The Walking Dead saison 7 épisode 12 : parc détraqué

Jacques-Henry Poucave | 6 mars 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
11
épisode 12

Audiences en baisse, scénario en capilotade… La première moitié de la saison 7 de Walking Dead en a déçu plus d’un. La série phare d’AMC peut-elle encore redresser la barre ? Début de réponse avec la critique – résumé de l’épisode 12.

ATTENTION SPOILER

 

épisode 12

 

DEAD LOVE

Rick et Michonne se promènent en quête de provisions dans les environs de leur camp de base. Des fois, ils perdent leurs vêtements, et comme il fait froid, ils se frottent. Des fois ils rencontrent des zombies ; et comme ils sont froids, ils les frottent avec des épées. Ça ne rend pas leur couple plus crédible que par le passé, mais au moins ça passe le temps et c’est plutôt bien monté.

Ils sont pépouzes. Des fois, ils croisent des Sauveurs qui jouent au golf en buvant des bières, mais comme ils sont relax, ils les laissent en paix. C’est fou ce qu’un peu de massacre de zomblards et un peu de sexe crasseux dans un vieux van de plombier vous changent un homme.

Rosita se fait de jolis points de suture, et rappelle à ses "coupaings" qu’elle veut se battre maintenant contre Negan. Même s’ils n’ont pas d’armes, même si elle n’a pas de stratégie, même si elle est tankée comme une ablette, elle veut mettre la fièvre à Negan. C’est tout à son honneur d’essayer d’accélérer la narration, mais on se doute que les producteurs de Walking Dead ne vont pas la laisser faire.

 

épisode 12

 

Dans les bois, Michonne voit une biche, et tente un remake de Bambi avec un 9mm équipée d’un silencieux, preuve que Disney fait parfois des émules inattendues. Amateur de subtilités, Andrew Lincoln se propose de l’aider, avec son gros Colt Python des enfers. Suivant l’adage « Qui cherche une biche trouve une base de l’armée américaine », le duo déboule dans un campement abandonné, qui pourrait contenir plein d’armes capables de fumer les sauveurs.

Mais à en croire la mélopée qui s’élève des lieux, ça ne manque pas de zombies non plus. De son côté, Rosita affronte une zombite en surpoids, qu’elle doit se prendre à plusieurs fois pour achever, nous rappelant par là combien Greg Nicotero (qui met en scène cet épisode) est un maquilleur de génie.

 

épisode 12

"Par ici on rase gratis."

 

LA PETITE BOUCHERIE DANS LA PRAIRIE

Rick et Michonne tombent sur les restes d’une fête foraine où militaires et marcheurs se sont affrontés. Dans un effet terriblement cheap, le couple subit un écroule de plafond qui les précipite à l’intérieur d’un entrepôt. Oubliant sans doute qu’ils sont entourés de centaines de zombies, ils rigolent bruyamment et trouvent la situation hilarante. Parce qu’après tout, la vie est belle. Et hop, ni vu ni connu Greg Nicotero emballe un petit hommage à Creepshow, au milieu d’une série de plans de la fête désolée, dans le soleil couchant. C’est assez joli.

La prostate de Rick le démangeant salement, Michonne lui fait un petit dîner aux chandelles au milieu de milliers de munitions et de zombies, et nos zozos refont le monde à la bière, se demandant comment créer une super belle utopie dont Rick serait le dictateur éclairé et rieur.

 

épisode 12

"Pause ombres chinoises"

 

Parce qu’il faut bien bosser, ils décident d’attaquer le gang de zomblards au petit matin. Michonne se retrouve à faire tout le boulot pendant que Rick galère en démembrant un cadavre encastré dans le véhicule qu’il essaie de récupérer. C’est gore, c’est super bien fait et rigolo, sans oublier de rappeler de jolies séquences gores du Jour des Morts Vivants. Comme nos amis sont assez tragiquement incompétents, ils parviennent à s’enfermer l’un dans l’habitacle, l’autre dans le coffre, entouré de dizaines de morts-vivants, tandis qu’un zombie leur tire dessus au M-16 involontairement (ne riez pas).

Par la magie du toit ouvrant, les loulous s’en sortent et continuent à découper les marcheurs, qui sont quand même très, très nombreux. C’est l’occasion d’une séance de dégommage comme on n’en n’a pas connu depuis longtemps, très bien mise en scène, découpée et montée avec classe. Comme quoi, ce bon Nicotero est probablement la dernière chance de la série de nous offrir un vrai divertissement post-apo.

Ce décor de foire est d’ailleurs éclairant, on le dit depuis un moment, Walking Dead n’a jamais réussi à maîtriser sa dimension dramatique et serait sans doute très inspirée de jouer, non pas sur le second degré, mais sur une carte un peu plus bourrine et fun.

 

épisode 12

"Et la sécurité routière, bordel." 

 

TIRS AUX PIEGONS

Oubliant que ses spectateurs ne sont pas tous des dégénérés victime d’une ablation du cerveau, Walking Dead tente un instant de nous faire croire que Rick est mort, puis que Michonne va se suicider, comme pour nous rappeler que non, la série est toujours incapable de traiter son public avec un minimum de respect.

Et c’est vraiment dommage. Car conclure ainsi une scène au demeurant réussie, techniquement aboutie et extrêmement divertissante, c’est une nouvelle fois nous rappeler que le show est totalement déficient dès lors qu’il est question de dramaturgie. Personne n’imagine un instant que Rick va se faire boulotter en milieu de saison, ni même que Michonne va y passer dans la foulée. Nouvelle preuve du je-m’en-foutisme de l’ensemble, Andrew Lincoln nous ouvre un énième monologue surjoué, dans lequel les scénaristes tentent d’ajouter un semblant de finesse à un personnage en sévère hémorragie de charisme.

 

épisode 12

"Bon bah les tarots du Hellfest ont encore augmenté."

 

Rick ramène donc toutes les armes à ses nouveaux copains du Hellfest qui ont encore sniffé de la colle, puisqu’ils déclarent que, bah.. 63 fusils d’assauts, c’est pas Byzance. Encore un coup des scénaristes qui diluent la sauce ma bonne dame. Rick négocie donc de… Heu… Bah… continuer à chercher des armes.

De leur côté, Sasha et Rosita se retrouvent, et jurent de s’allier pour tuer Negan, quitte à en mourir. Parce que bon, c’est pas tout ça, mais faut bien dépoussiérer un peu le casting. Résultat, un épisode globalement très plaisant à suivre, avec ce qu’il faut d’action, de tension et de plans crados pour nous maintenir en haleine. C’est peu et beaucoup en même temps. Reste qu’on aimerait désespérément que Walking Dead se débarrasse de certains tics, qui inquiètent beaucoup au vu des enjeux narratifs qui se profilent.

 

hommage creepshow"Creepshow ? Vous avez dit Creepshow ?"

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Jack_Delombre
13/03/2017 à 14:43

Hola ,

Je voulais faire un petit parallèle entre vos critiques et la série, en effet je trouve que vos critiques sont pertinentes sur certains points voir même drôle ! oui vous me faites marrer je ne le cache pas (cf les copains du Hellfest qui ont encore sniffé de la colle)

Mais ce que je vois c'est que vous pouvez juste pas blairer cette série, m'enfin qui vous demande de nous dégoûter de chaque épisode ?
C'est comment votre boulot a vous ? Est-ce que un mec qui ta obligé a te taper les 7 saisons (presque 7 ouais c'est bon ! ) de TWD sous la menace d'une arme ? as-t-on pris ta mère en otage, vile palefrenier ? Sans dec' je comprends alors que tu dénigre chaque personnage, dialogue, interaction, haussement de sourcil, bref tout quoi.

Donc si t'aime pas, tu refiles le bébé a tes coupaings OU alors vous faites des articles que sur les séries que vous aimez bien OU vous devenez une revue sur la chasse à la serpette en terre du Languedoc.

Voila sinon vous êtes rigolos. continuez

le parrain
07/03/2017 à 21:05

ça y est les critiques d'EL ont fini par avoirs raison de moi. extrêmement déçu depuis le début de cette seconde moitié. un nouvel épisode inutile, nul a chié. faudrait revenir au format 6 épisodes comme pour la saison 1, ou carrément arrêté la série parceque là ca va de mal en pis

Louig
07/03/2017 à 09:46

Des armes et de la bouffe à foison, sans parler des munitions dont on ne parle pas ... tout ça dans le van et roulez jeunesse, direction le gang des clodos ^^

Va vite falloir tuer une star parce que niveau budget entre le matte painting de la décharge et la biche numérique au 486 DX2 66 on sent que ça commence à coincer.

pourquoi pas
07/03/2017 à 06:36

The walking dead : l'une des rares séries (pour ne pas dire la seule) dont vous faites immanquablement la critique de chaque épisode.
Pour toujours dire une seule chose ça ne vaut rien.
Mais pourquoi la regardez vous ?

C'est somme toute très simple.
Walking dead , game of thrones on ne fait pas mieux.

Sinon faut nous le dire les petits poulets.


Live long ,and prosper.

Ben
06/03/2017 à 22:57

Episode nullissime..... effet spécial de la biche complétement cramoisi
puis cette fascination pour les armes c'est tellement... américain et débile

Copeau
06/03/2017 à 22:38

Diantre, que la série est devenue lourdingue...c'est clair que cette saison 7 est peut-être la pire de toutes les saisons. L'épisode est tellement inutile, et les raccourcis scénaristiques tellement énormes (j'ai besoin d'arme, je me promène deux jours, je trouve pleins d'armes...magieee !) que c'est à peine regardable...et pourtant j'aime la série.

Boo
06/03/2017 à 13:11

"On doit trouver des armes en masse" => Oh quelle coïncidence incroyable, deux jours après cet arrangement, on tombe sur un camp avec moult militaires et donc moult armes, et personne ne l'a trouvé avant nous, la vie est bien faite. Y a même plein de bouffe encore bonne, si on a pas le cul bordée de nouilles avec ça (ou des scénaristes vraiment à sec)

votre commentaire