The Witcher : pourquoi la série Netflix trahit les livres et ce n'est pas grave

Prescilia Correnti | 12 janvier 2020
Prescilia Correnti | 12 janvier 2020

Alors que la série The Witcher bat tous les records d’audiences sur Netflix, nous avons décidé de revenir sur les différences entre le matériau d’origine et l’œuvre finale de Lauren Schmidt.

Chanson devenue la plus écoutée du moment, série la plus vue sur Netflix, record d’audience de personnes connectées simultanément sur le jeu vidéo, The Witcher est sans doute LA série du moment à regarder (ou qui fait le plus parler d’elle). C’est bien simple, il est impossible d’ouvrir son fil d’actualité Facebook ou Instagram sans tomber sur un même de Geralt et Jaskier chantant sur Valley of Planty et de la transformation de Yennefer de bossue à femme fatale.

Pourtant, bien avant de devenir ce phénomène hors de contrôle, The Witcher c’était une série littéraire polonaise sortie en 1993 et écrite par Andrzej Sapkowski. Si ce dernier s’est récemment confié sur le fait qu’il validait la version livrée par Lauren Schmidt, nous avons décidé de nous replonger dans les livres et de vérifier si oui, ou non, la série trahit réellement son matériau d’origine.

ATTENTION SPOILERS ÉVIDEMMENT SUR LES LIVRES ET LA SÉRIE !

 

photo, Henry Cavill, The WitcherAblette, désignée meilleur personnage secondaire de la série

 

LA BATAILLE DE SODDEN

Épisode le plus impressionnant de la série, La Bataille de Sodden est sans aucun doute le moment où Netflix a décidé de claquer le plus de thunes possible dans la production. Bizarre lorsque l'on sait que ladite bataille ne prend clairement pas autant d'importance dans les livres de l'auteur polonais, bien au contraire.

En fait, c'est toute la dimension des mages et magiciennes, de leurs conventions, de leurs jeux d'alliance et de pouvoir auprès des rois qui prend énormément d'ampleur et de place dans la série de Lauren Schmidt. Dès l’épisode 2 avec la transformation de Yennefer (Anya Chalotra) dans son école de Magie, les sorciers et sorcières sont immédiatement mis en avant et la grande manitou du lot, Tissaia de Vries (MyAnna Buring), nous apparaît d’entrée de jeu alors que d’ordinaire le lecteur ne prend connaissance de son existence que bien plus tard.

Dans les livres, la bataille du mont de Sodden, bien qu’évènement majeur pour la montée en puissance de Nilfgaard dans l’intrigue politique n’est jamais explicitée. Alors, vous vous posez peut-être cette question : qu’est-ce qui se passe concrètement dans les livres ? Est-ce que le récit est totalement imaginé par Lauren Schmidt ? La réponse est oui. Est-ce qu’on en voit carrément plus que ce que l’auteur, Andrzej Sapkowski, nous livre comme description dans ses romans ? Totalement.

 

photo, Anna ShafferJe suis utile en faisant une barrière de ronce"

 

En réalité, nous apprenons l’existence de la bataille de Sodden qu’à la fin du tome 2, dans la nouvelle Quelque chose en plus, lorsque Geralt entend parler de cette tuerie de la bouche de Yurga et décide de se rendre lui-même sur le mémorial érigé au sommet de ce mont pour constater si sa sorcière bien-aimée a elle aussi péri au cours de cette attaque. Car, si nous voyons très clairement bon nombre de mages, magiciens et magiciennes tués au cours de l’ultime épisode 8 de The Witcher, on sait surtout que dans les livres, Triss, est supposée être morte.

Cette dernière, d’ailleurs surnommée la « 14e du mont » est la preuve vivante de ce qu’il s’est passé durant cette bataille. Dans les livres nous savons que très (très) peu de choses, si ce n’est ce que Triss daigne raconter lorsqu’elle se retrouve à Kaer Morhen au début du tome 3. Ainsi on apprend que l’affrontement a été rude, que Triss a donné tout ce qu’elle avait, qu’elle se rappelle avoir vu ses frères et soeurs périr sous les lances et le feu des soldats Nilfgardiens et que Yennefer s’est retrouvée aveugle à la suite de cette bataille avant de disparaître sans laisser de trace.

Pas vraiment ce qui se déroule durant l’épisode 8 puisque Triss (Anna Shaffer) est simplement utilisée pour faire une barrière de ronces et faire pousser des champignons toxiques. De son côté, Yennefer (Anya Chalotra) laisse « exploser le chaos » qui sommeille en elle, avant de s’évanouir dans la nature. Nous ne savons donc pas si Triss a effectivement péri à ses blessures à l’instar de son personnage papier ou non et si Yennefer est devenue aveugle ou pas (mais on en doute fortement). Affaire à suivre lors de la prochaine saison.

 

photo, Henry Cavill, The Witcher"Peut-être qu'à l'horizon se profile une nouvelle actrice pour Triss"

 

GERALT ET YENNEFER

L’un des piliers de la saga d’Andrzej Sapkowskic’est la relation tortueuse et jamais heureuse entre Geralt et Yennefer. Entre amour, haine, destruction et jalousie, la puissante mage et Le Loup Blanc se sont quittés autant de fois qu’ils se sont remis ensemble. Pourtant dans les livres leur relation se fait plus sinueuse et compliquée. Elle empreinte bon nombre de chemins biscornus et ne va pas aussi vite que dans la série. Les deux âmes sœurs mettent bien plus de temps à s’avouer leur sentiment et à trouver un « équilibre ».

La série de Lauren Schmidt, en revanche, prend un peu le taureau par les cornes en les mettant très rapidement ensemble et en faisant émerger une alchimie particulière plus que vite que ne le laisse suggérer la saga littéraire. Prenons un exemple en commençant par le début de leur histoire, lors de leur première rencontre. Nous sommes au premier tome (qui est un récit de nouvelles sur les aventures de Geralt) et nous nous situons dans la nouvelle qui s’intitule le Dernier Voeu, en évocation de l’ultime souhait émis par Geralt envers le Djinn.

 

photo, Joey BateyAttention on a fait péter le rouge sur cette tenue

 

Dans les livres, Geralt, après que Jaskier soit tombé par accident sur le vase contenant le Djinn à l’intérieur, se dépêche d’aller trouver de l’aide dans le village le plus proche. Après un arrêt au poste relais rempli de soldats, le soigneur du groupe les redirige vers la magicienne du village qui sera plus à même de guérir les maux du troubadour.

Geralt se rue donc à l’aurore pour trouver cette fameuse guérisseuse et la tire du lit pour l’aider à soigner son ami. Ainsi, le lecteur découvre pour la première fois la puissante Yennefer au regard mauve et froid qui n’arrivera plus jamais à quitter l’esprit du Sorceleur. Dès lors, dans les livres, les évènements se passent de cette façon : Yennefer bougonne de s’être fait lever du lit, lui demande de patienter le temps de prendre un bain puis la magicienne accompagne ensuite Geralt pour soigner Jaskier.

 

photo, Anya ChalotraDes yeux très (très) mauves

 

La suite vous la connaissez puisqu’elle ne ressemble pas trop mal à la version Netflix. En revanche, au cours des aventures suivantes, comme la chasse au dragon doré, Geralt et Yennefer ne couchent pas ensemble, ce n’est pas Trois-choucas qui tombe de la falaise, mais la magicienne qui manque de mourir et qui est sauvée par Geralt.

Enfin, on apprend dans les deux premiers tomes que les deux tourtereaux vont tour à tour loger chez l’un, puis chez l’autre, ont vécu ensemble dans une ville nommée Tretrogor et qui est d’ailleurs un running-gag dans la suite des aventures. Bref, tout ça pour vous dire que concrètement Geralt et Yennefer ne s’avouent leur amour que dans le tome 4, Le sang des Elfes, lors d’un bal de mages qui va entraîner beaucoup de retournement de situations dans la suite de l’histoire.

 

photo, Henry Cavill"Je vais me rattraper dans la saison 2"

 

LA RENCONTRE ENTRE GERALT ET CIRI

Élément phare de la série, la rencontre entre Geralt (Henry Cavill) et Ciri (Freya Allanaura été au centre de toutes les attentions et au bord de toutes les lèvres durant le show. Si dans la série Geralt et Ciri ne se rencontrent qu’une seule fois avec les retrouvailles finales de l’épisode 8, dans les livres, les deux individus liés par le destin ont l’occasion de se rencontrer plusieurs fois. En réalité, leur toute première rencontre ne se fait pas à Cintra, avec la Reine Calanthe, mais dans la forêt de Brokilone, avec les dryades, dans le tome 2, dans la nouvelle intitulée L’épée de la providence.

Dans cette histoire, Geralt est missionné par un roi afin de négocier avec les dryades de la forêt de Brokilone. Alors qu’il a à peine franchi la lisière de leur domaine, le Loup Blanc remarque le cadavre d’un jeune homme d’à peine 15 ans, transpercé par une flèche (signe que nul ne doit approcher de leur domaine sous peine de mort). À peine a-t-il le temps de s’enfoncer un peu plus dans la forêt qu’une dryade l’approche pour l’empêcher d’aller plus loin.

 

photo, Freya Allan"Quoi ? Tu veux dire que je cours pour rien depuis le début ?"

 

Le fait est qu’au cours de sa route au travers de la sombre forêt de Brokilone, le Sorceleur croise le chemin d’un cavalier presque mort qui lui explique que la Princesse de Cintra se trouve ici, perdue et seule. Très rapidement, le Loup Blanc retrouve Ciri, alors en proie à une créature vraiment (très) moche. S’en suit toute une épopée dans la forêt de Brokilone où Geralt et Ciri s’envoient des piques et ne semblent pas trop s’apprécier.

À la fin de la nouvelle, Geralt apprend par la bouche de la jeune enfant qu’il est sa destinée et que Ciri est l’enfant issu du droit de surprise qu’il avait demandé à un jeune couple de Cintra bien des années auparavant. Pour autant, il se refuse à la prendre sous son aile et la re-dépose à Cintra auprès de sa grand-mère Calanthe, puis s’enfuit.

 

photo, Henry Cavill, The WitcherQuand tu t'aperçois que t'as encore loupé Ciri

 

Leur deuxième rencontre se situe toujours dans le tome 2 et survient quelque temps après Brokilone. Motivé par l’impulsion de Yennefer qui l’incite à retrouver Ciri car "de sombres heures arrivent", Geralt retourne à Cintra et confronte Calanthe pour connaître l’état de santé de la jeune princesse. À quelque chose près, la scène se retrouve être la même que celle de Lauren Schmidt où Calanthe (Jodhi May) essaie de tromper Geralt (Henry Cavill) en lui montrant une « fausse Ciri ».

Pourtant ce n’est toujours pas à ce moment que la jeune princesse rejoint le Sorceleur. Ce n’est qu’après avoir été mis au courant de la bataille de Sodden et de la chute de Cintra relatée par Jaskier que Geralt se précipite à la cité pour tenter de retrouver Ciri. Malheureusement comme le décrit d’une façon inédite The WitcherCiri avait fui les lieux, mais dans les livres, personne ne sait comment, sauf elle. Au final, Le Loup Blanc et l’enfant de sang ancien se retrouvent au sein d’une petite maison champêtre tenue par des paysans et ainsi se termine ce deuxième tome.

 

photo, The Witcher Saison 1, Freya AllanJe me casse de Brokilone, tous des débiles

 

LES PERSONNAGES SECONDAIRES

Comment ne pas aborder les différences entre série et livres sans mentionner les personnages secondaires qui ont toute leur importance dans le récit. Sac à souris, Triss, Jaskier, Foltest, Vesemir (que nous n’avons pas encore vu dans la série) ont quasiment tous été saccagés par le show de Netflix. Commençons par celle qui fait le plus débat : Triss.

La magicienne, présentée dans la série comme… ah ben non elle n'est pas vraiment présentée en fait donc c'est sûr que ça marche moyennement. Dans les livres, elle est mentionnée pour la première fois lors de la rencontre entre Yennefer et Geralt, lorsque ce dernier vient voir la magicienne pour sauver son barde maudit par le Djinn (vous suivez ?). Yennefer mentionne alors sa consœur magicienne comme "sa meilleure amie". Or, dans la série la forte relation d’amitié entre les deux n’a pas l’air de trop nous agresser la rétine tant les deux femmes ont l’air d’être indifférentes l’une à l’autre. Dommage lorsque l’on sait que les deux amies ne cessent de communiquer entre elles et qu’une histoire d’amour alambiquée a eu lieu entre Geralt et Triss.

Quant à sa description physique, Andrzej Sapkowski en fait une présentation assez précise lors de son arrivée à Kaer Morhen dans le tome 3 où elle est introduite de cette façon : "(…) d’un mouvement rapide de la tête [elle] libéra son abondante chevelure - de belles et longues boucles aux reflets dorés, dont la couleur rappelait celle de la jeune châtaigne." Une jeune et belle rousse qui se fait reconnaître grâce à sa crinière incroyable. On est donc très (très) loin de la version livrée par Netflix.

 

photo, Henry Cavill, Joey Batey"C'est pas grave Jaskier, tu m'as chanté une belle balade"

 

Foltest, quant à lui ressemble à une pâle version d’un Barathéon gras de Game of Thrones. Dans les livres, le Sorceleur rencontre le roi de la Téméria dans le premier tome, le Dernier Voeu. À l’intérieur de cette nouvelle, Geralt tombe par hasard sur l’une des affiches placardées par le roi mentionnant une forte récompense pour quiconque réussira à lever la malédiction de sa fille.

Lors de sa première rencontre avec Foltest, Andrzej Sapkowski en fait un portrait très clair : "Foltest était mince, il avait un joli, un trop joli visage. Il ne doit pas avoir encore la quarantaine, estima le Sorceleur. Assis sur un nain sculpté dans du bois noir, le roi avait les jambes tendues vers l’âtre auprès duquel se réchauffaient deux chiens." Encore une fois, on est encore loin de la réalité dans la série.

 

photo"Ça, c'est une description précise"

 

Enfin, Jaskier, malgré une belle prestation de Joey Batey (qui tient surtout dans sa voix), manque un peu d’extravagance et de bizarrerie si on le compare à son homologue papier. Lors de sa première apparition aux côtés du Sorceleur, voici comment le lecteur le découvre : "À côté de lui, un homme mince, à moitié couché, effleurait délicatement les cordes d’un luth. Un chapeau fantaisiste de couleur prune, que décoraient une boucle d’argent et une longue plume d’aigrette, lui tombait sur les yeux."

Ainsi notre farfelu troubadour manque, selon nous, d’un peu d’audace et de folie dans la série Netflix. Dans le reste des personnages secondaires relativement moins importants, mais qui ont tout de même leur place dans le récit, nous pourrions évoquer Sac-à-souris qui connaît une fin tragiquement nulle et qui occupe une place bien plus importante dans les livres puisqu’il sert de guide et de soutien au Sorceleur à Cintra.

 

photo, The WitcherOn est quand même en route pour la saison 2

 

En conclusion, cela nous prendrait trop de temps d'écrire en détail toutes les différences entre le livre et la série et nous dirons simplement que la showrunneuse accomplit un boulot propre dans l'ensemble, comme nous le soulignons d'ailleurs dans notre critique. Adapter fidèlement une oeuvre aussi importante est toujours un exercice difficile. Peter JacksonSteven Spielberg, Damon Lindelof ou encore David Benioff et D. B. Weiss sont bien passés par là et nous ont prouvé que réadaption ne rimait pas forcément avec trahison. Alors, pourquoi pas ne pas lui laisser sa chance ?

Retrouvez d'ailleurs notre critique de la saison 1 ici.

 

Affiche

commentaires

Bofff
17/01/2020 à 02:30

On ne s'évade pas, on s'y perd même avec cette série. Trop encrée dans l'ère du temps, politiquement correcte...

Arno Kikoo
15/01/2020 à 12:37

(Arno de Comicsblog)
@très comic et autres : très marrant de dire que "j'attaque" ou que 'j"insulte" (il n'y a littéralement aucune insulte) sur une phrase au détour de deux heures de podcast en aucun cas consacré à EL. Par contre oui, je balaie devant ma porte puisque je tacle le fait de prendre comme source les articles de WGTC, ce que EL fait (moi plus depuis longtemps) et je pense que leur rédaction est très au courant du manque de sérieux de ce site (sinon, les chiffres sont connus, j'ai fait une chronique sur le sujet). Une obsession non, par contre j'assume de vouloir lutter contre le sensationnalisme et le fake news à l'échelle de la pop cutlure, avec mes moyens :) Et je ne souhaite en rien qu'ils se cassent la gueule, par contre clairement qu'ils arrêtent de relayer ces rumeurs, oui.

Opale
13/01/2020 à 14:28

@Gral84, intéressant parce quand j'ai lu le premier tome j'ai trouvé ça... a chier! Ou alors mal traduit... Donc effectivement c'était plutôt la deuxième option même si on est là dans de la "série B" en littérature. Ce n'est pas du chef d'oeuvre littéraire, nous sommes loin, une fois de plus, de Martin, Hobb ou Morcook... C'est du niveau du Drizzt quoi, sympa, efficace mais pas plus. Tout ça pour dire que le terreau de base de cette série n'est pas non plus extraordinaire donc il ne fallait pas trop en attendre. Donc deux premiers épisodes confus, deux autres plutôt pas mal, les deux suivants dignes héritiers d'Hercule et Xena et je n'ai pas encore vu les deux derniers, donc pour le moment: moyen...

GuillaumeMT
13/01/2020 à 11:53

Je pense que la série est réussi mais manque de coté épique.

Au vue du budget, apparemment 10 millions par épisode ! je m'attendais à quelque chose de plus classe, et visuellement travaillé. La je ne sais pas ou sont passé les 10 millions mais pas dans la direction artistique ! Qui est à mon sens le point le plus important de l’héroïque fantaisie, Dark fantaisie etc......

Dommage mais pas catastrophique. Cela ce regarde sans problème !

Gral94
13/01/2020 à 11:06

la série est tellement kitsch (le me suis arrêté à l'épisode 3) que cela m'a donné envie de lire les livres. je sais que c'est un peu paradoxal mais je me suis dit que si les bouquins ont eu tellement de succès c'est que les livres doivent plutôt être bon même si la série est vraiment bof bof. Auparavant ce qui m'avait vraiment bloqué c'est qu'en tant que féru de littérature fantasy je préfère en général lire un bouquin dans sa langue originale, Ce qui est très souvent possible (pour moi) vu que les principaux auteurs de fantasy ou de sword and sorcery sont anglophones (Terry Goodkin, Raymond E. Feist, Robin Hobb, Robert Jordan...). Manque de bol ici le gars est Polonais et comme je connais la qualité (Ironie) des traductions françaises, j'avoue avoir été plutôt réticent à sauter le pas (textes coupés pour payer moins cher les traductions, traducteurs réinterprétant le texte par manque de connaissance de l’œuvre => #Lancedragon). Ceci m'a d'ailleurs été confirmé avec le premier tome de la saga (le Sorceleur) qui clairement est digne (en terme de qualité de rédaction) d'un niveau d'élève de CM2. j'ai tout de même persévéré vu que je m'étais pris l'intégral à 29.99€ sur Kindle... et effectivement à partir du moment où le traducteur a été changé, la rédaction s'est grandement améliorée.
bref alors que je suis au milieu du tome 4 en 1 semaine et demie de lecture, je me retrouve à ne plus vouloir finir la série tellement les livres sont prenant au regard de la série qui ressemble plus à des épisode de Xena/Hercule mais avec plus de moyens (mais moins bien quand même que Xena/Hercule).

witcher
13/01/2020 à 09:46

The witcher est nulle comme serie ! Le roman est meilleur, cavill ne correspond pas au roles et les scenes d'action sont mal filmé.


Ps:



L'actrice qui joue dans The gone girl, Emily ratajkowski, est une beauté, a un moment elle enleve sont soutien-gorge, whouah cetait chaud...

icarus
13/01/2020 à 08:07

C'est impossible de retranscrire un bouquin à l'identique à l'écran, quoi qu'on en dise. Faut toujours changer la trame de l'histoire, redapter certaines scene ou changer certaines chronologie d’éventement pour que ca puisse mieux coller au format film ou série.

J'ai beaucoup de mal à comprendre les gens qui viennent tjr se plaindre des différences entre films(séries et bouquins (bon c'est justifié si les diff sont horrible)

Thekiller
13/01/2020 à 04:05

La prochaine fois choissisez un titre moins long du genre : Pourquoi The witcher pue la m*rde ?

Très comic le blog
12/01/2020 à 21:05

Non seulement ça fait vraiment rageux qui expriment ça au détour d'une phrase comme si c'était leur petite obsession, mais en plus, quand tu vois ce que Comicsblog publie comme images et infos... C'est un peu comique. Ils devraient balayer devant leur porte et ne pas se croire au-dessus des autres. J'espère même pas qu'un concurrent à eux soit aussi bête et leur souhaite de se casser la gueule.

lol
12/01/2020 à 20:46

haha je viens d'écouter le podcast, mdr d'un côté arnaud à raison, mais son attitude constante d’anarchiste libertaire blasé, avec un brin agressif, même sur france inter, me pousse à ne pas lui donner 100% raison.
Puis niveau pro on repasse, déjà ses propos sont répréhensible devant un tribunal de commerce, car les journaleux sont des stés, et les insultes sont passibles de sanction, et puis le jour où il ira faire de la pige sur écran large on rigolera lol ...

Plus

votre commentaire