The Walking Dead - Saison 8 Episode 2 : le pire épisode de toute la série ?

Jacques-Henry Poucave | 30 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
558
Photo zombie

On imaginait qu’après la catastrophique saison 7 et la désertion de près d’un tiers de ses audiences, Walking Dead essaierait de se refaire une virginité. Mais contre toute attente, le programme phare d’ABC prend progressivement des airs de suicide collectif.

ATTENTION SPOILERS 

 

Affiche

 

BALLES A BLANC

Nous retrouvons donc nos bons amis de Walking Dead, qui se débattent du mieux qu’ils peuvent avec des scénaristes en pleine descente de mescaline, et un budget proche de l’enveloppe animation du camping municipal de Roubaix.

 

Photo

Le plus "beau" plan de l'épisode

 

Nous attaquons sur trois fronts : Carol et son roi à dreads tuent quelques zomblards dans une explosion de farine, tandis que Morgan a enfin réussi à se négocier une petite séquence christique. Du côté d’on ne sait trop quel avant-poste de Negan, les amateurs de tôle ondulée débarquent à grands renforts de plomb, tandis que Rick poursuit sa vendetta. On ne comprend absolument pas qui fait quoi ou pourquoi, mais on s’agace surtout de voir les gentils faire un véritable massacre, quand personne n’a été foutu de flinguer Negan à la fin de l’épisode précédent.

Du côté de Morgan, une opération d’infiltration est en cours, avec un certain succès. Ça pète de partout, on ne sait pas trop pourquoi ni comment, mais on s’en fiche, tant la mise en scène et le montage font leur possible pour nous éviter toute montée d’adrénaline impromptue.

Tara et Jesus se retrouvent face à un homme de Negan, mais comme il brandit les mains en l’air, ils décident de disserter sur la pertinence de la justice sauvage, avant que le vilain ne tente d’attenter à leurs jours. Comme ils sont badass, mais pas chiens, ils l’assomment et le ligotent, tandis que les scénaristes essaient piteusement de nous faire croire qu’ils ont tué Morgan. Mais comme ils ont métamorphosé le personnage en Terminator zen, on ne s’inquiète pas outre-mesure, et le récit s’empresse de prouver que nous avons raison.

 

Photo

"Encore un chouette pique-nique en forêt !"

 

SHOOT ME I’M RIDICULOUS

Dans les bois, les copains de Carol croisent un zombie bien crado comme on les aime, qui semble avoir été passé au chalumeau, à moins qu’il n’ait été originellement composé de fromage à raclette. Ezechiel improvise un discours philosophique sur le sens de la confiance et la valeur des fictions qu’on se raconte, nous offrant un hommage involontaire aux meilleurs sketchs des Inconnus.

Mais il n’est pas le seul à s’éclater, puisque Morgan nous ressort tout ce qu’il a appris en jouant des heures à Counter Strike. Au mépris de tout sens de la physique, de la réalité, ou de la balistique, il massacre quantité de Sauveurs, avant de tomber les prisonniers tous frais de Jesus et Tara. S’ensuit une amorce de réflexion sur le sens de leur action, la valeur de la vie et la convention de Genève, redoublée par la prise de conscience de Rick, lequel réalise avec une grande surprise que le dernier type qu’il a tué était aussi un père, comme lui. C’est moche.

Moche comme le tigre d’Ezechiel, qui s’élance sur des figurants avec toute la vélocité photo-réaliste qu’autorise le processeur d’une Playstation 2 laissée une petite heure dans un baquet d’eau savonneuse.

 

Photo

Andrew Lincoln, prêt à tout donner

 

MISE A MORT D’UNE SERIE SACREE

C’est un peu moins la fête pour Rick, qui tombe sur Morales (rien à voir avec Didier Benureau), qu’il avait connu à Atlanta. Pour le spectateur, cet évènement a approximativement l’impact d’un pet lancé à grande vitesse sur une toile cirée. Pour nous convaincre de craindre pour le sort du compte en banque d’Andrew Lincoln, Morales arme le chien de son revolver. Fin de l’épisode.

Ces dernières années, The Walking Dead nous aura habitués régulièrement à repousser les limites de la médiocrité, mais il faut saluer ici l’abnégation totale grâce à laquelle ses auteurs ont pu nous proposer un tel concentré de néant. Que l’issue de la séquence initiée dès le chapitre précédent (donner l’illusion que Rick a l’avantage, pour retourner la situation, afin de sauver les gentils in extremis) soit transparente, passe encore, mais que The Walking Dead soit à ce point incapable de la raconter correctement cet affrontement sidère.

 

Photo

Carol

 

Pas un plan, pas une image, pas une réplique ne nous reste en mémoire. Jamais la gestion des lieux, le montage ou la scénographie n’autorisent le moindre doute quant à la conclusion de chaque scène. Ces dernières s’avèrent toutes sans exception d’une mollesse embarrassante, quand elles ne versent pas purement et simplement dans le ridicule.

De même, la plupart des choix d’écriture frôlent l’incompréhensible, ou l’incompétence crasse. Le segment s’attarde ainsi sur les piteux échanges de tirs entre des figurants de seconde zone, s’attarde lourdement sur un Morgan qu’on veut transformer en moine soldat (ne riez pas), mais cantonne Daryl, seul interprète crédible en matière de confrontation physique, à moins d’une dizaine de plans.

 

Photo

"Et si t'es sage, tu reviens dans 8 saisons."

 

En l’état, ce qui nous est donné à voir pendant 40 minutes évoque les chutes d’un improbable film d’action fauché, dont aucun des intervenants ne se soucierait jamais. Alors que les audiences de la série continuent de chuter, on voit difficilement comment le show pourrait redresser la barre et on n’est pas certains que quiconque s’en préoccupe.

 

Photo Norman Reedus

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Juste l’avis d’un lecteur
26/08/2018 à 04:47

Rédaction 0 :
N’ayant pas encore vu la saison 8, j’ai donc voulu me faire une idée via votre résumé.
Mais malheureusement à part faire de l’humour 0 avec une surdose de métaphore à la con... on ne comprend rien au dénouement de chaque épisode que vous êtes sensé détailler !
La saison 8 est nulle... on a compris... vous nous le répétez à chaque paragraphe
... c’est donc incompréhensible et inutile pour celui qui n’a pas encore vu cette saison. J’ai lâché au bout du résumé de l’episo 2 !!

sward
27/02/2018 à 15:57

Merci, beau résumé de ce que je pense également...

Ça devient complètement ridicule cette série, c'est du grand n'importe quoi.
je ne vais pas parler des incohérences, des trucs pas logiques car on pourrait en parler des heures, mais là, les épisodes sont de plus en plus nuls, des lenteurs abominables avec des séquences "émotion" qui durent tout l'épisode? il veulent se donner un style "drive" ou quoi?

storm6368
16/12/2017 à 15:42

fusillade à 10 m de distance avec AK-74 CAR-15....et les gars comme ils sont super prudents ils se protègent derriere un table en bois et la miracle malgré plusieurs minutes de tirs échangés la table est plus résistante que le blindage d'un tank...
le amis de Rick eux ont soudé des toles ondulées sur leur voiture et effectivement rien ne les perce!
quand je vois des militaires se faire chier avec des blindages composites, réactifs alors qu'en allant chez brico-dépôt ils pourraient avoir le même resultat

on touche le fond avec cette saison. c'est bien une série Z(ombis)

bill
26/11/2017 à 21:04

s'il vous plait faites de sortes a ne pas foutre en l'air une série qui a bien commencer

pitre
08/11/2017 à 23:36

heu pour faire simple je n'ai rien compris à cet épisode et 2 jours après j'ai totalement oublié son contenu, aucun souvenir précis, brouillon, vide de sens, épisode à oublier grosse déception après le 1er.

Bubu
04/11/2017 à 12:31

J ai bien aimé.plus action je pense que sera une super saison enfin j espère évidemment

Murata
03/11/2017 à 14:15

Grosso modo d'accord avec toute la critique, j'ai eu l'impression de regarder un nanar. L'avantage c'est que j'aime les nanars.

John
02/11/2017 à 07:17

Y a plus de pilote dans l'avion depuis au moins 3 saisons

Ben
01/11/2017 à 00:50

Excellent résumé ! Bravo !

Dyru
31/10/2017 à 22:23

Moi je suis mitigé , se qui commence vraiment a me les casser , c'est la mentalité des personnages a vouloir vivre dans un monde de bisounours , faut tuer les sauveurs? Bha non on va en faire des prisonniers on est gentil et ils sont gentils au fond faisons nous un calin! Non mais lol quoi, sans compter les intrigues ou les chutes qu' on voit arriver a 2km , pour faire sa qu' ils nous fassent une fin et on en parle plus.

Plus
votre commentaire