Avatar : La légende de Korra - la digne héritière du Dernier maître de l'air (après le film désastreux)

Elliot Amor | 22 janvier 2022
Elliot Amor | 22 janvier 2022

Après vous avoir proposé un gros dossier sur Avatar, le dernier maître de l'air, il fallait bien qu'on enchaîne avec un article sur Avatar : La légende de Korra, une suite qui mérite notre amour, ou du moins notre attention. 

En juillet 2010, la catastrophe artistique et technique « réalisée » par M. Night Shyamalan ternit légèrement l'image d'Avatar aux yeux du grand public. Nickelodeon dut alors redresser la barre en imaginant une suite qui frappe fort dès sa première saison. Ainsi vit le jour La Légende de Korra, une série dont l'intrigue se déroule soixante-dix ans après l'aventure du Gaang (qui y fait quelques rares apparitions). L'idée n'était évidemment pas de faire une simple suite bas de gamme juste pour capitaliser sur la franchise et caresser les fans dans le sens du poil. Les créateurs Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko nous ont offert un bijou d'animation des années 2010.

Et mieux vaut vous prévenir, on va souvent utiliser les termes anglais "bender" ou "bending", ainsi que les abréviations ATLA (pour Avatar: The Last Airbender) et TLOK (pour The Legend of Korra). On est comme ça, pas le choix, il faut s'y faire.

 

Avatar : La légende de Korra : Bébé KorraKorra vous souhaite la bienvenue

 

Bleus les yeux Korra a

L'avantage d'une suite, c'est qu'il n'y a plus besoin d'établir l'univers dans lequel les personnages évoluent, le public connaît déjà ses règles. C'est notamment ce qui permet aux scénaristes de démarrer très fort en montrant une petite fille bien agitée capable de maîtriser plus d'un élément. Malgré un visage tout mimi, le public est aussi impressionné que les personnages par un tel phénomène et se fait clouer le bec par la toute première réplique de Korra : « C'est moi l'Avatar, pas le choix, faudra vous y faire » (gardons cette phrase dans un coin de notre tête).

Quand on y pense, le talent inné de Korra est une aubaine pour l'intrigue, qui n'aura pas à s'attarder sur les différentes maîtrises de l'eau, de la terre et du feu que Aang a déjà dû apprendre. Nickelodeon annonce, en moins de deux minutes, que sa nouvelle série va aller beaucoup plus loin que la précédente. De plus, on comprend très vite que La Légende de Korra ne tombe pas dans le piège du fan service. Les personnages de la série originale sont morts, peu présents à l'époque de Korra ou n'apparaissent que dans de rares flashbacks. La série parvient tout de même à sacraliser le Gaang et le récit de son aventure (sauf quand c'est mamie Toph qui en parle).

 

Avatar : La légende de Korra : photoKatara, la super-grand mère

 

Outre la sensation de découverte d'une ville steampunk en plein essor nommée Republic City, des metalbenders, un monde en paix, et plus encore, TLOK envoie du lourd dès sa première saison avec son principal antagoniste. Dans ATLA, on apprend que la maîtrise du sang peut être effectuée par les waterbenders uniquement les soirs de pleine lune. Dans La Légende de Korra, on découvre que certaines personnes ultra-motivées sont capables de maîtriser le sang à tout moment et sans grand effort. Et le scénario a une façon très intelligente de nous le faire accepter en montrant Sokka qui, dans un flashback, explique que rien n'est vraiment impossible pour certains êtres hors du commun. La suspension consentie de l'incrédulité se remet en marche.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Avatar
06/03/2022 à 07:40

Votre commentaire

zetagundam
23/01/2022 à 13:00

@Elliot Amor
Dans ce cas je suis donc totalement passé à côtés des indices annonçant cette fin qui dans ce cas serait plus cohérente mais que je trouve toujours, avant mon re-visionnage futur, mal amenée

Elliot Amor - Rédaction
22/01/2022 à 18:58

@zetagundam

En revoyant la série, on se rend compte qu'il y a quelques petites allusions dès la saison 3.

Les scénaristes étaient d'ailleurs déjà en train de terminer l'écriture de la saison 4 alors que la production de la 2 n'était pas encore achevée.

zetagundam
22/01/2022 à 16:46

La série est meilleure que "Avatar:le dernier maître de l'air" car elle contient moins d'épisodes filler.

Par contre c'est quoi cette scène finale foireuse sorti dont ne sait où (rien dans la série n'amenait à cette scène) qui n'est dû qu'à une raison totalement extérieure et étrangère à la série.

Kinké
22/01/2022 à 15:21

J'ai revu ATLA de Shyamalan récemment et ce film ne mérite vraiment pas sa mauvaise réputation...

Guéguette
22/01/2022 à 15:01

Le vrai défaut de la série est que la progression de Korra, que ce soit mentalement ou physiquement, est trop arrangeante avec les besoins du scénario.
On joue sur son côté fortiche au départ, pour la mettre au tapis en 2 2 dès qu'on en a besoin.
Et sur son comportement elle est capable de répéter les mêmes erreurs après avoir pourtant avoir eu des épiphanie à chaque fin de saison, histoire de bien se refoutre dans la merde toute seule...
Autrement les arcs étaient bien pensés pour varier les thématiques (1 les égalitaristes, 2 la fusion avec le monde des esprits, 3 le terrorisme nihiliste, 4 le glissement dictatorial...), , c'est dommage.

Hasgarn
22/01/2022 à 14:34

Merci d'avoir réhabilité TLOK.
Cette série mérite mieux que les critiques acerbes à son encontre. Son défaut ? Celui de ne pas ressembler à ATLA. C'est tout de même bien con, comme défaut, quand on reproche souvent à une suite d'être trop proche de son prédécesseur.

votre commentaire