Castle Rock Saison 1 Episode 3 : Un cri dans l'ennui

Christophe Foltzer | 1 août 2018 - MAJ : 01/08/2018 11:46
3
Photo Castle Rock

On continue donc avec la série de J.J. Abrams et Stephen King et quelque chose nous dit que, pour avoir notre quota de frissons, il va falloir regarder ailleurs. Attention, SPOILERS.

 

 

 

LA FEMME LUMIÈRE

Molly Strand (Melanie Lynskey), la nana junkie voisine d'enfance de Deaver, ne va pas super bien. Et on la comprend puisqu'on apprend direct que c'est en fait elle qui a tué le père d'Henry en 1991. Tombé d'une falaise, il était immobilisé dans son lit et une nuit elle s'est introduite dans la maison et a débranché son respirateur. Sale gosse !

 

photo episode 3Molly a des soucis

 

Depuis, elle est hantée par des visions du pasteur enturbanné par un gros pansement qui la culpabilise à mort, ce que l'on peut aisément comprendre. Mais elle a plus urgent parce qu'elle doit bientôt passer à l'émission Local Colors pour promouvoir son projet immobilier et que le retour d'Henry (Andre Holland) la perturbe beaucoup. Comme elle le lui explique, elle est une grosse empathique, entendant et ressentant les gens, particulièrement Henry avec qui elle est en symbiose et c'est d'ailleurs pour ça qu'elle se défonce, pour faire taire les voix dans sa tête.

Les retrouvailles sont un peu froides et il se passe des trucs chelous. Sa maison est mise à sac alors que rien n'a été volé et son amie Jackie Torrance (Jane Levy) s'en étonne. Molly arrive à court de cachetons et comme son dealer n'en a plus, elle se rend chez un mystérieux Derek (Russell Posner) pour se réapprovisionner. Elle tombe en plein tribunal d'enfants masqués qui l'accusent. Le juge, en fait Derek, l'emmène dans une cabane pour faire le deal mais la police arrive et elle est arrêtée.

 

photo episode 3Et c'est à propos d'Henry

 

C'est Henry qui la fait sortir et apprenant qu'elle est en retard pour son émission, la conduit au studio de télévision. Bien en manque, Molly n'assure pas vraiment sa prestation et balance en direct l'histoire du mystérieux prisonnier retenu dans une cage par l'ancien directeur. La nouvelle directrice, qui a tout vu, fait donc venir Henry pour "repartir sur de bonnes bases".

Elle reconnait l'existence du prisonnier et propose 300 000 dollars en dommages et intérêts. Henry rencontre enfin le jeune homme (Bill Skarsgård) et lui conseille de refuser la proposition : ils vont faire cracher l'administration pénitentière après sa libération et, pour cela, ils ne doivent pas trouver le moindre dossier sur le prisonnier qui doit donc rester muet sur sa réelle identité. L'homme demande simplement à Deaver si "ça" a déjà commencé avant de retourner dans sa cellule.

En rentrant chez elle, Molly retrouve de nouveau sa maison mise à sac mais elle entend du bruit à l'étage. Armée d'un couteau, elle se retrouve face au fantôme du pasteur qui disparait dans la seconde. Oooooooouuhhh !

 

photo episode 3Une enfance difficile

 

IL EST MORT ET IL A BIEN DE LA CHANCE

Premier constat, et il est assez terrible, Castle Rock a donc décidé de passer quasiment un épisode entier sur le personnage le moins intéressant de son univers plutôt que de continuer à nous intriguer sur le reste, bien plus excitant. Non parcce qu'au-delà du fait qu'elle possède le Shining, Molly Strand n'a que peu d'intérêt tant il s'agit d'un personnage déjà vu et revu partout ailleurs.

Son amitié avec Jackie Torrance arrive comme un cheveu sur la soupe. Si son passé trouble avec Henry et sa culpabilité dans la mort du Pasteur sont effectivement des pistes passionnantes, elles sont amenées avec une subtilité pachydermique puisque les scénaristes préfèrent se concentrer sur la Molly adulte, moyennement interprétée par Melanie Lynskey.

 

photo episode 3Bon, c'est qui ce mec ?!

 

Si avec ce personnage, le but était de rendre hommage à toutes les mini-séries bancales adaptées de Stephen King, alors cet épisode est une franche réussite. C'est d'autant plus dommage qu'au moment où l'épisode s'intéresse au mystérieux jeune homme, il gagne immédiatement en profondeur et en intérêt.

Là est le coeur de la série et pas ailleurs : l'identité de ce type, son lien avec Henry et la menace qui plane sur le monde avec sa libération. C'est ça qu'on veut voir, et pas une séquence ultra longue d'une nana dans son couloir mal éclairé pour, au final, un jump-scare tout pourri qu'on a vu venir à des kilomètres.

 

photo episode 3

Un moment sympa qui ne sert pas à grand chose

 

Avec cet épisode, Castle Rock nous montre donc son pire visage et peut-être la fumisterie qu'il représente : la création tant attendue du Kingverse n'est peut-être au final qu'un simple name-dropping de l'oeuvre de Stephen King et on y retrouve bon nombre des stigmates des productions J.J. Abrams : beaucoup de bruit, beaucoup de mystère, pour au final pas grand-chose. Et on espère vraiment qu'on se trompe.

 

Après un second épisode intrigant, Castle Rock montre ici ses limites avec un personnage qui n'apporte pas grand chose de passionnant. On espère que ce détour ne se terminera pas en impasse parce que, oui, malgré tout, on a encore envie d'y croire.

Un nouvel épisode de Castle Rock chaque mercredi sur Hulu.

 

Affiche

commentaires lecteurs votre commentaire !

Philpasoriginalcommenom
01/08/2018 à 17:24

@Christophe Foltzer
"…on y retrouve bon nombre des stigmates des productions J.J. Abrams : beaucoup de bruit, beaucoup de mystère, pour au final pas grand-chose."

Félicitations, c'est tellement bien résumé !
Sauf que j'ai eu cette sensation dès le premier opus, avec ces "mystères mystérieux" qui ne sont là que pour nous faire avaler des kilomètres d'épisodes (de saisons ? ça y est, j'ai enfin des frissons à l'évocation de cette série !)

Cependant, pour ne pas être trop méchant : le réalisateur a quand même réussi à capter cette atmosphère si particulière de certaines petites villes du Maine (et de la Nouvelle-Angleterre en général) que King aime tant restituer dans ses écrits. Mais c'est hélas trop peu.

Je vais continuer à regarder encore quelques épisodes, par curiosité, mais je n'y crois déjà plus guère… surtout après celui-ci qui a failli m'achever !

Karlito
01/08/2018 à 15:00

J'ai vu les deux premiers épisodes sur HBO. Des intrigues multiples qui s'installent, un air de X-files (trop peut-être), c'est pas mal joué, mais il manque un poil de quelque chose de plus, un peu de "Chili" dans la soupe je dirais...

Du coup, j'ai mieux compris en regardant le film "It" juste après. Il manque une atmosphère (dans le genre de "Seven" p-e) et une mise en scène qui supporterait mieux le récit. La scène des caméras dans le prison fonctionne bien, mais c'est tout. Le mystérieux personnage (Le mal?) chuchote mais on a du mal à y voire une vraie menace.

lemon
01/08/2018 à 12:09

Merci pour votre critique. Comme souvent, face à l'envahissement des séries (de qualité ou non), j'attends plusieurs retours avant de me lancer dedans pour ne pas en ajouter une nouvelle à la longue liste de celles que je regarde déjà.

votre commentaire