concurrence, qui lui a déjà taillé de très sévères croupières. En effet, le géant câblé avait récolté 43 statuettes en 2015, et « seulement »  22 en 2016. 2017 s'annonçant comme une année de carence, nul doute que les concurrents mettront les bouchées doubles pour prendre les places auxquelles la chaîne ne pourra prétendre.

 

Amazon est dans la place

Le service de streaming de la multinationale spécialiste de la concurrence supra-agressive sur le marché de la vente de biens culturels s’est imposé cette année comme un sérieux concurrent. Après avoir attiré l’attention des festivals du monde entier en mettant des billes dans de très nombreuses productions estampillées cinéma d’auteur, la firme remporte pas moins de six statuettes. De quoi confirmer son statut de nouvel entrant de poids, tout en obtenant une forme de consécration arty pour sa série Transparent.

 

Saison 2

 

Cette reconnaissance, quand Netflix semble encore largement snobé par l’industrie, a des airs de prise de position, voire de bataille rangée. Rien de très étonnant quand on voit combien le modèle imposé Netflix a fait bouger les lignes, et combien ses politiques de production, d’acquisition et d’enrichissement de catalogue ont inquiété le milieu.

 

Netflix en embuscade

Malgré un line-up impressionnant, des succès critiques et publics notables et une force de frappe hallucinante, Netflix est littéralement snobbé par les Emmy Awards. Et si on se félicite du prix du meilleur acteur dans un second rôle attribué au menaçant Ben Mendelsohn pour Bloodline cette récompense a des airs de médaille en chocolat, voire de doigt d’honneur un tantinet goguenard.

 

Underwood

 

En témoigne le traitement de House of Cards, inévitablement nomminé mais superbement ignoré par le palmarès. Mais qu’importe, le géant américain s’étant érigé une place sans chercher à conquérir les ors du système ni l’adoubement de ses pairs, cette logique ne devrait pas changer et ce manque de récompenses l’affecter.

Sans compter que pour continuer d’attirer le public, les Emmy Awards devront fatalement prendre en compte les productions Netflix. 2017 sera-t-elle l’année du sacre pour le trublion du streaming ?

 

Underwood

commentaires

Jiju
21/09/2016 à 00:24

De mon côté je ne comprends absolument pas l'absence de Halt & Catch Fire (notamment Lee Pace et Mackenzie Davis), ou les seconds rôles féminins de Mr. Robot.

bennnn
20/09/2016 à 20:25

Je trouve The Americans bien meilleure que GOT sans avoir besoin des millions par episode de GOT qui font souvent oublier les carences récurrentes du show en terme d'écriture.

maxleresistant
20/09/2016 à 17:58

Netflix a été sacrément snobbé, que ce soit la Saison 1 de Narcos, Master of None, la saison 4 de House Of Cards et Orange is the New black, mais aussi Bojack Horseman, la saison 2 de Better Call Sall on a eu de sacrés séries cete saison 2015/2016

Une autre série injustement ignorée est la saison 2 de Fargo, qui était juste incroyable.

votre commentaire