Vikings saison 5 : entre surprises et déceptions, que vaut la dernière saison du Game Of Thrones d’History Channel ?

Prescilia Correnti | 7 février 2019 - MAJ : 07/02/2019 17:02
Prescilia Correnti | 7 février 2019 - MAJ : 07/02/2019 17:02

commentaires

Renaud Farlotti
14/02/2019 à 00:23

Ce qui est frustrant avec Vikings, c'est que comme vous dites cette série est capable du meilleur comme du pire, et que dans les deux cas Hirst peut aller très très loin. Malgré tout, on continue de regarder parce que quelques-uns des personnages sont très attachant.
Cependant, cette saison 5 cristallise tous les points faibles fort de la série, et c'est bête. D'un côté, on a l'impressionnant antagonisme entre Ivar et l'évêque Headmund (qui était devenu l'un des personnages les plus intéressants de la série alors même qu'il était apparu en début de saison), ou encore les mouvements politiques de Judith qui montre une évolution impressionnante depuis ses débuts ingénus dans la série. Et puis de l'autre côté, on a des personnages qui rentrent et sortent de l'intrigue sans que la série ait l'air de savoir quoi en faire, des héros aux comportement souvent farfelus ou stupides, des armées qui se téléportent ou qui attendent sagement que l'ennemi reçoive des renforts, et des intrigues absurdes qui traînent en longueur.
Par ailleurs, sur le plan technique, j'en garde le goût douloureux d'une saison montée avec les pieds, et parfois un réel mépris de sa propre intrigue et du spectateur. Nombres de séquences porteuses de sens, ou au potentiel esthétique fort (le sauna, l'établissement des vikings en Est Anglie et le rapport de ceux-ci à la terre fertile) sont sous-exploitées et perdent en impact pour être éparpillée au cours d'un épisode afin d'en maintenir le rythme frénétique plutôt que de prendre le temps d'installer une ambiance forte. La séquence de Floki dans la montagne, par exemple, aurait pu être magnifique et rendre toute sa grandeur au personnage si elle n'avait pas été littéralement disséquée, intervenant à tord et à travers pour retarder le début d'un combat, puis délivrant des fragments par-ci par là jusqu'à son final. J'aurais préféré de loin que cette saison fasse le choix plus risqué de présenter des séquences en blocs cohérents, et plus nettement découpés, quitte a avoir des épisodes entiers sur certains personnages au détriment des autres (en plus comme ça on aurait eu un seul épisode sur le peu de choses que Floki avait à dire).
Si la saison 4 avait laissé croire que Hirst n'avait plus rien à dire de bien intéressant (hormis une conclusion parfaitement ouvragée de l'intrigue dans le Wessex et de la relation Ragnar-Eckbert), cette saison 5 nous montre qu'il a quand même bien du mal à gérer tous ses personnages, et que la mort d'un protagoniste important peut lui servir aussi bien à magnifier une bataille qu'à faire le tri dans ce trop-plein de monde.

votre commentaire