Game of thrones Saison 5 épisode 9 : c'est l'heure du Barbecue !

Jacques-Henry Poucave | 8 juin 2015
7
default_large

Après un épisode 8 qui avait redonné un peu confiance dans un show en déroute à grands renforts d’effets spéciaux, voici venue l’heure de l’épisode le plus redouté. Chaque année, l’épisode 9 de Game of Thrones est l’occasion de rebattre les cartes, souvent à grand renfort de massacres. Qu’en est-il ?

ATTENTION SPOILERS

 

 

Requiem pour un massacre

Traditionnellement, chaque épisode 9 marque l’avènement d’un bain de sang, de Ned Stark en passant par le Red Wedding, sans oublier le combat d’Oberyn, c’est le rendez-vous gore de l’année.

Autant vous prévenir, non la fournée 2015 n’est pas une boucherie sans nom. Certes, plusieurs personnages décèdent, mais rien de comparable avec les saisons précédentes. Et voilà qui est peut-être une bonne chose. Les scénaristes ont préféré faire ENFIN avancer l’intrigue, plutôt de choquer à tout prix. On ne va donc pas se plaindre, loin de là.

 

 

Merguez party

L’épisode 9 sent bon le brûlé. Du côté de chez Stannis, les dernières barrières de la folie s’abattent quand l’aspirant roi décide de sacrifier ce qu’il a de plus cher. Après que son camp ait été attaqué et ses ressources considérablement diminuées, le chef de guerre est à bout et cède à Melisandre.

Impitoyable, il fait brûler vive sa fille unique. Dévorée par les flammes sur un bûcher et devant tous les hommes, l’enfant se tord et hurle sous les yeux des troupes, alors que même son impitoyable mère est prise d’un sursaut de pitié à son endroit. Mais rien n’y fera, Stannis, ne craint pas l’odeur des chairs calcinées, pas même celles de sa propre enfant.

Il n’est pas le seul à brûler des seconds rôles. Dans les arènes de Meereen, Daenerys assiste à son corps défendant à divers duel. Ser Jorah survit de justesse à un affrontement impitoyable, avant de sauver sa Reine d’un Fils de la Harpie infiltré dans sa suite pour l’assassiner. Mais le traître n’est pas seul.

Et ce sont des dizaines d’hommes masqués qui interrompent les festivités pour tenter d’assassiner celle qui a trop tardé à écouter les revendications du peuple. Ils ne parviendront qu’à éliminer son nouvel époux, égorgé salement. Alors que tout semble perdu pour Daenerys et ses proches, encerclés au beau milieu de l’arène par des meurtriers assoiffés de sang, un vieil ami intercède en sa faveur.

Il s’agit de Drogon, son dragon échappé en début de saison. Sauvage mais fidèle, il débarque et fait griller la majeure partie des assaillants. Mais tout furieux que soit la bête, elle ne peut longtemps résister aux lances qui percent vite son flanc. Afin d’échapper aux Fils de la Harpie, la Reine chevauche son monstre ailé, qui l’emmène vers une destination inconnue.

 

Pendant ce temps, à Vera Cruz

 

Les autres intrigues survolées dans cet épisode se montrent moins riches et intenses. Nous assistons au pardon de Jaime Lannister, ainsi qu’à celui de Bronn. Il pourra ramener sa fille à Port-Réal, seulement si celle-ci est accompagnée de son jeune époux, lequel devra rejoindre le Conseil Restreint. L’impitoyable Ellaria se voit rappelée une ultime fois à l’ordre par le suzerain de Dorne, définitivement opposé à la guerre. Après cette confrontation tendue, elle semble vouloir se rapprocher de Jaime… Pour mieux le trahir ?

À Castle Black, Jon revient, marqué par sa brutale défaite et le massacre qui s’en est suivi. Jamais la Garde n’a parue si proche de le trahir.

Arya, pour sa part, continue sa formation et repère l’une des futures cibles de sa vengeance. Mais son adversaire croise son regard et y reconnaît une lueur familière. La jeune guerrière parviendra-t-elle à dissimuler son identité et tuer sa cible ? Elle devra agir vite pour ne pas compromettre sa formation et son existence.

 

Enfin un os à ranger

 

Il était temps, mais Game of Thrones daigne finalement nous offrir de quoi attendre le prochain épisode. On apprécie que Stannis ait franchi un point de non-retour attendu depuis de nombreux épisodes, qui devrait forcer la main du Destin et nous permettre de savoir si véritablement, la divinité qu’il honore est avec lui. Son existence se soldera soit dans une gloire qu’on imagine temporelle, soit dans un massacre qui interrompera définitivement ses ambitions.

Du côté de Daenerys, on est plus inquiets. Pour le moment, impossible de deviner si Drogon lui a simplement permis de regagner ses appartements en sécurité, ou si le dragon l’emmène dans un lieu inconnu.

On prie pour la première option, car avec le retour en grâce de Jorah, la présence de Tyrion et l’aide de son guerrier d’amant, la Khaleesi a toutes les cartes en main pour reprendre sa ville et se lancer à la conquête de Westeros.

 

Mais encore du gras…

Tout n’est pas rose pour autant. La série nous avait techniquement impressionnés avec la bataille de Hardhome, il n’en sera pas de même avec le barbecue géant du dragon. En dépit de très jolis plans, on note plusieurs baisses de régime dans les effets spéciaux. Le décollage de la bête nous ramène ainsi 15 ans en arrière et s’avère techniquement risible. Un vrai problème pour une scène qui aurait dû être une des plus spectaculaires et fortes de la saison 5.

Il serait également temps que quelque chose advienne d’Arya. C’est bien beau de se laisser pousser les cheveux et de vendre des moules sur le marché, mais on se désole de voir sa formation et sa vengeance progresser si lentement.

De même on se languit un peu de la mollesse générale de l’intrigue liée à Stannis. Heureusement il a enfin pris une décision (pas bien surprenante) annoncée il y a plusieurs épisodes, mais il reste encore des faiblesses à compenser.

Ainsi, difficile de croire que son armée, capable de soumettre les Sauvageons en quinze minutes, est à ce point bloquée à Winterfell. Et pourquoi n’a-t-il pas plus mis la pression sur Jon Snow, dont on sait depuis longtemps maintenant qu’il entretient un rapport privilégié avec les Sauvageons ?

 

S’il renoue en partie avec l’intensité qui a fait la réussite de Game of Thrones, l’épisode 9 tant attendu ne tient pas totalement ses promesses. Mais ne pestons pas trop fort, cette réussite en demi-teinte cache peut-être un lot de surprises vraiment exceptionnelles pour le season finale. Et nul doute que pour les fans, conclure en beauté la saison 5 pourrait suffire à la réhabiliter.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
J. Puncherello
09/06/2015 à 23:35

Il parait qu'une responsable des effets spéciaux de GOT est morte mangée par un lion la semaine dernière.
En tout cas, globalement, les SFX n'auront jamais été aussi loin pour la télé.

supercut
09/06/2015 à 17:02

le combat d’Oberyn était dans l'épisode 8 saison 4

Louig
08/06/2015 à 22:33

Encore un mestre mareyeur qui ne se sent plus pisser .... bien trop fréquent en ce moment ce genre de personnage.
Bref, j'ai trouvé cet épisode assez miteux, d'une part pour la sacrifice qu'on attendait gros comme une maison et dont Ser Davos aurait pu sortir utile. Et puis cette fameuse scène de l'arène tant vantée dans le making of pour son coté spectaculaire et cher en temps .... tout ça pour finir avec l'histoire sans fin !

Simon Riaux - Rédaction
08/06/2015 à 17:00

L'auteur de l'article a été immédiatement démoulé.

Mad
08/06/2015 à 16:19

Alors là je vous arrête tout de suite Écran Large! Arya ne vend pas des moules mais des huîtres. C'est intolérable de lire de pareilles erreurs! Moi qui suit un fervent amateur de fruits de mer je me sens outré.

votre commentaire