Siren : après trois épisodes, la série de monstre aquatique ne sort pas la tête de l'eau

Lino Cassinat | 11 avril 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Lino Cassinat | 11 avril 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Rédaptation (très) libre des mythes et légendes entourant la fameuse créature marine, Siren a beau chanter, elle peine à séduire. Notre critique de la série après trois épisodes.

ATTENTION QUELQUES SPOILERS !

 

 

LA BOURGADE AUX 100 INTRIGUES...

Bienvenue à Bristol Cove, dans l’état de Washington aux États-Unis, qui a l’air de souffrir de ce dont souffre beaucoup de petites villes tranquilles américaines, à savoir qu’elles ne sont pas tranquilles du tout. Bristol Cove cumule ainsi vieilles légendes chargées à propos de créatures marines et trop grande proximité avec un centre de recherche militaire.

Ces derniers retiennent dans leurs murs une sirène, ainsi que Chris, un jeune homme qu’elle a blessé. La sœur de cette sirène, Ryn, décide de sortir de l’eau et de la chercher sans rien savoir du monde des humains ni même parler leur langue. Dans cette quête, elle recevra l’aide de Ben et ses amis, eux-mêmes à la recherche de Chris.

 

PhotoEp 1 : Le dévoilement de surnaturel le moins dramatisé du monde

 

Ce résumé très succinct cache en réalité une galerie de personnage très étendue et un réseau complexe de sous-intrigues, beaucoup plus que ce qu’il n’aurait fallu pour le bien de la série Siren, qui aurait mieux fait de se concentrer sur l'empreinte de son univers. Passé le premier épisode, Siren se perd déjà dans un réseau de sous-intrigues peu passionnantes et mal ficelées, alternant béances scénaristiques inexpliquées, psychologies brouillonnes et articulations abracadabrantesques.

Portée par une galerie de personnages extrêmement lisses, une image éclairée comme une cuisine et une direction artistique fade comme un jour sans pain, la série de FreeForm manque cruellement d’identité et ne se donne jamais les moyens de tirer quelque chose d’intéressant de son matériau fantastique.

 

Photo Alex RoeUne série aussi grise que le pull de Ben

 

... ET QUI MANQUE DE T(H)ON

C’est dommage parce que Siren surprenait un peu dans un premier temps en abordant ses sirènes comme des prédatrices marines à la limite de la bestialité sanglante. En jouant à fond la carte de la dangerosité et de la puissance physique, la chaîne proposait une petite audace en évacuant complètement le côté romance et le jeu de séduction inhérent aux mythes entourant les sirènes, mais la fantaisie s’arrête là, remplacée par une histoire complètement lambda.

Des vilaines expériences militaires, des créatures sauvages et agressives mais mignonnes découvrant le drôle de monde des humains, et des drames familiaux, Ben étant le rebelle d'une famille de notables de la région ayant (de ce qu'on comprend) perpétré un massacre de sirènes il y a des siècles (oui c'est un parallèle avec les Indiens, appuyé par la copine indienne de Ben, et non c'est pas bien fait).

 

Photo Eline PowellEline 'weird face' Powell

 

Si ce n’est les quelques chants de sirènes complètement WTF et anti-spectaculaire, difficile de retenir quoi que ce soit en bien ou en mal de Siren, les trois premiers épisodes étant surtout marqués par une platitude gênante. On appréciera tout de même le casting d’Eline Powell, qui a, naturellement, un visage vraiment bizarre et remarquable, autant qu’on maudira celui de Rena Owen, complètement à côté de la plaque dans son personnage de vieille new age qui en sait plus que ce qu’elle n’en dit.

Toutefois, Siren parvient quand même à surprendre en de rares occasions par son incompétence en ce qui concerne les scènes comiques et la musique, les deux ayant une grosse tendance à débarquer de nulle part comme un cheveu sur la soupe.

Les trois premiers épisodes de Siren dévoilent un manque flagrant d’identité et d’imagination ce qui fatalement lui fait enchaîner les banalités comme des perles. Il reste encore sept épisodes, et il faut d’urgence tirer la sirène d’alarme, ou retourner lire L'Océan aux 100 Abîmes.

 

Affiche

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Qc
24/05/2020 à 02:19

Nouvelle découverte pour moi et je trouve ça très bien.

So
30/12/2018 à 01:07

J'ais adoré cette série et je veux la suite je suis impatiente... un nouveau regard sur les profondeurs de l'océan et les sirènes trés bien jouer surtt par ryn ... je veux la suite ????

Sorance
12/12/2018 à 21:15

La sirène... Vous ne connaissez que Disney ? Disney s'est inspiré de Andersen qui a pompé sur les contes oraux et les a édulcoré. Encore avant avec l'antiquité : la mythologie grecque. Oh bizarre, dans la mythologie grecque, les sirènes sont des créatures féminines qui attirent les pêcheurs avec leur chant avant de les tuer.
Donc, la série reprend les sirènes de la mythologie grecque comme si elles existaient vraiment. Contexte : la société d'aujourd'hui telle que nous la connaissons. Intrigue : rencontre entre nous et elles.

laylou
01/12/2018 à 04:39

comme tous les critiques l aspect artistique vous incombent trop pour moi ca reste une légende trop qui comme les autres sont trop souvent infantilisé...selon moi c est cute et de plus justement ca sort de l ordinaire contrairement a h2o qui etait une genre de copie des sirènes de mako . bon ben voila

ti coune
21/11/2018 à 16:59

Il N'y as pas d'in diens en Amérique mais des AMÉRINDIENS ......Zouf

Lilydyo90
20/11/2018 à 21:38

Je trouve cette série vraiment top !

Atréides
23/07/2018 à 12:57

@Liloo

Du coup vas-y écris la critique de la série et partage. Parce que oui, toujours plus aisé de dire que de faire ? Fais donc, et là on verra ce qu'on peut en dire.

Liloo
23/07/2018 à 12:16

Je suis estomaquée de lire ce genre de résumé.
Pour une fois oui on se retrouve pas devant l’image clichée de la petite sirène.
Je ne reconnais rien de ce que j’ai pu lire ci
-dessus dans la série. Je l’ai trouvée intéressante et je demande à en voir plus.
Que vous attendiez-vous à voir sérieusement?
Il est toujours plus aisé de dire que de faire. Alors allez y faites et on verra ensuite ce que je pourrais en dire.

Maishouaih
20/06/2018 à 07:26

RYN facine au début mais son jeu "façon terminator" lasse au fil du temps et ajoute dans son phrasé une sacré dose de platitude à l'ensemble qui n'en manque pas. J'ai tenu jusqu'à l'avant dernière épisode mais j'ai lâché sans pouvoir voir le final tellement ça virait au grand guignol.

Eowya
23/04/2018 à 01:12

La série qui a le moins d'imagination parmi toutes celles que j'ai pu voir.
En général, un pilote, c'est le moment idéal pour montrer qu'on a plein d'idées, qu'on peut tenir tout une série d'une voir plusieurs saisons... Ici, on dirait qu'ils n'ont plus d'idées "dès" le pilote !

Plus
votre commentaire