Rick et Morty Saison 4 Episode 2 : critique qui ne se fait pas chier

Mathieu Jaborska | 21 novembre 2019 - MAJ : 21/11/2019 12:43
25
photo, Rick et Morty Saison 4

"Le vieil homme et la merde" : avec un tel titre, on ne s'attendait pas à beaucoup de finesse dans cet épisode 2. On avait tort.

ATTENTION : SPOILERS

 

EFFETS SECONDAIRES

Difficile de passer après le premier épisode de cette très attendue 4e saison. Rick et Morty avait recommencé fort, en proposant un melting pot aussi effréné que jouissif de tous les thèmes de la série, et ce sans oublier de teaser du lourd et de l'inattendu pour la suite des opérations. Autant dire que les attentes autour de l'épisode 2 étaient très fortes. La question du renouvellement d'une histoire tellement rapide qu'elle s'épuise en permanence reste en effet d'actualité.

Et pendant les premières minutes, on a du mal à ne pas se sentir un peu déçu. Débutant avec le traditionnel repas de famille, l'intrigue introduit certes une idée aussi régressive que bien trouvée (Rick dispose d'une planète entière afin de faire la grosse commission), mais elle retombe dans un schéma assez classique : deux arcs, chacun mené par un personnage principal, se démarquent et devraient logiquement se rejoindre dans le climax de l'épisode.

 

photoUn nouveau membre de la famille

 

Les gags restent de bonne qualité, motivés par le décalage entre l'univers ultra technologique du grand-père encore plus intelligent qu'un membre de la rédaction d'Ecran Large et la réflexion bas-de-plafond sur la tranquillité nécessaire à l'évacuation de nos déchets organiques. Faire caca, en gros. Néanmoins, l'ensemble manque d'un on-ne-sait-quoi qui pourrait démarquer ces 20 minutes des 31 épisodes précédents.

De l'autre côté du scénario, une parodie de Tinder, un poil moins créative que les autres exercices du style autrefois opérés par les scénaristes. Bien qu'ayant le mérite de remettre la famille au grand complet au coeur de l'univers de Rick et Morty, cet arc narratif semble un peu en deçà, et on se surprend à ne pas rire toutes les 30 secondes. De plus, le nouveau personnage introduit n'est pas aussi haut en couleur que les autres, que ce soit dans son design ou dans son charisme.

 

photoLes toilettes ultimes

 

YOU'VE GOT A FRIEND IN ME

Mais finalement, ces légères concessions servent surtout de terreau au véritable moteur de cet épisode, un moteur, contre toute attente, émotionnel. Mieux, l'idée est d'humaniser le Rick froid, manipulateur et calculateur qu'on a l'habitude de suivre. Et la série s'en donne les moyens. Pas étonnant que les premiers visuels de la saison étaient tous tirés de cet épisode : il est artistiquement et techniquement magnifique, mention spéciale aux plans sur cette planète-WC. On sent là l'ironie piquante de Justin Roiland et Dan Harmon : faire d'une bête histoire de crotte la révélation de l'humanité chez le personnage le plus odieux de leur création.

C'est d'ailleurs en s'enfonçant aux premiers abords dans sa méchanceté primaire, que le "vieil homme" du titre révèle la véritable quête qui motive l'épisode : celle d'un ami. Et peut-être pour la première fois dans l'histoire de la série, cette quête ne sera jamais remplie. Pas de retournement de situation dingue, de changement de dimension, de clones parfaits ici : Rick, qui avait prouvé la semaine dernière pouvoir littéralement se ressusciter lui-même est à court d'options, puisqu'il a affaire à ses propres sentiments, jusqu'ici plutôt invisibles.

 

photoLes Infiltrés

 

Le contrat est respecté : malgré quelques faiblesses, cet épisode 2 réussit à faire naître des émotions qu'on ne pensait pas ressentir devant une oeuvre aussi drôle. Cette dernière séquence, où le piège aussi machiavélique que mignon de Rick se referme sur son propre créateur avec un excès théoriquement hilarant, s'avère avant tout un peu pathétique, et assez forte, puisque le personnage nous montre enfin ce qu'il ne sait pas faire. Et contrairement à ce qui était prévu, cet arc narratif ne rejoindra jamais les aventures amoureuses de Morty et sa famille dysfonctionnelle. Celles-ci jouent juste le rôle d'intermèdes comiques dans une histoire qui ne l'est pas toujours.

Jouer une telle carte dès le début de la saison, c'était osé, et le pari est plutôt réussi. Moins calculé pour plaire au fan que le premier épisode, il n'en demeure pas moins un sacré moment délaissant les délires jusqu'au-boutistes de la saison 3 pour explorer plus en profondeur la psyché d'un des personnages les plus attachants de l'histoire de l'animation pour adulte.

Un nouvel épisode de la saison 4 de Rick et Morty est disponible sur Adult Swim chaque lundi en France

 

photoLa dépression en une image

commentaires lecteurs votre commentaire !

StarLord
21/11/2019 à 19:57

Que cette série est formidable. Je redeviens l’enfant qui découvrait Jurassic Park au cinéma les yeux écarquillés à chaque plan ^^
Chaque épisode est aussi inventif que le précédent et un spectacle visuel à chaque instant.
Et comme toi Bubble ghost je ne suis pas près d’arrêter de regarder ce petit bijoux animé encore et encore <3

Bubble Ghost
21/11/2019 à 18:12

Bon... Vous avez gagnez... Je vais me refaire l'intégrale de la série... ... ... Une cinquième fois xD

syroz
21/11/2019 à 16:26

Le retour de la dimension familliale dessert la série... On se retrouve dans la meme dynamique que la 1iere saison. Summer est une pimbeche, jerry un inincapable, beth une mère autoritaire, c'est un poil lassant et ça ne colle pas avec l'evolution des persos.
Bon les créateurs du show recollent les morceaux pour mieux eparpiller tout ça plus tard je pense et le reste de la série est toujours bien au dessus de la norme mais il ne faudrait pas se transformer en simpson. :/

m@x
21/11/2019 à 16:08

un très bonne épisode pour ma part.
qui peux sembler en deçà des autres mais faut dire qu'ils ont mis la barre très haut.

votre commentaire